DzActiviste.info Publié le jeu 24 Avr 2014

Algérie : Bouteflika réélu en Algérie avec 82% des voix : le « scrutin de l’absurde »

Partager
Vendredi 18 avril 2014
Sans surprise, Abdelaziz Bouteflika a été proclamé vainqueur vendredi de la présidentielle algérienne avec 81,53% des voix. Dans un éditorial lucide que nous reproduisons, le quotidien indépendant El Watan décrit un « scrutin de l’absurde », dans lequel le vrai vainqueur est l’abstention.
Cette élection du 17 avril restera dans l’histoire comme le scrutin de l’absurde.
La journée a bizarrement commencé avec un homme parti d’un bureau de vote, une urne sous le bras, à Béjaïa.
Plus tard, comme si de rien n’était, le chef de l’Etat, qui n’était pas apparu en public depuis mai 2012, est sorti de chez lui en fauteuil roulant pour se rendre au bureau de vote.
Toute la journée, des émeutes ont secoué la Kabylie : à Béjaïa, des jeunes ont brûlé des pneus et coupé la route nationale dans la nuit de mercredi à jeudi. A Tizi Ouzou, des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre.
A Bouira, des bureaux de vote ont été saccagés. En fin de journée, un bilan relevait une soixantaine de blessés.
Pendant que la télévision officielle diffusait des images d’Algériens en train de courir pour aller voter, se félicitant de la « convivialité » et de la « sérénité » dans laquelle se tenait le scrutin, la police et la gendarmerie déployaient plus de 260 000 hommes dans tout le pays, appuyés par une couverture aérienne.

Participation en berne

La journée s’est finalement terminée dans un déluge de taux de participation donnés par des QG de candidats, des médias, des magistrats, sans qu’un seul taux officiel ne soit encore annoncé depuis celui de 17h : 37,04%. Enfin, à 22h40, le verdict est tombé : 51,70%.
Soit bien moins qu’en 2009 où il était de 74,11%. Et déjà, dans la soirée, les partisans du président Bouteflika commençaient à défiler dans les rues d’Alger pour fêter la victoire.
Le FLN s’est quant à lui félicité de l’affluence qui « dénote de la grande prise de conscience par le peuple de l’ampleur de la responsabilité qui lui incombe et dont il a toujours été à la hauteur ».
Si le chiffre a mis tant de temps à tomber, c’est qu’il résume tout l’enjeu de la présidentielle. « L’abstention, qu’elle procède d’une indifférence ou d’une attitude immotivée, dénote une propension délibérée à vouloir demeurer en marge de la nation », avait prévenu Bouteflika.
Pendant toute la campagne, les représentants du président sortant avaient lourdement insisté sur « la nécessité de voter au nom de la stabilité ».
Au regard du peu d’intérêt pour les meetings, une participation massive n’était pas gagnée. Le ministère de l’Intérieur a d’ailleurs décidé, en fin d’après-midi, de prolonger l’ouverture des bureaux de vote d’une heure.

Le grand vainqueur : l’abstention

« La participation est le seul véritable enjeu de cette élection, explique le politologue Mourad Goumiri, président de l’Association des universitaires algériens pour la promotion des études de sécurité nationale.
“Elle est importante pour la suite des événements : un taux faible fragiliserait le clan au pouvoir, alors qu’avec un taux élevé, il pourrait négocier au mieux ses intérêts dans la transition qui va se préparer.”
Avant même que les scores des candidats ne soient connus et que le taux d’abstention soit réel ou truqué, le grand vainqueur est déjà connu : l’abstention.
Et les premiers à s’en réjouir sont les partisans du Front du boycott. “Depuis 1997, le plus grand parti du pays est celui des abstentionnistes, rappelle la politologue Louisa Aït Hammadouche.
‘La particularité de ce scrutin est que le boycott a été mené de façon organisée, par une alliance hétérogène qui a permis de fédérer un électorat plus large vers l’abstention. Tant que les élections resteront pluralistes mais non concurrentielles, un grand nombre d’Algériens considèreront que voter est inutile.’

 

 


Nombre de lectures: 161 Views
Embed This