DzActiviste.info Publié le mar 23 Oct 2012

34 Gardes Communaux vont passer en justice ce mercredi 24 octobre 2012 au niveau du tribunal de Bir Mourad Rais à Alger

Partager
34 gardes communaux vont comparaître devant la justice à Alger, ce mercredi, 24 novembre 2012 à partir de 9h00 au niveau du tribunal de Bir Mourad Rais.
Ils sont accusés d’attroupement illégal et d’outrage au corps constitué lors de la grande marche de Blida sur Alger.
Cette marche du 9 juillet 2012 appelée par la Coordination Nationale des Gardes Communaux        » la marche de la Dignité  » a connu une grande répression des services d’ordre au niveau de Birkhadem. Ce jour là, il y a eu une cinquantaine d’interpellations mais seul ses 34 éléments ont été poursuivis en justice. 
A travers ces agissements et cette manière de faire, on comprend que  le pouvoir Algérien veut à tout prix se débarrasser de cette dernière tache noire qui lui salie les dents, surtout, après l’adoption par référendum de la charte pour la paix et la réconciliation nationale qui avait pour objectif, de mettre le couvercle sur une guerre sans merci au non d’Allah et la conquête du pouvoir d’un coté et faire face à la mouvance démocratique et faire tout pour que le projet démocratique ne soit pas une réalité dans le pays d’Homme libres de l’autre coté. Plus de deux décennies de tuerie et de barbarie ont coûté au peuple Algérien, plus de 200 000 âmes. 
La plus part des gardes communaux sont entré dans ce corps à l’époque, par patriotisme, par besoin de sécuriser leurs villages et leurs familles ou du moins, un gain de pain. Du pain blanc avec des mains rouges.
Ils ont été marginalisés et exploités et pour la plus part du temps, ils n’ont servi en final que comme lapins de guerre conduits par les militaires et mis au devant pour détecter les champs minés de bombes ou pour détecter les placements des terroristes dans des ratissages ou faux barrages quand il tiraient sur eux car pour quoi en avoir l’outil quand le corps de l’homme peut en devenir un. 
Aujourd’hui, ils refusent l’exploitation car ils savent qu’ils sont pour grand chose dans l’amélioration du cadre sécuritaire en Algérie. Ils n’accepte pas une disparation forcée pour faire de leur combat historique, un non lieu au détriment des calculs politiques de l’un ou de l’autre. Ils appellent leur lutte de combat pour la Dignité et ils comptent bien y continuer jusqu’à leur reconnaissance et la satisfaction de leur plateforme de revendications.
Il s’agit entre autre de : 
Moussa BECHAR                     Boubaker BOUBAKER               Ameur BOUYAHI
Rabah BELHOUARI                 Said HOSNI                                Elarbi BEACHE
Abdelkader AMRANI               Kedour DJELLAKH                    Ali HEDDAD
Ibrahim FAGHOULI                 Lekhdar FERKANI                      Miloud HAMDI
Omar TACHKOUST                Ahmed MERMAD                       Mohamed ZEAFOUR
Omar SBAA                             Noureddine AOUISSI                  Messaoud KHELIFI
Mohamed BERRABAH            Redouane CHORFI                      Mohamed HADJ AMAR
Ibrahim GASMIA                     Fodil HENACHI                           Ahmed BOUAMAMA
Errebiai RAHMANI                  Belkacem BOUKHALFA            
Athmane ELOUAFI                  Ahmed DJEMOUAI
Six noms nous n’ont pas été communiqués, c’est la raison pour laquelle ils n’ont pas été cités sur la liste.


Nombre de lectures: 284 Views
Embed This