DzActiviste.info Publié le dim 5 Jan 2014

2014 Lancement de la Pièce Théâtrale. ‘’Ici Ymout Qaci wa N’touma Dezzou Maâhoum’’

Partager

Par Moha Ibn Khaldoun

opportuniste-sourisLa nouvelle année 2014 a été entamée avec la nouvelle pièce théâtrale intitulée ‘’ Ici ymout Qaci wa N’touma Dezzou Maâhoum’’ écrite par Abou Casquita, dialogue par Flene et Ronda/, mise en scène Abdouvitchy,

‘’Ici ymout Qaci wa N’touma Dezzou maâhoum, est une pièce en 3 parties, chaque partie dure un temps de cinq années elle comprend plusieurs tableaux, à commencer par le tableau des tourne vestes, qui ont abandonnés leur propre théâtre bénévole, pour rejoindre le théâtre qui paye fortement les comédiens avec un contrat de longue durée. Ces comédiens qui ont désertés le théâtre engagé et son grand public, ont déjà joués le rôle d’imposteurs, de traîtres, d’opportunistes dans des comédies telles la pièce de Tel Azzarazir, qui s’abat sur les oliviers. Leur double jeu leur a permis de se faire recruter sans peine.

Pris d’une amnésie, ces comédiens, ont oubliés ‘’ l’homme aux sandales en caoutchouc’’, de Kateb Yacine, ‘’le Général’’ de Mohamed Adar, ‘’El Khobza’’d’Abdelkader Alloula, ‘’ Elli Qla Ikhalles’’ de Hadjouti Bouâlem, ‘’Beni Kalboun’’ de Ould Abderrahmane Kaki, ‘’Hafila Tassir’’ avec Medjoubi, ‘’Chouhada Yaoûdoun Hada El Ôsboue’’ de Tahar Ouettar .

Le deuxième tableau situe toutes les manigances et magouilles dans la partie de passe passe sous la table de pognon sale. Dont certains comédiens n’hésitaient pas ni reculer quant il s’agit d’amasser les billets de banque, certains remis gracieusement par les non musulmans.

Le troisième tableau, nous situe une époque où des comédiens désintégrés de toute âme et conscience, perdant leur personnalité d’être humain, se transformant en zombies entre les mains du réalisateur metteur en scène, Abdouvitchy, alors que l’auteur Abou Casquita, tente de prolonger la pièce par un quatrième tableau, sans écriture, seulement avec des idées dispersées, que les comédiens devront improviser et jouer le jeu dont ils sont bien payer pour l’exécuter.

Pour les hommes de l’art, ils constatent que la médiocrité du jeu des comédiens et leurs rôles respectifs, concourra à un échec de cette comédie qui a trop durée dont le spectacle est devenu routinier et lassant dans une salle désertée par le public qui est remplacé par les Ouled Flene et ouled Ronda qui à chaque spectacle toujours les mêmes qui remplissaient la salle pour applaudir fortement quant ils entendent ‘’Ici Ymout Qaci…’’
Alors Rira qui rira le dernier !


Nombre de lectures: 1344 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>