DzActiviste.info Publié le lun 1 Juil 2013

A la une

Partager


Importations en hausse de plus de 15% en cinq mois


la facture alimentaire en roue libre

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte


   Les quai du port d’Alger.

| © D. R.

Les quai du port d’Alger.

 


Rien ne semble freiner la facture alimentaire en Algérie. Celle-ci a augmenté, durant les cinq premiers mois de 2013, de 15,66% par rapport à la même période de l’année dernière.

Entre janvier et mai 2013, l’Algérie a importé 4,17 milliards de dollars en produits alimentaires contre 3,61 milliards dollars durant le même période en 2012, a rapporté, hier, l’agence APS, citant un bilan du Centre national de l’informatique et des statistiques (Cnis). Les importations algériennes globales ont totalisé 23,58 milliards de dollars durant les cinq premiers mois de 2013 contre 20,07 milliards à la même période de référence, en hausse de 17,52%.
Rien que pour le mois de mai 2013, la facture des importations alimentaires a enregistré une hausse de 3,6%, en passant  à  823 millions  de dollars contre 794 millions de dollars le même mois en 2012, note  le CNIS.
Cette nouvelle hausse de la facture alimentaire est essentiellement tirée par les importations des céréales et légumes secs qui ont progressé respectivement de 9,6% et 231,3%.  Les importations des céréales, semoules et farines s’élevaient à 311,3 millions de dinars tandis que celles des légumes secs ont totalisé  34,7 millions de dollars.

Le reste des produits importés ont connu des baisses, la plus significative,  près de 48%, a concerné le lait et les dérivés  pour une valeur de 76 millions de dollars, le café et  le thé près de 43% à 26,2 millions   de dollars, les viandes (12,4%) à 17,9 millions de dollars et le sucre (-12%) à 75,35 millions de dollars. Les importations de l’Algérie ont atteint 4,50 mds de dollars en mai dernier  contre 4,35 mds de dollars en hausse de 3,54%. Tous les groupes de la structure des importations ont enregistré des hausses, hormis celui des biens de consommation non alimentaires qui a reculé de 9,45% pour une valeur de 910 millions de dollars. Les achats de l’Algérie de biens destinés à l’outil de production ont  totalisé 1,44 milliard de dollars en mai dernier contre 1,38 milliard le même mois de 2012,  en hausse de 4,4%. La valeur des importations de biens d’équipements est passée  de 1,17 milliard de dollars à 1,33 milliard, en hausse de 13,6%, selon le Cnis.  
En 2012, les importations algériennes ont atteint 47,49 milliards de dollars alors que la facture des produits alimentaires culminait à 9,02 milliards. Pendant plus d’une dizaine d’années, les gouvernements successifs ont injecté des sommes astronomiques dans l’espoir de permettre un décollage du secteur agricole qui peine à satisfaire les besoins d’une population de plus de 37 millions d’habitants.
Entre 2010 et 2014, pas moins de 1000 milliards de dinars ont été débloqués. Au final, les résultats sont des plus mitigés.  La preuve, la facture alimentaire, qui représente près d’un quart des importations globales, a presque quadruplé depuis 2003, où elle atteignait 2,5 milliards de dollars. Dans ces conditions, l’autosuffisance alimentaire comme objectif, sans cesse proclamée par le gouvernement, demeure une utopie.
 


Hocine Lamriben


Nombre de lectures: 272 Views
Embed This