DzActiviste.info Publié le jeu 31 Jan 2013

1,2,3…dégage !

Partager

       

Belkhadem dégommé !  Les trois biscuitaires de la très curieuse alliance présidentielle sont déjà un triste souvenir. Des présidentiables déprésidentialisés !
Mais qu’est-ce qui a donc changé, dans les profondeurs de l’antre, pour que de tels personnages, soudés à leurs fauteuils, acceptent ainsi, presque sans rechigner, et parfois même avec le sourire, de partir la queue entre les pattes, sans faire de vagues, sans demander leur reste ?
Quelle est donc cette force qui a décidé de réaménager le champ dit politique, et qui sait ainsi se faire obéir,  au doigt et à l’oeil, sans que quiconque bouge une oreille seulement ? Est-ce le clan des frères Boutef ? Est-ce celui du DRS ? Est-ce celui des deux, désormais unis en un seul bloc, et qui s’amuse à nous leurrer, en nous faisant croire à des clivages, entre eux, parfois à des affrontements ?
Quelle est cette force mystérieuse ? Où sont donc nos fameux analystes, experts et autres observateurs en observation ?
Nous savons, depuis quelque temps, que la formidable manne financière qui est tombée dans le giron du régime lui a permis de réaménager les principaux cercles du pouvoir. Il est révolu désormais le temps où une dizaine de généraux faisait la pluie, le beau temps, et les fleuves de sang.
De l’huile cévital a coulé sous les ponts. Les ponts qui relient les larrons les uns aux autres. Les rouages sont bien huilés. Aujourd’hui, nous pouvons nous flatter de compter plusieurs milliardaires en dollars, parmi les barons du régime. Le nombre de généraux a dépassé les deux cents. Les innombrables cercles concentriques qui s’agglomèrent autour du noyau central comptent des milliers de millionnaires en dollars.
Tout ce beau monde dispose de résidences somptueuses, dans les plus belles capitales du monde. Ils ont tous des intérêts dans de très grosses boites, et certains se permettent même le luxe de spéculer des fortunes dans les Hedge funds. Ils ne se comptent plus, les dignitaires du régime, qui disposent de pieds à terre à Monaco, New York, Sidney, et autres mégapoles lointaines. De plus en plus lointaines. Là, où nos regards ne pourront plus les frôler. Même le Club des Pins est devenu ringard pour eux.  Bientôt, il n’y aura plus que les loosers du régime qui y habiteront. Encore que le Club des pins Bis, qui va coûter la bagatelle de près de 800 millions de dollars, qand il sera définitivement livré, est autrement plus cossu. Mais bon ! Ce ne sont là que des broutilles, n’est-ce pas ?
L’essentiel, pour en revenir à nos moutons, est que ça bouge dans l’antre de l’ogre. Un sacré remue-ménage. Les uns nous disent que c’est juste des manoeuvres, pour négocier le quatrième mandat pour les frères Boutef. Les autres nous jurent qu’il n’en est rien, et qu’un groupe de jeunes généraux, révoltés par l’autorisation de survol accordée à la France, par les mêmes Boutef, sans avoir consulté les mêmes généraux, a mis le feu aux poudres. Tu m’en dirais tant !
Quoi qu’il en soit, ça ne plaisante pas ! Puisque c’est aussi efficace ! Dégommer coup sur coup, et sans coup férir, des clous rouillés comme Belkhadem, Ouyahia et Boudjera, sans que ça fasse un pli, ça laisse imaginer que les gars qui sont aux manoeuvres sont du genre plutôt bien baraqué. Encore que, pour remettre les choses dans leur contexte, ces messieurs qui viennent d’être renvoyés à leurs foyers ne pèsent pas si lourd que ça. C’est juste que ça faisait beaucoup de courants d’air. Mais tout de même !
Donc, attendons la suite des évènements, en espérant que ceux qui dégomment finiront par se dégommer eux-mêmes. Il n’est pas interdit de rêver.

DB


Nombre de lectures: 298 Views
Embed This