DzActiviste.info Publié le mar 4 Sep 2012

Algérie: le visa et les vaches à lait…

Partager

Visa Schengen

                                  


Cet article d’El Watan nous apprend comment les consulats européens se sucrent sur certains demandeurs de visa, en violation des lois de leurs pays respectifs. Tant que ça rapporte ! Et puis l’Algérie, n’est elle pas un pays de non-droit, où tout est bon dans le cochon ?

DB

Comment des demandes de visas gratuites s’avèrent-elles payantes ? Un mystère lucratif

L’ Union européenne (UE) le stipule depuis 2001 : les visas pour les membres étrangers liés familialement avec des Européens (de nationalité française, allemande…) ne doivent pas payer la demande de visa.
Le texte, qu’on retrouve facilement sur le site internet de l’UE est clair : «Si un membre de votre famille non ressortissant de l’UE a besoin d’un visa d’entrée, il doit en faire la demande à l’avance auprès du consulat ou de l’ambassade du pays dans lequel il souhaite se rendre. La demande doit être traitée rapidement et gratuitement. Les pays membres de l’espace Schengen (dans lesquels les citoyens européens peuvent voyager sans passeport) sont tenus de délivrer les visas dans les 15 jours, sauf à de rares exceptions, lorsque le retard est dûment justifié.» Pourtant, on sait pertinemment que  cela n’est pas le cas, ni pour la gratuité ni pour la rapidité. Depuis déjà plusieurs mois, en France, l’avocat Olivier Touami tente d’intervenir auprès de l’Etat français pour faire appliquer cette réglementation qui concerne de fait tous les Etats membres de l’UE. Avec le gouvernement précédent, Sarkozy-Fillon, l’avocat n’avait pas eu gain de cause.
Il revient à la charge auprès du gouvernement Ayrault. Un courrier a été adressé au ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Il s’agit de faire appliquer une décision européenne qui indique simplement que tous les demandeurs qui ont un conjoint, un parent ou un enfant déjà membre de l’Union européenne ne doivent pas payer. Cela vaut bien sûr pour les demandeurs algériens qui ne sont pas au courant de cette disposition. Outre l’entorse aux règles européennes, cela fait un gain important que l’avocat Touami estime s’élever à «75 millions d’euros empochés illégalement par l’Etat français ! C’est une véritable vache à lait ! », enrage-t-il dans les colonnes du journal Le Monde.
Cependant, dans le même journal, Jean-Paul Nuñez, délégué régional de la Cimade en Languedoc-Roussillon, pose la question à l’envers, jugeant que si «les gens sont prêts à faire des recours sur le fond, sur les motifs du refus d’un visa, ils ne le font pas sur l’aspect financier. Ils seraient même prêts à payer le double si cela leur permettait d’avoir ce visa». C’est certainement la raison pour laquelle les gouvernements se font tirer l’oreille. En 2009, du reste, la Cimade avait publié un rapport sur les conditions d’obtention des visas français dans plusieurs pays, se faisant surtout l’écho du labyrinthe administratif dans lequel se perdent ceux qui demandent un visa pour pouvoir venir en France, fustigeant «l’opacité qui règne sur les pratiques des consulats, lointains et méconnus».    
Walid Mebarek
Source El Watan


Nombre de lectures: 334 Views
Embed This