DzActiviste.info Publié le ven 24 Août 2012

Algérie: Les islamistes, les nationalistes, et autres lampistes…

Partager

D. Benchenouf in Soleil d’Algérie le 24/08/2012

Je crois qu’il serait ardu de faire un état des lieux de la scène politique en Algérie. Parce que dans la réalité, il n’y a pas de scène politique, à vrai dire, si ce n’est une certaine agitation, dont les ressorts sont tout ce qu’on voudra, sauf politiques, dans l’acception noble du terme.
Grosso mode, et pour faire simple, l’Etat algérien est une mafiocratie, très bien organisée, et qui a mis à son service tous les mécanismes institutionnels, et toute la société dite civile du pays.

Le législatif, dont on sait de quelle façon sont élus ses députés et ses sénateurs, comment il fonctionne, et les lois scélérates qui sont à son actif, ne peut en aucun cas être qualifié de pouvoir. C’est le trompe-l’oeil le plus caricatural qu’on puisse imaginer.

Le judiciaire n’est pas mieux loti. Totalement inféodé à l’oligarchie qui dirige le pays, il se distingue par son extrême docilité, et pire encore, par la corruption débridée qui le ravage.

L’exécutif est peut-être le seul pouvoir qui mérite son nom, mais non pas parce qu’il exécute les lois votées par le législatif, mais les oukases que lui transmettent les vrais décideurs de ce pays.

Il est la façade la plus visible du pouvoir, mais la façade seulement. Il est chargé aussi, parce qu’il faut bien que ce pays fonctionne, un tant soit peu, du côté technocratique des choses, puisqu’il faut bien qu’il y ait de l’eau lorsqu’on ouvre le robinet, du courant électrique quand on appuie sur l’interrupteur, des routes, des trains, une administration qui fonctionne tant bien que mal. Derrière lui se tiennent les vrais maîtres du pays, qui lui font faire ce qu’ils veulent. Parmi ses missions, la plus importante est de gérer la paix sociale, ou plutôt de l’acheter. C’est ainsi qu’une part de la prodigieuse manne financière lui est confiée, pour colmater les fissures qui se font jour dans l’apathie des masses populaires. Il est donc chargé de distribuer des crédits à une partie de la jeunesse, d’augmenter les salaires des membres des services de sécurité, de faire construire des logements, de gérer le Big Bazar qui se tient sur les trottoirs, d’injecter des devises étrangères dans les circuits de l’import-import, et d’une manière générale d’entretenir l’anesthésie générale qui maintient la jeunesse dans l’hébétude. Pour permettre aux maîtres de ce pays, de vaquer en toute quiétude au pillage.

Mais qui sont ces maîtres ? Serait-on tenté de me demander.

En fait, et depuis que les prix du baril ont flambé, et que l’Algérie s’est mise à engranger des sommes colossales d’argent, plus de mille milliards de dollars en une douzaine d’années, la structure du pouvoir s’est beaucoup transformée. Ce n’est plus cette junte, constituée d’une douzaine de généraux, qui a tout le monopole de la décision. Il s’est aggloméré autour d’elle une foule d’acteurs de premier plan. Nous pouvons affirmer, je crois, que le noyau de ce régime est désormais constitué de plusieurs chefs de l’armée, dont ceux du DRS continuent d’être les principaux décideurs, du chef de l’Etat, dont la gestion de la caisse commune lui a permis de devenir le pater-familias, de membres de sa famille, particulièrement l’un de ses frères, et de nouveaux riches connectés à des puissances supranationales. Le fait nouveau est que cette nouvelle conformation, d’un même régime, a mis fin à une certaine dualité qui a fait fureur, pendant le premier mandat du Président, et la première partie du second, entre le clan présidentiel et les chefs du DRS. Il y a toujours quelques frictions, entre les uns et les autres, entre les différents clans, mais elles ne sont plus structurelles, si j’ose dire. Elles ne sont plus dictées par une lutte au leadership, mais juste par des différends sur le partage de la rente. Aujourd’hui, il semble que le clan présidentiel ait pris un certain ascendant, mais les poids sont très équilibrés. La suprématie du Président Bouteflika ne s’est imposée que pour des considérations pratiques, et très vénales. Parce que c’est lui qui tient les cordons de la bourse. Il est devenu une sorte de parrain, qui distribue les parts du butin aux uns et aux autres. Il délimite notamment les brisées, les monopoles non dits, les grosses commissions sur l’armement, les nominations aux représentations étrangères, l’attributions des grandes lignes de crédit, et autres gros privilèges. Il semble que ce soit son frère Saïd qui gère, sur le plan pratique, ces attributions que le régime a consenti aux Bouteflika. Sinon, hormis donc quelques petits accrochages, communs à toutes les familles, il n’y ait pas entre les uns et les autres de conflit majeur.

