DzActiviste.info Publié le sam 3 Nov 2012

37 millions de bras d’honneur

Partager

par Kamel Daoud

Le Quotidien d’Oran

03 novembre 2012

De la haine. Il fallait voir le visage, plissé par son diable intime, de Gérard Longuet, ce freluquet ex-ministre de la Défense français, quand on lui a posé la question sur la demande algérienne de reconnaissance franche des crimes coloniaux. Un visage ridé par la rouille, haineux, laid, méchant. Celui de cet autre France du mauvais perdant, celle de Vichy et de l’écrasement, celle de la cupidité et du mépris, celle de la droite et de la défaite. Cette France qui croit encore être le centre du monde et qui pense gagner des guerres avec des bras d’honneur, des polémiques sur l’origine des viandes et des espèces, le quota des joueurs de foot « arabes » et le rêve salafiste (qui veut dire ancêtres aussi) Gaulois.En réponse, le triste bonhomme, a répondu par un bras d’honneur vulgaire et méchant. C’était pendant la célébration algérienne du 1er Novembre, une guerre de Libération gagnée par des hommes libres et courageux et pas par des bras d’honneur assis, mais passons.

Ce qu’il fallait lire ensuite, c’était les forums qui accompagnaient sur les sites des journaux français, cette vulgarité : le « c’est pas bien mais ça soulage » y était récurrent. Un peu trop. Et avec les mêmes arguments : la France vous a civilisés, « pourquoi vous venez chez-nous », le FLN a aussi tué et doit se repentir, regardez ce que vous avez fait de ce pays, vous êtes des nuls … etc. Du coup, la tentation est grande de répondre, ici aussi, par le bras d’honneur, l’insulte et l’appel à la haine. Ce geste triste a plus restauré le sens du 1er Novembre chez nous, et chez les jeunes Algériens, que le folklore des anciens moujahiddine et leurs célébrations clubistes. Sauf qu’il faut d’abord expliquer: oui le FLN a tué et oui il devra assumer, un jour ou l’autre, mais cela est notre histoire. Oui les nôtres, les plus jeunes, sont chassés de chez eux par ceux qui ne veulent pas mourir, céder la place, rendre les clefs et le drapeau et qui ressemblent étrangement à la Gérard Inc. Oui ce pays a connu des désastres mais aussi des réussites. Sauf que ce régime n’est pas nous. Et ce freluquet n’est pas la France, bien-sûr. Et il faut le rappeler : ici chez nous existent encore des gens qui luttent pour un pays meilleur, autrement qu’en insultant les autres et qui ont la générosité de l’accueil et la simplicité de leur humanité.

Il faut aussi rappeler que notre âne vaut mieux que leur cheval, selon notre proverbe. Que le FLN d’avant 62 nous est précieux et que celui d’après 62 est surtout utile à des gens comme ce chien mouillé. Oui ce pays est à venir malgré ceux qui le déclarent vacant. Oui nous souffrons et nous luttons et nous avons perdu mais que la guerre contre les Gérard Longuet a été gagnée et que nous comprenons la haine de ce bonhomme, sa méchanceté, son aigreur de refoulé. Oui il est désolant de regarder la France s’enfoncer dans l’hypocrisie, succomber à la lâcheté des excuses sélectives. Oui les excuses sont un rapport de force : « on aurait pu admirer le courage de Gérard Longuet s’il avait fait le même geste aux juifs quand son propre État reconnaissait la responsabilité et les crimes de la France envers la communauté juive. En fait, tout est là, il n’est pas question d’histoire mais de rapport de forces. Celui-ci étant variable, la guerre n’est donc pas encore terminée » a écrit Chawki Amari, chroniqueur d’El Watan. Oui nous le savons : les demandes d’excuses sont un commerce chez nous et les refuser par des bras d’honneur est un commerce en France. Et les deux sont un même métier. Oui nous le savons, la France va mal et avec le Longuet elle devient hideuse. Un dernier cri «vive l’Algérie française», lancé par un autre élu, il y a à peine quelques jours, la rend ridicule. D’où le conseil aux Français : libérez-vous de ces gens. Créer un FLN comme le nôtre d’avant 62. Faites votre guerre de libération contre le grotesque et le Longuet. L’Algérie ne sera jamais française et elle n’est pas FLN. C’est un pays qui appartient aux siens.

L’Algérie n’est pas française. La question est : Est-ce que la France l’est encore?


Nombre de lectures: 374 Views
Embed This