DzActiviste.info Publié le ven 7 Sep 2012

Algérie: Les Algériens ne savent pas que la première Dame du pays existe.

Partager

                     

Est-ce Madame Bouteflika ? C’est une photo qui nous a été envoyée par une personne qui affirme que c’est bien elle. Nous ne confirmons pas.

                                     
Amel Triki ! C’est son nom de jeune fille. Mais sur l’état civil, elle porte le nom de son époux, Bouteflika !

Cette dame est un secret d’Etat.
Son effacement de la scène publique frise la mort civile.
Elle vit à Paris, vraisemblablement avec un statut d’épouse de Chef d’Etat étranger, avec tous les privilèges qui lui sont dus. A plus forte raison qu’elle est l’épouse d’un partenaire économique de premier plan de la France.
Elle bénéficie certainement d’une garde rapprochée, d’une résidence cossue, d’une rente confortable, mais sans plus.
On lui a demandé de ne pas defrayer la chronique, et il semble qu’elle s’y soit rigoureusement pliée, puisque très peu d’Algériens savent qu’elle existe. On peut même dire que 99% des Algériens ignorent jusqu’à son existence.
Issue d’une famille bourgeoise de Tlemcen, fille de diplomate, elle a convolé en justes noces avec Abdelaziz Bouteflika en 1990. A un moment où cet fringuant ex-ministre des Affaires étrangères faisait sa traversée du désert.
Le couple n’aura pas de postérité. Il semble même que des problèmes familiaux, que nous nous abstiendrons de commenter, auraient empoisonné la vie des jeunes mariés. Quoique jeunes, c’est trop dire, puisque l’époux avait 53 ans au moment du mariage. Elle serait plus jeune que lui d’une quinzaine d’années.

L’incompatibilité d’humeur sera telle que le couple se sépare, sans divorcer néanmoins. On se demande bien pourquoi. C’est réellement une question qui se pose. Pourquoi ce couple, qui a rompu au point de ne plus entretenir une quelconque relation, si ce n’est celle purement matérielle, a-t-il décidé de ne pas rompre le mariage civil.

Lorsqu’il sera candidat à son premier mandat, Abdelaziz Bouteflika préfèrera laisser courir la rumeur qu’il était célibataire, ce qui est contraire aux critères d’éligibilité, plutôt que rendre public son mariage. Un véritable tabou. Il semble qu’il y ait là une histoire de famille, très compliquée, liée à l’amour filial que portait le nouveau président à sa mère.

Amel Triki, ou plutôt Madame Bouteflika, serait un dame très férue de littérature française. Très délicate, très imprégnée des traditions tlemceniènes, mais d’un caractère trempé, elle serait d’un tempérament très réservé. On le serait à moins, pour se faire passer pour une simple bourgeoise, alors qu’elle la première Dame d’un pays de premier plan, particulièrement en France, où elle réside.

Elle n’a jamais rompu le consensus qui la lie à son virtuel époux.
Elle n’a jamais assisté à une quelconque cérémonie en se faisant annoncer selon le rang qui est le sien, ni donné d’interview, ni fait la moindre déclaration, ni même organisé la moindre fuite sur son état.
Cette Dame est une énigme majeure.
Elle donne envie de la connaître, d’en savoir plus sur sa vie.
Quel roman cela ferait !
Un roman qui rendrait son humanité à Bouteflika.

DB


Nombre de lectures: 36329 Views
Embed This