DzActiviste.info Publié le lun 5 Mai 2014

Algérie, les achats immobiliers suspects d’Amar Saadani (1) source MondAfrique

Partager

Algérie, les achats immobiliers suspects d’Amar Saadani (1) source MondAfrique

Amar Saadani, le secrétaire général du FLN, affirme ne jamais avoir possédé d’appartements à Paris. Les documents que nous publions montre que ce proche de Bouteflika est au moins propriétaire d’un appartement à Neuilly sur Seine, la banlieue chic de Paris.

Après la publication de l'article dans "Mondafrique" qui faisait mention des deux appartements acquis en France par Amar Saadani, le patron du FLN, le site « www.algériepatriotique », animé par des proches du général Nezzar, l’ancien ministre de la Défense et un des hommes forts du système algérien, donnait les adresses de certains de ces confortables pieds à terre. Une grande partie de la presse algérienne, « El Watan » notamment, sous la plume d’une journaliste d’investigation spécialisée dans les dossiers sensibles, reprenait l’ensemble de ces informations. A l'ombre de "l'Olivier" Or nous avons retrouvé les statuts et la domiciliation de la Société Civile Immobilière (SCI), « l’Olivier », qui possède effectivement l’appartement situé à Neuilly pour le compte d'Amar Saadani, de sa femme Naima et de ses sept enfants. Créée en juillet 2009, cette SCI possède, entre autres, « des biens immobiliers dépendant d’un immeuble situé à Neuilly-sur-Seine situé entre le 9 et le 15 boulevard Victor Hugo… ». L’appartement comprend quatre pièces principales, plus une entrée, une cuisine, un parking et des caves. La gérante de la SCI n’est autre qu’une des six filles d’Amar Saadani, Kenza, domiciliée à Londres dans un quartier résidentiel, où elle poursuit des études. Une discrète boite aux lettres D’après les statuts signés par l’ensemble de la famille, la SCI « l’Olivier » est domiciliée, via « une convention d’occupation », au 48, rue de la Bienfaisance à Paris au nom d’une obscure société, « Agir ». D’après les services de cadastre de la ville de Paris que nous avons consulté, cette adresse existe bien sur le papier. Sauf que ses responsables de la société « Agir » sont juste impossibles à joindre, alors que nous voulions nous enquérir sur la possible acquisition d'autres biens immobiliers. Le numéro inscrit sur l’annuaire (015659…) au nom de la société Agir située 48, rue de la Bienfaisance renvoie à une association d’aide aux détenus « Agir, Aider, Accompagner, section volontariat ». Lorsque nous appelons ce numéro, nous entrons en relations… avec une caisse de retraite complémentaire qui a déménagé de la rue Bienfaisance l’année dernière. Vivre heureux, vivre caché Sans se décourager, nous avons cherché dans des banques de données les coordonnées les références de la société "Agir". Nouveau mystère, nous avons trouvé une nouvelle entité AGIR (« Assistance aux groupes pour l’investissement et la réalisation »), localisée comme l'association d'aide aux détenus au 48 rue de la Bienfaisance. Les deux dirigeants supposés de cette entité seraient, apprend-on, à la tête de plusieurs sociétés : le groupe Wilmar, la société civile des eaux d’Auvergne… Seul problème, personne ne répond à ces adresses au nom de la société« Agir », apparemment une coquille vide. Le mystère s’épaissit ! Enfin après nous être rendus sur place, toujours au 48, rue de la Bienfaisance, une plaque indique à l’entrée l’existence de la société « Agir » située au rez de chaussée. Sur une porte vitrée, un morceau de papier a été collé : « En cas d’absence, déposez le courrier chez le gardien de l’immeuble ».Autant de dédales qui démontrent clairement qu'Amar Saadani préfère vivre caché lorsqu'il se rend à Paris. D’autres pistes existent que nous sommes en train d’explorer. Ainsi un « Ahmed » Saadani, dont nous ignorons les liens avec le patron du FLN, loge, d’après le cadastre, à l’adresse indiquée à Puteaux par le site 'Algérie patriotique'. D’autres témoignages nous confirment l’existence d’un autre appartement avenue de la Grande Armée, à deux pas de la Défense, qui appartiendrait aussi au patron du FLN. En tout cas, sur la carte de résident de dix ans qu’Amar Saadani a obtenu en 2012, figure bel et bien l’adresse suivante : « SCI l’Olivier, 13-15 Boulevard Victor Hugo ». Comment le patron du FLN peut nier, via son avocat, qu’il possède des biens immobiliers en France ?


Nombre de lectures: 131 Views
Embed This