DzActiviste.info Publié le dim 26 Fév 2012

Algérie : des citoyens portés disparus après leur arrestation par les services de sécurité !

Partager
Dans la wilaya de Boumerdès, des citoyens ont été enlevés et menacés de mort par des agents des services de sécurité ! Le Réseau d’Avocats pour la Défense des Droits de l’Homme (R.A.D.D.H) a révélé, et dénoncé, dimanche ces procédés « que chacun croyait révolues et dont sont victimes des citoyens, dans un cadre hors de toute légalité », note dans un communiqué le R.A.D.D.H.
Selon le Coordinateur de ce réseau, Maître Amine SIDHOUM, « le 19 février 2012, dix agents des services de sécurité venus à bords de deux véhicules banalisés de type Kango et d’une Peugeot 206, se sont présentés à 20 h 30 sans mandat légal requis par la loi, au domicile de Monsieur HAMLIL Azzedine âge de 65 ans, sis au village  ouled Aïssa (Boumerdés). En l’absence de ce dernier, ils sont repartis pour revenir le lendemain soit, le 20 février 2012 à 9 h 15. Les agents se sont représentés à bord de trois véhicules banalisés et deux véhicules de la Brigade Mobile de la Police Judiciaire (BMPJ). Quatre agents se sont introduits au domicile de l’intéressé et ont procédé sans mandat légal, à une minutieuse et brutale perquisition durant 02 heures », raconte-t-il en fournissant moult détails.
D’autre part, selon le RADDH, les services de sécurité n’ont pas hésité à lancer « un ultimatum à la famille de M. HAMLIL Azzedine, menaçant de prendre en otage son fils âgé de 22 ans, et qu’il ne sera remis en liberté que si le père se constituait prisonnier !!! ». « Ils ne manqueront pas de préciser qu’au cas où le père ne se présentait pas avant le vendredi 23 Février 2012, il sera purement et simplement éliminé physiquement !!! », dénonce encore le communiqué du RADDH.
Pis encore, selon le RADDH, une vingtaine de personnes auraient disparu après leur arrestation par les services de sécurités ! Et parmi ces  personnes qui ont été enlevées le 19 février 2012, le communiqué du réseau des avocats cite les noms suivants :
– BISSAS Mourad âgé de 30 ans,
– BAKAL Said âgé 22 ans
– HIMANI Mohamed âgé de 32 ans
– DJALIL Saïd âgé de 31 ans
« Tous les quatre sont originaires de la commune d’Ouled Aissa (Boumerdés) », précise le Réseau qui rapporte encore que vingt personnes des communes de Djenat, Baghlia et Sidi Daoud, « sont considérées comme disparues après leur arrestation par des agents en civils » !
Le RADDH tient à signaler également que d’autres « personnes arrêtées sont maintenues dans un lieu secret inconnu par les familles des victimes » !

Rappelons enfin que le RADDH est un réseau d’avocat qui active pour venir en aide aux militants des droits de l’Homme, aux syndicalistes et à tout citoyen victime d’exactions en matière de droits humains. Il a été créé en janvier 2012 à Alger et il est composé pour l’heure de vingts avocats originaires de plusieurs wilayas à travers le pays.
La Rédaction de NessNews


Nombre de lectures: 276 Views
Embed This