L’intrusion des lobbies financiers est le seul facteur réellement important dans cette nouvelle reconfiguration. Jusqu’à ces dernières années, ces nouveaux milliardaires étaient le plus souvent des prête-nom, au mieux des associés, des généraux et de leurs parentèles. Mais leurs fortunes, les services qu’ils peuvent rendre, et leur proximité avec des partenaires étrangers très importants, ont fini par les propulser à un rang de membres à part entière dans la prise de décision. Quoique ! Puisque certaines attributions continuent d’être la chasse gardée de ce certains généraux et du clan présidentiel, comme la désignation des Ambassadeurs, par exemple.

C’est cela, d’une façon lapidaire, la scène politique algérienne.

Les autres vitrines politiques, comme les partis politiques et la société civile, d’une manière générale, sont confinées dans un rôle de simples figurants. Tout ce qui est demandé à tout ce beau monde est de faire du vent. Et ils le font très bien. Puisqu’ils réussissent à donner le change, à faire croire qu’il y a une vie politique dans ce pays. Le feuilleton du FLN, autour de Belkhadem en est l’illustration la plus tonitruante. Celle du MSP, des remises en cause du leadership dans les autres partis, et des scandales qui éclatent par-ci, par là, sont de la même veine.

L’islamisme peut sembler échapper à ce vaste consensus. Mais ce n’est qu’un leurre. C’est une fausse impression.

D’abord parce qu’il n’y a pas un islamisme, mais des islamismes. Trois, principalement.

Celui des Salafistes, qui croient pouvoir restaurer le Califat universel, maître du monde, et Ombre de Dieu sur terre, est un courant d’idées qui ne repose que sur des chimères, dont tout un chacun sait qu’elles n’ont aucune chance de pouvoir se réaliser.
Cette mouvance, la seule qui dispose d’une vraie base militante, même si celle-ci fluctue en fonction de ses succès, est cependant redoutée d’une partie importante de la société, qui craint de devoir abdiquer sa vision d’une société moderne, et de sa liberté de conscience. Les leaders de ces mouvements savent que leur succès relatif est conditionné par l’extrémisme qu’ils affichent. C’est leur seul fond de commerce. Ils sont, toutes proportions gardées, comme les extrêmes-droites occidentales.
Pour garder leur charisme, ils sont contraints de puiser dans les réserves de rejet de l’autre, de le stigmatiser, de multiplier les harangues puritaines et outrancières qui leur rallient le plus gros de leurs troupes.

Ce projet est techniquement irréalisable. Il ne pourra jamais, à mon sens, se cristalliser en un véritable modèle de société, autrement que par la manière forte. S’ils prennent le pouvoir, ces Salafistes se trouveront face à une levée des boucliers qu’ils ne pourraient réduire que par la force brutale. Et il est objectivement plus facile à un régime comme le nôtre, plutôt qu’à un éventuel régime salafiste, de se maintenir à la tête de la société par la violence. Parce que, dans le cas algérien, le régime alterne la corruption des masses avec la répression. La répression seule ne pourrait tenir qu’un temps. Or, si le salafisme recourt à la corruption de masse, en supposant qu’il prenne le pouvoir, et qu’il ait les moyens d’acheter les masses, il serait en contradiction flagrante avec ses postulats les plus essentiels. Et ce sera sans compter avec l’environnement international qui agira sur lui, pour le pousser à des extrêmes qui lui seraient fatals.

Le second est l’islamisme-maison, ou l’islamisme domestiqué, comme c’est le cas du MSP, par exemple. Dont Boudjera a dit que Dieu a recommandé de se faire de l’argent, et de ne pas craindre de l’étaler. Verset à l’appui. Contrairement aux Salafistes, ses adeptes s’habillent en complet veston, et ils revendiquent un islam qu’ils disent adapté à la modernité. Sous le prétexte d’entrisme, ils disent vouloir changer le système de l’intérieur, en s’y ménageant une petite place, et en jouant du facteur temps pour prendre la totalité du pouvoir. A ce moment seulement, disent-ils, pour faire patienter leurs électeurs, ils pourraient envisager une application graduelle de la Charia. C’est un courant qui a été totalement assimilé, et dont le régime a corrompu les leaders. Il faut dire qu’ils ne demandaient pas mieux. Sa seule base militante est constituée de gros, moyens et petits trabendistes. C’est l’archétype même de l’hypocrisie, érigée en théorie sociale. L’islam est pour ce courant opportuniste un juteux fond de commerce. Ses leaders savent qu’ils ne pourront gouverner que s’ils font acte d’allégeance au régime dominant, et qu’ils s’en font la vitrine, quitte à y perdre toute crédibilité. C’est ce qu’ils firent, sans se faire prier, et c’est ce qu’ils continuent de faire. La mangeoire est leur Mecque.

