DzActiviste.info Publié le mar 17 Avr 2012

20 Aôut 1955, Le Constantinois engage sa guerre d’algerie 2/2

Partager

cercueils alignés Philippeville  20 aout 1955Au centre de la ville Philippeville , on ignore tout de ces rassemblements. C’est inexplicable. Comme à l’accoutumée, les administrations et les entreprises déversent un flot d’employés et de fonctionnaires. C’est le week-end. Toutes les terrasses sont bondées. On ne prend pas garde au premier coup de feu. Puis soudain, en une fraction de seconde, c’est la panique. Cris. Hurlements. Bousculades. Les rafales de mitraillette font refluer les passants. On ne sait ce qui se passe. Le pied d’un géant vient d’écraser la paisible fourmilière. Plus rien n’a de sens. Affolés, les hommes, les femmes cherchent un abri, s’écrasent dans les cafés, dérisoires protections.

« Les Arabes… Ce sont les Arabes… » La menace si souvent brandie.

« Si on ne les mate pas, ils viendront nous égorger dans nos lits. » Cette fois, ils sont là. Déchaînés, ils avancent par rangs de six en chantant l’hymne du vieux P.P.A. Sur leur passage, ou venant de leurs rangs, les you-you obsédants et terrifiants des femmes exaltées. C’est une marée humaine, un flot dévastateur; armés de fusils de chasse, de faux, de serpes, de pelles dont les bords ont été affûtés, de couteaux, ils avancent inexorablement. Hurlant une haine trop longtemps ravalée; là il n’est plus question de demander justice. C’est la foule en marche, folle furieuse, qui écrase tout.

Lire la suite…


Article original rédigé par aziz3d et publié sur Guerre d’Algérie
Reproduction interdite sans autorisation


Nombre de lectures: 449 Views
Embed This