DzActiviste.info Publié le lun 22 Juil 2013

Al Halqa (13) Les Conférences De Si Ramdane Fi Ramadhan – Dracula Fi Dechra

Partager

Par : Abdelkader BENBRIK

al halqaLe professeur Si Ramdane, dans sa nouvelle conférence du quartier, a décidé aujourd’hui de nous parler de Dracula, que nous connaissons d’ailleurs que par les films du cinéma. Si Ramdane va prouver à ses voisins que Dracula existe en chair et en os, et il parait qu’il se trouve parmi nous :

Si Ramdane : «D’abord, je dois vous dire, que certains professeurs ont tiré la sonnette d’alarme sur les dangers de l’arrosage de notre Bled par « ces images venues d’ailleurs » et l’invasion par ondes porteuses de messages apocryphes de toutes les chaines de TV à la solde des ennemis. Chacun chez lui est au rendez vous avec Dracula, soit à travers Al Jazzera, Al Arabia, BBC, F24, Al Hourra Des Dracula de notre époque qui ne sucent plus le sang, mais la raison.. la matière du cerveau. Savez-vous qu’au fin fond de la Dechra la plus éloignée les gens sont branché à ces images venus d’ailleurs ou autre crypte favorable à la faconde d’animateurs et de séducteurs avisés, porteurs de savoir-faire et d’idéologie, et qui auraient le pouvoir de plaire et de distraire un public algérien en quête d’identité, quotidiennement rongé par la quotidienneté et le mal d’être, et constamment en quête de la première tribu et des premiers ancêtres. Pris dans les rets de notre cordon ombilical et de notre corde d’argent et de lumière, entre Novembre et le quatorze juillet, entre El Djazaïr et Alger, entre nos patriarches-souvenirs, nos femmes objet-désir et notre jeunesse-avenir, nous oscillons, nous pendulons, nous papillonnons entre deux brasses, entre deux univers-conflits                                                                                                                                                     
Nous voudrions être ici, là bas et ailleurs, tels ces plutoniens scorpions zodiacaux que Dieu appelle et que le Diable tente. Tu as compris ya Kaddour ?. » Mais l’étudiant  répond au professeur comme d’habitude : « Ma âla balich Cheikh hadi ma Qrinahach, mais je commence à voir un peu de lumière »                                                                                                                                                              
Si Ramdane continu : « Dracula est parmi nous, entre nous. En nous. Dracula est dans le douar, dans le village, dans la ville, dans le quartier dans le bus. Dracula s’est affublé d’une toison pascale. Il pilule et il gélule et il stridule et il module en fréquence, et ses chaînes sont celles qui portent le plus loin et les plus captées par des innocents qui croirons bien aux mensonges manipulés.                                                                

Le Maghreb est toujours, pour eux un agrégat de tiers-Etats et des comptoirs à succursales pour un marché providentiel à produits ‘’made in là bas’’. On y pratique aussi au besoin, la manipulation des turbulences. La clandestinité nous avait appris à chuchoter ‘’les murs ont des oreilles, l’ennemi vous écoute..’’ C’était du temps de Novembre. C’était au temps du « droit de suite » et de Sakiet Sidi Youssef, et les deux lignes Maurice et Challe. Et c’est hélas encore Sabra et Chatila, le Blocus de Ghaza, et le bombardement de la Libye par L’OTAN. Les Dracula d’Algérie corrompus, dilapidateurs oppresseurs…                                                                                             

A l’holocauste des fils d’Isaac a succédé celui des fils d’Ismaël. Au siècle de l’horoscopie et de la science nyctalope, le grand ennemi, l’autre, c’est fait démiurge et, à l’instar de la déité qu’il singe « …est plus proche de vous que votre veine jugulaire… » Nous pauvres spectateurs endurcis, téléspectateurs aliénés, dépendant d’images opiacées, au lieu de regarder EN NOUS et AUTOUR DE NOUS, nous scrutons l’horizon et les cieux, avec nos yeux anastigmates, nos strabismes divergents et nos cataractes, les mains en œillères et en visière, pour débusquer les lunes nouvelles et claironner nos ruptures de carême, comme au temps de Sidna Ibrahim et d’Our et de Sumer, alors que eux distillent et instillent leurs chuchotis à l’ombre de nos temps et de nos canaux cochléaires, tous pavillons ouverts et pupilles écarquillées, avec nos  propres émetteurs et nos récepteurs propres. Alors à force de nous familiariser avec Dracula, on est un peu devenus nous même des Dracula entre nous.                                                                                                                                   
Je ne crois pas que vous m’aviez tous compris, mais j’en suis certain que les lecteurs comprendront. Il est temps de nous diriger à la mosquée, l’appel de l’Adhane ne va pas tarder. Saha Ftourkom.


Nombre de lectures: 655 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>