DzActiviste.info Publié le mer 30 Oct 2013

ALGÉRIE LA CHUTE PLANIFIÉE. Algérie, La chute planifiée

Partager

jeunes algériensLe spectre d’un autre chaos aux conséquences désastreuses planes. Nous acheminons droits et à pas pressés vers l’abime. Sans que cela ne semble inquiéter beaucoup d’algériens ; qui ne sont guère mobilisés afin d’éviter à leur pays ce grand naufrage annoncé.

Sauf quelques voix timides qui sont demeurées sans échos, et ici encore, que de lacunes !

Si toute initiative en faveur du changement auquel les algériens épris de justice et de liberté aspirent n’est que louable, par conséquent certaines sont en total déphasaient de la réalité, pis elles presque toutes à côté du diagnostic, et occultent intentionnellement toutes les vérités se référant à la crise que nous vivons et qu’il faut impérativement élucider, avec bravoure dans toutes ses dimensions au lieu de nous proposer des remèdes aux méfaits.

Le mal est si grave et aussi profond qu’on nous le présente, et ne peut se résumer à la période du régime de Bouteflika qui n’est qu’une complication et suite logique des complots « malgaches » au milieu de la révolution, concrétisés par une prise de pouvoir par l’effusion du sang des algériens.
Tout comme les causes de la crise sont historique et multiples ses conséquences aussi sont très diverses, dont certains nous les avons pas encore vécu, ils sont au stade de germination mais si la situation continue sur ce rythme de statuquo ils surgiront dans un avenir qui n’est pas lointains.

Des origines de la crise :

1-le millénaire d’exode, d’aliénation et de grandes persécutions : comprenant les expéditions punitives fatimide-le colonialisme ottoman puis français

2-la guerre de libération nationale : dans toutes ses grandeurs, celles de ses dirigeants et le peuple algérien entiers, toutes fois des erreurs monumentales, de grandes dérives, des violences monstrueuses et injustices graves ont été perpétré ,dont les séquelles sont encore très visibles et cela a influé négativement, sur le devenir de « l’Algérie indépendante.

3-l’interruption du processus de libération, et l’anéantissement de la dynamique révolutionnaire par les « wasti » par un coup d’état meurtrier.

Existe-t-il la moindre différence fondamentale entre le régime de Bouteflika et ceux de ses prédécesseurs ?
Pas une seule : issue de la même tribu qu’on dit de la lignée de la dynastie des « adarissa » se nourrissant de la même doctrine, les mêmes partenaires et les mêmes stratagèmes. Un seul écart secondaire : ses ainés avaient adopté la stratégie de la terreur pour régner le dernier a brillamment excellé dans les procédés de fraudes de dissuasion, et de soudoyés.

Les aspects de la crise

—1) économie agonisante, rangée par la prédation et la dilapidation de nos prodigues responsables, et de l’import-import, improductive et non génératrice d’emploi.

—2) financièrement et malgré une manne pétrolière de plusieurs Milliers de milliard de dollars, nous sommes ruinés des centaines de milliards gaspillés ca et la, et dans l’impunité totale.

—3) la jeunesse souffrant d’un chômage endémique, rangée par les fléaux.

—4) administration médiocre, source de corruption et de tous les blocages du développement soumise au service du pouvoir central. Justice et institutions alibi relèvent du domaine privé de la haute sphère.

—5) société civile atteinte d’une désagrégation très avancée, rien n’a échappé au pouvoir :

Sous le subterfuge d’une union nationale conventionnelle cernée dans uniquement l’arabité et l’islamité, le pouvoir à dès le début édifié un état privé et totalitaire, basé sur : la négation, le déni de droits, l’exclusion, l’oppression et la répression de tout ce qui ne se reconnait pas dans les deux « constantes » imposées

Toutes les organisations de la société sont déstructurées, noyautées et récupérées ou essoufflées
-Le malheur est si grand que ça car le peuple algérien est gravement mutilé et miné de toutes parts : violences multiformes, méfiance de toute chose politique, l’insouciance, cupidité, et peur sont devenus des valeurs greffées comme seconde nature dans la société algérienne. ce qui rend tout travaille de militantisme d’une extrême rudesse. Ajoutant l’apparition de nouveaux extrémismes et multiples, de différents groupes et sectes doctrinaires, et surtout de nouveaux nationalismes !!

