DzActiviste.info Publié le jeu 8 Août 2013

Al Halqa (30) Les Conférences De Si Ramdane Fi Ramadhan – Le Parcours D’Un Algérien Qui Devient Roi De La Libye.

Partager

Par : Abdelkader BENBRIK

De Mostaganem A La Cyrénaïque

al halqaAujourd’hui, le professeur Si Ramdane, nous parla de l’Algérien qui devient roi de la Libye. : « Du point de départ de Mostaganem. Cheikh Sidi Mohamed Ben Ali Sanoussi, Al Khattabi, Al Medjahri Al Idrissi, Al Hassani fondateur de la confrérie Sanoussia, né en 1787 à Mostaganem. Après un séjour à Fez, à la recherche du savoir il retourne à Mostaganem pour créer la Zaouïa Sanoussia. Puis il traverse le Sahara pour se rendre en Tunisie, puis à Tripoli, où il rencontre beaucoup d’adeptes qui lui permettent de fonder une confrérie importante à la région du Djebel Lakhdar. Cheikh Sidi Mohamed décida alors de rejoindre l’Egypte, mais au Caire il n’a trouvé que des Eulamas, influencés par la doctrine des Ottomans. Ce qui lui valu un nouveau départ vers  la Mecque, où prêcha avec tants de foi, et  réussit à créer une grande école du savoir Coranique, avec l’appui de la confrérie locale dit des ‘’Khadirites’’. Mais les Eulamas traditionnels affiliés à la Turquie, le dérangeait encore une fois et l’oblige à quitter la Mecque pour revenir en Cyrénaïque (Libye).

Cheikh Sidi Mohamed, a observé tous les préceptes les plus stricts de la religion Musulmane, il a imposé à ses adeptes de subvenir à leurs besoins en travaillant au lieu de recevoir aide et assistance. Par sa position et son statut de Cheikh Zaouïa Sanoussia, il inquiète les Ottomans. En décidant de prendre de l’écart des Ottomans, il se réfugiait  en 1855, dans l’Oasis d’Al Jaghboub, Son âge avancé il décéda en 1860.en laissant deux enfant M’Hamed (1844-1895) et Mohamed qui est né en 1845, c’est ce dernier qui le remplaça à la tête de la Zaouïa. Mais les Ottomans surveillent de près la situation, ils envoient le Pacha de Benghazi accompagné d’une armée, qui menaça Cheikh Mohamed, celui-ci se réfugia à son tour dans les Oasis de Koufra  où il meurt en 1902. A cette période la France coloniale menace le Sultan Wadaï, mais le successeur du Cheikh Mohamed, Ahmed Thani résista aux Français, ses partisans appelés au Djihad, mèneront une dure vie aux troupes française qui vont se replier dans le Nord du Tchad. A partir de cette date le Royaume de la Libye c’est fortement constitué.

Idriss Senoussi ne cache pas son hostilité aux Italiens  et tente en plusieurs reprise de négocier avec les Italiens l’indépendance de la Cyrénaïque (Libye), mais les Italiens voulaient conquérir le territoire. Idriss appel le peuple Cyrénaïque au Djhad et se réfugiât en Egypte, laissant la régence à son cousin Ahmed Thani. La résistance Libyenne prend de l’ampleur sous le commandement d’Omar El Mokhtar, un ancien adepte de la confrérie Sanoussia. La seconde guerre mondiale mélangera toutes les cartes où l’Italie de Mussolini était du côté de l’Allemagne Nazi elle fut chassé par les anglais.

Le 24 décembre 1951, après deux années de négociations et une résolution des Nations-Unies, l’indépendance de la Libye est annoncée, et  Cheikh Idriss Senoussi  devient Roi du Royaume-Uni de Libye.                                                                                                                                                                                          Pendant la Révolution Algérienne, Le Roi offre à l’ALN, une vaste ferme près de Tripoli, devenu base de repli des Révolutionnaires. Cette base est à aujourd’hui un bien de l’Algérie, mais reléguée aux oubliettes sans entretient ni réfections nécessaire, cette base, pleure aujourd’hui, sa glorieuse époque. Kadhafi ne s’est jamais intéressé à cette ancienne base de l’Armée de Libération Nationale de l’Algérie.

Le 1er septembre 1969, le capitaine de l’armée Mouammar Kadhafi,  de la tribu des –Kadhadfa- bien élevé et bien formé par les Anglais, renverse le Roi, avec cautionnement de Londres, et se proclame lui même colonel et annonce la République.  Le Roi Idriss se trouvait en Turquie pour une cure, laissant derrière lui le Prince héritier Hassan Réda Senoussi qui sous les ordres de Kadhafi passa deux années de prison, avant qu’il fut avec sa famille assigné à résidence. La tribu des ‘’Kadhadfa’’ reprochait aux Senoussi d’être des étrangers à la Libye (Algériens). Mohamed Réda Senoussi,  prince héritier qui vit actuellement en exil, se souvient de cette époque, et nous raconte comment sa famille, sans moyens privée de tout et sous la surveillance des agents de la Moukhabarat de Kadhafi qui les surveillaient en permanence. Parfois, ils les réveillaient en pleine nuit pour vérifier qu’ils sont tous présents, jusqu’à la nuit de l’année 1984, où des ‘’militants des comités Révolutionnaires’’  les ont faits sortir des lieux et ont incendié la maison. Ce fut ensuite dira le prince Mohamed Réda, une errance entre diverses résidences temporaires, avant le départ vers l’exil.

