DzActiviste.info Publié le jeu 29 Nov 2012

20% des enfants scolarisés à Alger-Est sont asthmatiques

Partager

La maladie prend des proportions alarmantes

L’allergie représente 40% des causes de l’affection qui est davantage aggravée par le tabac.

L’asthme est en “nette” progression en Algérie et notamment chez les enfants, avec une prévalence de 10 à 15% et une incidence annuelle de 10%, a indiqué, hier à Alger, le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem) et chef de service en pédiatrie au CHU d’El-Harrach, le Pr Mostefa Khiati. “L’asthme est une maladie chronique touchant de plus en plus d’enfants en raison de l’importante pollution des grandes villes qui est le principal facteur déclenchant”, a souligné le Pr Khiati, en marge d’une journée d’étude sur la pneumo-allergologie pédiatrique. La prévalence de la maladie varie à l’échelle nationale selon les régions et leur degré de pollution.

Au niveau d’Alger-Est, 20% des enfants scolarisés sont asthmatiques, alors que dans les communes de l’ouest d’Alger, comme Draria et Ben Aknoun, le nombre d’enfants atteints par cette maladie respiratoire est moins important, avec un taux de 10%. L’asthme est une maladie inflammatoire chronique du système respiratoire qui se caractérise par une difficulté respiratoire, en raison de la diminution du calibre des bronches respiratoires. Les causes de la pathologie sont multiples et sont liées principalement au facteur génétique, à un environnement contenant des antigènes (acariens) et au degré d’humidité. Le Pr Khiati a imputé la progression de l’asthme, principalement, aux effets délétères de la pollution et plus précisément au mazout des véhicules, à la fumée des décharges publiques et aux produits chimiques libérés par les usines d’industries lourdes. L’allergie représente 40% des causes de l’affection qui est davantage aggravée par le tabac. Des études menées sur un échantillonnage d’enfants ont montré qu’il existe, aussi, un lien entre les enfants ayant fait des bronchiolites répétitives entre 2 et 3 ans et l’apparition de l’asthme quelques années plus tard. “75% des enfants qui ont fait des bronchiolites successives deviennent asthmatiques”, a précisé le Pr Khiati.

Les virus responsables d’infections respiratoires, entre autres, ceux de la bronchiolite détruisent les cellules épithéliales des bronches respiratoires et les exposent à de plus amples agressions aux antigènes. En réponse à cette agression le corps sécrète des cellules immunitaires (IgE) qui libèrent de l’histamine. Chez les asthmatiques, cette libération d’histamine est exagérée, provoquant les crises d’asthme, explique le Pr Gabriel Bellon du CHU de Lyon. L’histamine est une substance sécrétée par l’organisme lors d’une réaction immunitaire. Actuellement, il n’existe pas de traitement contre l’asthme et les médicaments utilisés dans cette affection ne font qu’empêcher l’évolution de la maladie, en facilitant la respiration du malade par dilatation des bronches. Le sport joue un rôle important dans la rémission du malade, essentiellement, la natation qui permet à l’asthmatique de développer sa cage thoracique et de maintenir ses bronches dilatées. Pour les sports d’endurance, les médecins préconisent aux malades de prendre leur traitement inhalatoire avant l’effort. Le Pr Khiati souhaite qu’il y ait davantage de campagnes d’information et de sensibilisation sur l’asthme, notamment dans les écoles pour apprendre aux parents et aux enseignants les conduites à tenir face à un enfant asthmatique.

R. N./APS


Nombre de lectures: 1243 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>