DzActiviste.info Publié le ven 9 Août 2013

Al Halqa (31) Les Conférences De Si Ramdane Fi Ramadhan – Un Trésor Inestimable En Voie De Disparition

Partager

Par : Abdelkader  BEN BRIK                                                                                                                                        

al halqaPour la première fois, Si Ramdane tenta d’apporter quelques éclaircissements, sur notre patrimoine culturel, relégué aux oubliettes, dont toute une génération ignorait le contenu de ce trésor musical.  « Comme c’est demain l’Aid, j’ai décidé de vous parler d’une partie de notre patrimoine culturel dont les instruments de musique font partie intégrale des biens les plus précieux et significatifs du legs culturel ; ils constituent un témoignage vivant de notre civilisation, dont l’expression musicale se perpétue et se renouvelle en eux ; mais ils sont menacés de disparition totale et irréversible. L’instrument de musique n’est pas un objet quelconque, il est à la fois  producteur de sonorité et porteur de sens. Avec la musique il a une fonction sociale et symbolique et véhicule des valeurs esthétiques et spirituelles enracinées de la civilisation et transmet un savoir et des connaissances dans plusieurs domaines (religion, mythologie, histoire, littérature orale…), il est le principal véhicule de l’oralité.

Nous trouvons dans l’histoire musicale de l’Algérie :

La musique traditionnelle savante :

Ud (Leuth), Udarbi, Kouitra, Qrinda, Kamenja, (Jana), S’nitra, Rabab, Rbeyeb, Qânoun, Bey, Derbouka, Tar, (Tchekchaka), Nakarât.

Musique populaire et folklorique :  Qri’a, g’nibri, Imzad, Jouak, Fhel, Ghaïta, (Zorna), Gasba, (Chebaba), Mezoued, Tizemarine, Zemmar,Tabaqay, Gumbri, Agoual, Bendir, Def, Dendoûn, Guellal,Qallouz, Ganga, Qarn, Rûda, Shîz, Urghân, Yara’â, Shahin, Zokra, Zulâmiya, Zamr, Zambaq, Mizef, Tibia, Lyre, Nûra, Naqra.

Rythmes musicaux de l’Algérie

Ahiena, Asaher, Adjami, Aqsak, Areicha, Bachref (Tchambar), Btaïhi, Barouali, Bourdjila, Bambara, Cuyan, Derj, Fraq, Grigui, Goubahi, Haddaoui, Qadria, Mrabba, Mezaouedj, Messamhi, Merarbah, Rhaoui, Sbessia, Seyenine, Zendani, Haddi, Tmimi, Sari, Qsid, Mahjouz, Nesraf, Ramel, Tehwas, (Zria), Tehbar, (Taâzima), Guebli, Makhazni.

Répertoire de la chorégraphie algérienne

Âlaoui, Heydouss, Hmima, Abdaoui, Ayered, Amri, Baroudi, Berzana, Diwan, Dara, Djib Tewba, Naïli, Oughlan, Sara, Touiza, Khmaïssa, Lemouchi, Sahli, Tahlit, Redakhi, Rahba, Rekza, Tesbiha, Zendali, Ragset Dhfayer, Ragset El Khaïl, Ragset Et-Touareg, Ragset Et-titbirt, Ragset El M’hari, Regset Al Andaloussia.

En ce qui concerne les modes, genres et airs de la musique algérienne, nous avons recensé 129, dont les principaux sont : Âroubi, Btaïhi, Baladi, Bessaïli, Makhazni, Mazouni, Âmri, Cheikh S’ma, Caâbi, Cyka, Ghrib, Eye Eye, Hawzi, Istikhbar, Insiraf, Khass,  Naïli, Rahba, Essaf, Zidane, Touchiat Elnesraf, Touchiat Kamel, Touchiat Sabah el Ârus…

Quant aux différents types et genres de chant algériens, nous trouvons un nombre de 102 types de chant. Un trésor inestimable qui perdurait par le temps et la déconsidération et surtout par une certaine décadence et renversement des valeurs. Notre Patrimoine culturel est mal géré, ignorant comme nous l’avions constaté en maintes reprises, la culture et l’art de l’Algérie et pourtant ils sont responsables. Aussi  des débutants sont installés dans des postes importants pour gérer l’art et la culture. Le résultat est aujourd’hui devant nos yeux et sans commentaire de plus.  Hada Kenz Al Watan, Fhemtou !? Saha Ftourkom et surtout Saha Aidkom et à l’année prochaine Incha-Allah.


Nombre de lectures: 1023 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>