A la mort d’Hassan Senoussi en 1992, Mohamed  Réda Senoussi est désigné Prince héritier. «  Depuis je me bats d’abord pour l’histoire, pour faire respecter le nom de ma famille. Si les Libyens aujourd’hui choisissent la monarchie, je suis là, s’ils ont un autre choix, je le respecterai ».                                                           Mohamed Reda, n’a jamais oublié Mostaganem, « Je possède toujours des liens avec Mostaganem ». Il ne se déplace jamais sans un exemplaire de la constitution de 1952, frappée du drapeau de l’indépendance, rouge, noir-vert avec l’étoile et le croissant au centre. Un texte qui installe une monarchie constitutionnelle, où le roi n’a pas beaucoup plus de pouvoir que la Reine d’Angleterre. Mohamed Reda, assure disposer de réseaux en Libye, que des portraits du roi Idriss circulent sur les téléphones mobiles bien avant le déclenchement de la révolte. La monarchie est une sorte d’ombrelle, un point de ralliement pour les divers groupes d’opposition Libyens  affirme le prince Mohamed Reda, il parle avec tous, sauf avec les islamistes armés. L’héritier de la monarchie déplore tout de même que les Salafistes  Libyens, libérés de prison, aient choisi de s’entendre avec Kadhafi.                                                                                                                                                                                          Quarante deux années plus tard, le 17 février 2011, des jeunes Libyens qui ne sont pas encore nés en 1969, sortiront dans la rue, brandissant le drapeau du Royaume et crieront haut et fort : ‘’ Senoussi Malikouna, Kadhafi Âdouna’’.   Alors qu’il ne restait de cette famille que leurs parents à Mostaganem où existe la Zaouia Senoussia. Ceux qui sont parti en Libye sont : Mohamed Ben Cherif  Sidi Mohamed Al Sanoussi (Né 1846, est décédé en 1896)
Mohamed Al-Pacha’ Abid Ben Sidi Mohamed Cherif Al-Sanoussi (né en 1881, est décédé
Abdallah Ben Sidi Mohamed Al-Sanoussi Abid (né en 1919,il a été  Impliqué dans une tentative de soulèvement militaire contre Kadhafi en 1970.
Idriss Ben Sidi Sanoussi Abdallah (né en 1957, existant).  a « assumé » les titres et les styles, au nom de sa famille en dépit de ces titres étant retiré légalement (selon la pré-1969 Constitution libyenne) par le Roi Idris de son père et les descendants de son père.
Mohamed El-Mahdi Ben  Sayed Mohamed Al-Sanoussi, 2e Grand Sanoussi (Né 1844, décédé 1902)
Mohamed Al-Reda Al-Senoussi (Né 1890, est décédé 1955) Nommé par le prince héritier de son frère aîné le roi Idris, en 1953, est décédé 1955.
Hasan Al-Reda Al-Mahdi Al-Sanoussi (Né en 1928, est décédé 1992) Nommé prince héritier par son oncle le roi Idris en 1956 et ratifiée par l’Assemblée libyen, devenu régent de la Libye en 1969. Déposé par Kadhafi en 1969. Succédé à la tête de la Maison royale sur la mort de son oncle, le roi Idriss, en 1983. Décédé en exil en, 1992.
Mohamed Al-Reda Ben Sidi  Hasan al-Rida al-Mahdi al-Senoussi (Né en 1962, existant). Nommé comme l’héritier et le successeur de son père en volonté de son père, 1992, une situation reconnue par l’Union constitutionnelle libyenne, le principal bloc « ancien régime » d’opposition.
Mohamed est l’héritier légalement reconnues de son père qui a été approuvée par la Constitution du prince héritier de la Libye. Son grand-père était le prince héritier précédente légale, son grand-père était le 2e Grand Senoussi et son arrière-grand-père était le 1er Grand Senoussi.


Nombre de lectures: 2213 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Algérien dit :

    La base arrière de l’ALN, que le Roi Senouci avait offert à l’Alogérie combattante avec acte de propriété. S’est retrouvée en fin 78 dans une situation dramatique, ce qui poussé notre ancien ambassadeur M. Ahmed Tayeb Maâche a demandé l’autorisation du ministre des Affaires Etrangère Bouteflika à l’époque d’entamer des travaux de reféction. En réponse Bouteflika a limogé l’ambassadeur, En 1980, l’Ex Ambassadeur Tayeb Maâche a fait éclaté le scandale des transferts de fonds des ambassadeurs vers un compte codé en Suisse. Maâche a accusé le ministre des Affaires étrangères d’utiliser les restes des budgets à son propre compte.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>