DzActiviste.info Publié le mer 21 Nov 2012

Algérie: La grande boustifaille

Partager
Le serment de la grande boustifaille

C’est la photo qui parle d’elle-même. En s’exhibant ainsi, ils immortalisent leur expression d’assoiffés de rapine. Ainsi, l’image est contextualisée aux évènements que traverse l’Algérie. Elle dénote une réalité plus que criante.

Découpant avec jouissance l’une des constantes symboliques de l’Etat Algérien que l’on a pris soin de le placer devant eux comme un butin  « Ghanima » posé sur un autel. L’emblème national perd subséquemment toute sa nature sacrificielle, sa dimension représentative d’une nation que l’on a foulée au pied, ou que l’on a dépecé et prête à être dévorée.

Ensuite, le signe de la trahison qui se lit sur leur visage ; car ils tournent leur dos à ceux qui ont fait de leur vie un don à la nation. 

Cette photo me rappelle un tableau de Botticelli sur Savonarole, bien décrit dans un ouvrage « l’humanisme à l’épreuve du  feu ».  Le dit Tableau fut interdit  quatre siècles durant par l’église Catholique.  Savonarole se souleva contre les prévarications du clergé catholique qu’ il accuse de trahison jusqu’à la pratique du rite liturgique, notamment la scène de  l’Autel lors de la messe où le prêtre doit faire son serment en buvant le vin « sang du christ » en tournant le dos à ce dernier souffrant sur sa croix. Bien que musulman et croyant, le tableau montre l’expression même de la trahison du sacrifice. Savonarole fut brûlé sur le bûché à Florence préférant mourir que de partager le félonie du clergé.

Ouled Abbas, ministres des faux moudjahiddines, ses deux enfants naturalisés français, mais se targue de se réclamer de la famille révolutionnaire.
Tahar Zbiri, il était de tous les complots jusqu’à son push raté contre Boukharouba.
Ouled Khelifa, un apparatchik de première comme ceux de l’URSS, intrônisé à 74 ans.

Tous souriant, la bave au bout des lèvres, ils manifestent leur voracité dissimulée tandis que les Chouhadas, regard perçant,  observent inertes  le legs laissé à la postérité.

Fraternellement

Jeff

    


Nombre de lectures: 390 Views
Embed This