DzActiviste.info Publié le dim 7 Fév 2016

Affaire Khalifa : Acte III

Partager

LA COUR SUPRÊME SE PENCHERA BIENTÔT SUR LE DOSSIER

6176277-9228280Le Soir d’Algérie, 7 février 2016

L’affaire Khalifa Bank acte 3 est de nouveau entre les mains des magistrats. Pour cette fois-ci, c’est au niveau de la Cour suprême que se joue la troisième mi-temps en attendant la suite qui lui sera réservée. En effet, on apprend de source sûre que la Cour suprême entamera, dans les prochains jours, l’étude des pourvois en cassation introduits au lendemain du dernier procès.
Abder Bettache – Alger (Le Soir) – Les recours introduits par le représentant du ministère public et de quelques accusés ayant été condamnés par le tribunal criminel près la cour de Blida seraient sur le point d’être acceptés, ajoutent les mêmes sources. Les personnes par le biais de leurs avocats ayant introduit des recours ont relevé des vices de forme qui auraient entaché le procès et qui selon elles nécessitent un réexamen de l’affaire. Une procédure engagée égale à celle entamée en 2007, soit au lendemain du premier procès qui s’est tenu à la cour de Blida. Pour rappel, à l’issue de la lecture du verdict, le juge Antar Menouar avait fait part aux prévenus ayant été condamnés de la disposition du code pénal prévoyant le délai de 8 jours pour interjeter appel.
Il est à noter que des peines d’emprisonnement, dont certaines avec sursis, avaient été prononcées par le tribunal criminel de Blida à l’encontre de 18 prévenus, dont le principal accusé dans le procès de l’affaire Khalifa Bank, Abdelmoumène Rafik Khelifa, alors que les 53 autres accusés ont bénéficié d’un acquittement. Le tribunal criminel de Blida, présidé par le juge Antar Menouar, avait condamné Abdelmoumène Khelifa à 18 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 1 million de dinars et de la confiscation de tous les biens précédemment en sa possession.
Outre cette peine maximale, le tribunal a prononcé une condamnation de 10 ans de détention ferme à l’encontre de Djamel Guelimi, le bras droit de l’ex-propriétaire du groupe Khalifa, et contre lequel le procureur général, Mohamed Zerg Erras, avait requis une peine de 20 ans d’emprisonnement.
L’ex-directeur de la sécurité au sein du groupe Khalifa, Abdelhafid Châachou, a été condamné, pour sa part, à 8 ans de détention ferme, assortis d’une amende de 500.000 DA et de la confiscation de sa villa sise à Chéraga (Alger).
Le représentant du parquet avait requis, quant à lui, une peine de 20 ans d’emprisonnement ferme.
Une peine de 8 ans d’emprisonnement ferme, en sus d’une amende de 1 million de DA a été également requise contre l’ex-directeur de l’agence de Khalifa Bank à Chéraga, Mir Omar, et de l’ex-directeur de l’agence de ladite banque à Blida, Belaïd Kechad.
A l’encontre de ces deux prévenus, le même procureur général avait requis une peine de 15 ans de détention ferme, rappelle-t-on. Il est à souligner, enfin, que le principal accusé dans le procès d’El Khalifa Bank est également concerné par plusieurs autres enquêtes judiciaires toujours en cours. Sa détention devra permettre donc de faire avancer les autres dossiers Khalifa (Swifts, Khalifa TV, Khalifa Airways) et le dossier lié aux hauts cadres de l’Etat, qui bénéficient du privilège de juridiction. Des dossiers qui sont en instruction depuis des années.
A. B.


Nombre de lectures: 562 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>