DzActiviste.info Publié le lun 5 Nov 2012

Algérie: Le Prof qui donnait un cours magistral sur le plagiat pris en flagrant délit de…plagiat.

Partager
Plagiat : le directeur de la Recherche scientifique fait un copier‑coller
d’un document du ministère français
Riyad Hamadi
               
On savait que les Algériens s’inspiraient beaucoup – même discrètement – de ce qui se fait ailleurs, notamment en France. Mais le professeur Hafid Aourag, directeur général de la Recherche scientifique et du Développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur, ne s’est pas contenté d’emprunter quelques idées au ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le 22 septembre dernier, pour rédiger un texte pompeusement intitulé La Programmation de la recherche : concilier stratégie nationale et ambition des chercheurs (lire), le professeur Aourag ne perd pas son temps : il copie, à la virgule près, un document du ministère français, en l’occurrence Stratégie nationale de recherche et d’innovation 2009 (lire). Il copie même la préface du document rédigée par l’ancienne ministre française Valérie Pecresse.
 
Extraits du document du professeur algérien 
 
« Ma conviction, est simple : la recherche et l’innovation ne constituent pas des solutions d’avenir parmi d’autres. Ce sont les principaux, je dirais même, les seuls outils dont nos sociétés disposent pour construire le monde de demain : c’est donc sur la recherche et l’innovation que nous concentrerons nos efforts, c’est autour d’elles que la nation doit se rassembler et s’investir. Pour que le progrès scientifique ne soit pas séparé du progrès social, il faut que les découvertes fondamentales soient transformées en innovations technologiques ou appliquées. Mais cela ne suffit pas, il faut également que la société soit prête à accueillir le progrès scientifique et technique et qu’un dialogue permanent s’instaure dans la société, entre les citoyens et les scientifiques. La société doit aussi contribuer aux innovations, dont beaucoup, et parmi les plus importantes, sont loin de n’être que technologiques. C’est pourquoi j’ai souhaité que notre pays se donne une nouvelle loi sur la recherche scientifique et le développement technologique en termes d’une stratégie nationale de recherche et d’innovation construite autour de quatre piliers fondateurs :
 
– il s’agit d’abord d’une stratégie fondée sur l’analyse des grands défis de demain, qui sont autant de priorités pour la recherche algérienne;
– c’est une stratégie véritablement nationale : ses priorités seront donc définies à partir des besoins cardinaux de la Nation, pour réaffirmer la valeur sociale de la recherche et de l’innovation, et renouer le dialogue entre science et société;
– elle est d’abord tournée vers la recherche: les priorités qu’elle fixe auront donc toute leur place dans la programmation des organismes de recherche, qui feront vivre cette stratégie;
– elle doit permettre de transformer la recherche en innovation, en renforçant le continuum interactif entre recherche et besoins marchands et sociétaux, qui conduit à une dynamique permanente entre les découvertes fondamentales et leurs applications technologiques, ainsi que leur diffusion au sein de nos universités et grandes écoles. »
 
 
Extraits de la préface de la ministre française
 
« Ma conviction, partagée par l’ensemble du Gouvernement, est donc simple : la recherche et l’innovation ne sont pas des solutions d’avenir parmi d’autres. Ce sont les principaux et même parfois les seuls outils dont nos sociétés disposent pour construire le monde de demain : c’est  donc sur la recherche et l’innovation que nous devons compter, c’est autour d’elles que la nation doit se rassembler. 
Pour que le progrès scientifique ne soit pas séparé du progrès social, il faut en effet que les découvertes fondamentales soient transformées en innovations technologiques ou appliquées. Mais cela ne suffit pas : il faut également que la société soit prête à accueillir le progrès scientifique et technique et qu’un dialogue permanent s’instaure entre les citoyens et les scientifiques. La société aussi doit contribuer aux innovations, dont beaucoup, et parmi les plus importantes, sont loin de n’être que technologiques.
C’est pourquoi j’ai souhaité que notre pays se donne  une stratégie nationale de recherche et d’innovation construite autour de quatre piliers fondateurs : 
– il s’agit d’abord d’une  stratégie fondée sur l’analyse des grands défis de demain, qui sont autant de priorités pour la recherche française ;
– c’est une stratégie véritablement nationale : ses priorités seront donc définies à partir des besoins cardinaux de la Nation, pour réaffirmer la valeur sociale de la recherche et de l’innovation, et renouer le dialogue entre science et société ; 
– elle est d’abord tournée vers la recherche : les priorités qu’elle fixe auront donc toute leur place dans la programmation des organismes de recherche, qui feront vivre cette stratégie ;
– elle doit permettre de transformer la recherche en  innovation, en renforçant le continuum interactif entre recherche et besoins marchands et sociétaux, qui conduit à une dynamique permanente entre les découvertes fondamentales et leurs applications technologiques, ainsi que leur diffusion au sein de nos universités et grandes écoles. »
 
 
Paradoxalement, c’est le même professeur qui, le 26 mars 2011, organisait à Alger un séminaire sur le plagiat dans le domaine scientifique (lire). TSA a tenté de le joindre depuis le début de la matinée de dimanche 4 novembre. En vain. « Il est à l’étranger », a expliqué son assistante. 
Source: Tout sur l’Algérie


Nombre de lectures: 518 Views
Embed This