Propositions

-rétablissement de toutes les vérités historiques
-reconnaissance de la diversité algérienne sur tous les plans
-L’application sans restriction aucune de toutes les lois universelle, en matières de libertés et tous les droits de la personne humaine
-La refonte totale de l’administration
-La réforme globale et radicale de l’école
-Une large décentralisation
-l’assainissement et la refondation du paysage politique sur de nouvelles bases à déterminer
-le retour à la vie institutionnelle.

M SLIMANI MADJID/MEMBRE
Du M C L D


Nombre de lectures: 2551 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 2 Comments
Participer à la discussion
  1. SLIMANI MADJID dit :

    CONCEVOIR LE MAL C’EST ENFANTER UN MALHEUR

    – Sommes-nous en phase de payement, d’une dette contractée par nos aïeux amazigh ?peut être, que toutes les invasions et tragédies qu’avait connu cette terre de tamazgha, sont une malédiction que le roi CHICHANQ !car il est écrit dans le livre des rois que celui-ci avait pillé tout l’or du temple et de la maison du roi SALOMON.OUBIEN DIEU nous puni, par cet abominable régime politique, pour les offenses que, nous de cette génération lui faisons ?
    – Le mal ne réside pas uniquement, dans ce pouvoir prédateur et négateur. Celui -ci n’est également pas germé des sols, fertiles de notre mitidja.il nous est aussi pas tombé injustement du ciel, car ce que permet le très haut nous le méritons amplement. C’est de nos mensonges et injustices, de notre hypocrisie et orgueil, de nos pensées et pratiques liberticides qu’il a pris racine .nous l’avons engendré, et fortifié.et même qu’il a expiré, même que le dénigrons publiquement, mais dans les faits nous le soutenons, le justifions, le réconfortons et travaillons pour sa pérennité.
    -qu’on ne panique pas et que l’on ne commette pas des erreurs, ce pouvoir doit s’en aller et sans aucun doute s’en ira, quand ? Comment ? L’HISTOIRE des nations est très riche en enseignements, quand l’action politique et la revendication pacifique échouent c’est la violence et le chaos qui prennent le relais à eux de choisir entre une issue salutaire pour eux et leurs progénitures ou de connaitre les sorts horribles des : CAUSESCAU, SADDAM ET GUEDDAFI .dieu leur suscitera de plus méchants qu’eux.
    -Quand à nous « les opposants » « démocrates » « présidentiables » « porteurs d’initiatives » !à quoi ont servies NOS « INITIATIVES ! »ne sommes-nous les uns après les autres laminés et ignorés ? ZERO ECHOS+ ZERO adhésion.au moment où le pouvoir s’apprête à achever ce que ses prédécesseurs avaient commencé. Le candidat du système sera plébiscité lors de la prochaine présidentielle, âpres le tripotage de la constitution !!
    -quelle sera notre réaction ?nous lamenter ! Soutenir un coup d’état ! Bruler des pneus sur les places d’ALGER ! Ou bien se taire et se ranger du côté du future PRESIDENT !
    – une ultime chance et pourtant à saisir si nous parvenons à nous débarrasser de nos mensonges et tromperies, de notre orgueil, mépris de l’autre, à militer pour le droit la justice ,la liberté et la démocratie c’est là le changement que devions opérer en premier.

    Mr SLIMANI MADJID
    MEMBRE DU M C L D
    BOHNI LE 29/12/2013

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>