DzActiviste.info Publié le ven 16 Mai 2014

A propos des récents développements sur la scène politique algérienne

Partager

Par Abdou BENDJOUDI

228344_1605540273146_2672846_nGeorges Bernanos l’avait dit : « Ce sont les démocrates qui font la démocratie, c’est le citoyen qui fait la république »

La récente démarche du Mouvement BARAKAT démontre une fois de plus, l’évolution, la maturité et la pertinence de cette nouvelle génération de militantes et de militants pour la démocratie, le progrès et l’Etat de droit. Une génération qui reprend le flambeau de ses aïeux tout en bannissant les vieux réflexes, les préjugés, et la culture du : « Nous seuls imposerons la démocratie, pas avec d’autres ».

Les militants de BARAKAT ont eu une analyse pragmatique de la situation suivie d’une approche efficace de ce que devrait être l’acte militant qui s’inscrit dans la construction COMMUNE d’un rapport de force durable face au pouvoir DRS-BOUTEFLIKA, ce dernier n’aura aucun autre choix que d’actionner ses réseaux médiatiques, militants ou partisans afin de dénigrer, torpiller, diffamer toute initiative…Nullement sur l’objectif politique noble, mais comme à son habitude, sur des préjugés élitistes qui datent des années 90, ou populistes-clientélistes promus notamment depuis la venue du trois-quart de président en 99 !

Restons donc sur le politique,

Qu’est ce qu’une discussion politique ? Entre un mouvement citoyen et des partis politiques ? Entre un citoyen et un autre ? Entre des militants de toutes les sphères politiques qui croient en la démocratie et en la république ?

C’est simplement, des rencontres, des échanges d’idées et de positions, d’exposer des visions politiques à court et moyen termes pour des objectifs politiques, économiques, sociaux et culturels définis par chaque groupe politique ou citoyen (mouvements, partis, associations) ! Est-ce donc une calamité ?

Au nom du ciel, où est le mal d’entreprendre une telle démarche courageuse ? D’oser casser un tabou construit de toute pièce par les services psychologiques du DRS ? Qui empêche les algériens de se faire confiance ? Qui empêche les algériens de travailler ensemble ? Qui empêche les algériens de s’organiser ? Qui casse toute initiative de convergence par l’infiltration, par la propagande ou par les compagnes de diffamation? Qui a instauré la politique de Baggaras (mes respects aux Baggaras de métiers), qui a assaini l’Etat de Chkara, où la seule convergence possible se fait grâce à la quantité apportée de têtes de taureaux gravées sur des billets de banque…

La mobilisation des corps intermédiaires est une des étapes clefs de la création du rapport de force, à travers la valorisation de l’acte politique militant outrepassant les sensibilités idéologiques. ll n’est aucunement question de s’effacer ou d’être dans le compromis avec n’importe quelle organisation, il est question de trouver des convergences, de dialoguer entre algériens. Pour une fois !
Depuis des années que les militants conscients des enjeux importants appellent à ce genre d’échanges décomplexés pour réconcilier les algériens entres eux et avec la chose politique…Et au moment ou un groupe de citoyens l’ose !! On crie au scandale, sans pour autant connaitre la réalité algérienne !

Les Islamistes ? Jetez-les à la mer !

On a tous des amis pieux, ou salafistes, des islamistes modérés…J’ai des membres de ma famille et des amies qui portent le voile, d’autres qui laissent pousser leurs barbes, j’ai plusieurs amis islamo-conservateurs qui veulent défendre leurs idées pacifiquement…mais qui ne veulent pas être exclus ! On en fait quoi ? On ne se parlera pas juste parceque des prétendus détenteurs de la vérité absolue nous ordonnent de ne pas le faire si non leur colère haineuse et élitiste s’abattrait sur nous si nous le tenterons ? Devons-nous se refuser mutuellement ? Ne sont ils pas donc algériens ? Ou algériens mais de seconde zone ?

Je ne tolère à personne de nous donner des leçons dans ce registre sensible, nous avons tous vécu l’intégrisme, le terrorisme islamiste, et l’avons combattu d’une façon ou d’une autre, et il est évident que ni l’ex FIS, ni ses idées, ni ses hommes ni son discours ne reviendront un jour tant que l’aspiration à la démocratie réelle sera toujours ce feu qui nous anime tous en tant que militants !…D’autre part, nous avons aussi vécu le terrorisme d’État…Ce dernier, il dure plus longtemps, d’ailleurs depuis 52 ans, il suffit juste de vivre 24 h en Algérie pour en être la victime au moins dix fois en une seule journée !

De ce fait, l’extrémisme anti-islamisme ne peut constituer ni un consensus chez les militants pour la démocratie ni jouer le rôle de précurseur d’une réflexion seine et pragmatique pour rassembler les algériens face au régime criminel qui a tout fait pour nous diviser !

La seule voie possible, est la démocratisation de nous-mêmes, de notre entourage, de notre rapport avec l’autre, avec l’étranger, avec le Noir d’Afrique du Sahel, avec le juif, avec le chaoui, le mouzabites, l’oranais, le laics, l’islamiste, l’athée…C’est l’essence même du combat démocratique ! À partir de là, c’est encore une fois la démocratie qui tranchera par ses règles et par ses valeurs, et comme le dit Henry Ford : « La démocratie…c’est celle qui donne à tous les mêmes chances de réussite, et ensuite à chacun selon sa capacité »

La démarche de BARAKAT est appréciable, les algériens avaient besoin de voir ce contraste qui a été fabuleusement floué, on avait besoin de discerner à travers des échanges sereins les points de convergence et les possibles divergences, sans concession aucune en lien avec nos principes démocratiques, ou toute aventure théocratique…Aujourd’hui c’est les militants pour la démocratie qui détiennent l’initiative, ce qui conforte ce que dit Bernanos en haut de ce texte…Ça sera aux citoyens donc de construire la république, quand ce régime despotique se pliera !

BARAKAT a travers cette démarche a décomplexé les démocrates progressistes, et les démocrates conservateurs. La notion de démocrate deviendra -j’espère- une valeur partagée non exclusive à qui que ce soit…Car au final, la démocratie est un système de gouvernance et non pas une idéologie ! 


Nombre de lectures: 1117 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>