DzActiviste.info Publié le mar 29 Jan 2013

Algérie: Avis de tempête !

Partager

   
On ne sait ce qui se passe, mais l’agitation qui s’est emparée de certains milieux politiques périphériques et d’une certaine presse est un indicateur on ne peut plus évident d’un conflit majeur entre principaux clans du régime.
On savait que depuis quelque temps, grâce à l’immense manne financière qu’ils se partagent entre larrons, qu’ils avaient fait la paix, sur le dos du pays bien sûr. Les frères Boutef, qui étaient devenus les pater-familias de la mafia, avaient réussi à s’imposer comme les seuls dispensateurs des rentes.

En distribuant le butin aux uns et aux autres, avec un dosage très savant, chacun en fonction de la menace qu’il représente, et en faisant en sorte que tous les barons du régime viennent leur manger dans la main, dans le même temps qu’ils achetaient, rubis sur l’ongle, tous les Etats occidentaux, en leur offrant des contrats en tout genre, aussi mirobolants qu’ils sont à sens unique, celui qui va dans le seul intérêt de pays comme la France, les USA, le Qatar, et autres pays qui pèsent dans la désignation des régimes qui doivent tomber, les frères Boutef avaient réussi à créer autour d’eux un climat politique des plus favorables. Ils flottaient sur le big-bluff comme de l’huile sur de l’eau. Ce qui les laissait déjà envisager un quatrième mandat présidentiel.
Oubliée la menace de printemps algérien qui faisait trembler tout le sérail, depuis que les principales puissances occidentales ont rassuré le régime sur son sort ! Remisé au placard des bonnes affaires le chantage d’Al Jazeera, depuis que le Qatar est devenu le maître des lieux en Algérie ! Glissée dans la petite poche du blazer la France de Hollande, depuis qu’elle a fourgué ses rafales et remporté le lotto dans de juteuses affaires de gré à gré ! Au point où le régime n’a pas craint de se livrer à la plus grande outrance de son existence. En autorisant le survol du pays par la France, il a violé le principe même de son inépuisable fond de commerce qu’est la France coloniale, celle qu’il fait stigmatiser par ses braillards de service, pendant que ses barons y investissent et y prospèrent.
Là, il a entamé son seul vrai patrimoine, le seul qu’il ait construit, sur des montagnes de haine et de discours pétaradants. Il a violé ses propres commandements et renié sa propre profession de foi.
C’est cela, je crois, qui a mis le feu aux poudres. Non pas parce que les uns reprochent aux autres d’avoir trahi les martyrs. Ces gens là ne connaissent pas ces états d’âme. Mais c’est le meilleur prétexte qu’ont trouvé les jeunes loups pour sauter aux flancs du vieux mâle dominant. Un prétexte qui leur va comme un gant.

On ne sait pas ce qui se passe dans la maison de l’ogre, mais il ne fait aucun doute qu’il s’y prépare des évènements majeurs, peut être dramatiques. Pour le peuple bien sûr. Parce chez ces gens là, il n’y a que le peuple qui paie. Je bouffe, tu paies ! Je tue, tu meurs ! Je décide, tu votes ! Je mens, tu applaudis ! Je t’écrase, tu te la fermes !
C’est par foules interposées que ces gens là se font la guerre. Et c’est lui qu’ils s’apprêtent, encore une fois, à les manipuler, à les faire manifester, peut-être même à les  massacrer, pour monnayer leurs parts respectives de la rente.

Il ne fait plus de doute que les grandes manoeuvres ont commencé, et que ça va flamber dans la cambuse. Les réaménagements des écuries politiques, et les déclarations de partis popo-litiques, en faveur ou contre les Boutef sont les signes avant-coureurs d’évènements qui vont bouleverser le régime. Cela n’aurait été que salutaire si ces gens là s’étaient entre-dévorés,  comme tous les fauves normalement constitués. Le grand malheur pour le peuple algérien est que ce sera lui, encore et encore, qui servira de punching-ball-ball ou de mouton de l’Aïd.
Attention, les loups sont lâchés !

DB


Nombre de lectures: 323 Views
Embed This