Le troisième courant islamiste, le plus intéressant, et le seul viable à mon avis, est celui de l’islamisme qui se revendique de la démocratie. Mouvement élitiste, composé majoritairement d’universitaires, il est le pendant des démocraties chrétiennes. L’idéal politique qu’il prône est d’adopter sans réserve tout ce qui est positif dans les démocraties occidentales. Ce courant est le plu craint du régime. L’affaire Dhina procède de cette logique.

Il préconise, mais avec beaucoup de prudence, d’adopter les grands principes démocratiques occidentaux, tels que la séparation des pouvoirs, le suffrage universel comme seule source de légitimité, le respect des Droits de l’Homme, hormis ceux liés à l’homosexualité et aux droits d’héritage de la femme, et surtout de susciter un large débat autour des grandes questions relatives à l’application de la charia, tels que les châtiments corporels, la polygamie, la liberté de conscience, et autres sujets du genre. Elitiste par excellence, il n’a pas de base militante importante. Ce qui le contraint à ne pas couper le cordon ombilical avec la mouvance salafiste. Il rejette la laïcité en des termes très plausibles, en affirmant que c’est un concept né d’une conjoncture donnée, dans une société donnée, dont le parcours historique l’a amenée naturellement à séparer la religion de l’Etat, et que ce concept n’est pas applicable en l’état pour les pays musulmans. Les théoriciens de ce courant soulignent que dans l’histoire occidentale c’est l’Etat, l’empire romain, qui a installé le rôle de l’Eglise dans la société, pour pouvoir mieux s’en servir, alors que dans celle des musulmans, c’est la religion qui a installé l’Etat, le Califat, pour en faire un outil autant politique qu’éthique de la gestion sociale.

Ils affirment que le modèle occidental peut-être partiellement transposé dans les sociétés musulmanes, tant que son contenu ne soit pas susceptible d’aller à contre-courant du parcours historique propre à la nation, ni d’entrer en conflit avec l’identité musulmane. Cette approche repose principalement sur des considérations civilisationnelles. Elle est d’autant plus intéressante qu’elle ne recoure pas au clivage systématique, à la théorie de l’affrontement, chère aux salafistes, mais au contraire, à une étroite collaboration entre les civilisations, pour l’avènement d’une nouvelle société mondiale, où l’humanité apaisée, pourra vivre en harmonie, sans ethnocentrisme mais sans mimétisme.

Le discours de cette mouvance insiste sur le fait que le système démocratique occidental, même s’il est le moins mauvais de ce qui existe, ne peut donc être importé dans sa globalité, et il considère, que par bien des égards, le système occidental est une démocratie vidée de sa substance initiale, que c’est une démocratie dégénérée, dont les adeptes ont oublié le sens premier, celui qui est censé permettre à tous les hommes de vivre en harmonie, sans qu’une minorité parmi eux n’opprime tous les autres, par des moyens de plus en plus sournois. Les leaders de ce courant de l’islamisme politique se servent de la déliquescence des mœurs en occident pour stigmatiser ceux parmi les démocrates les plus radicaux, si je peux dire, qui tissent eux-mêmes les liens qui vont servir à les ligoter, dans des systèmes complexes où le modèle devient l’antithèse de leur propre idéal, où la valeur absolue consiste à ne pas se laisser régenter par une quelconque valeur ; et où les valeurs qui avaient cours pendant les générations précédentes sont perçues comme autant de carcans qu’il faut desserrer.

Cette mouvance, une sorte de néo-islamisme, qui se cherche encore, tente de bâtir une doctrine fondée sur les grands principes démocratiques, qui ne soit pas en contradiction avec le Coran, mais qu’ils voudraient délestée délicatement des commandements les plus anachroniques de l’islam. Et c’est précisément là que les idéologues de ce courant butent. Ils craignent de divulguer leur pensée à la multitude, parce qu’ils savent qu’ils pourraient provoquer une levée des boucliers chez des fidèles qui continuent de croire que la Charia est valable en tout lieu et à toute époque, et qu’elle doit être appliquée dans ses moindres dispositions.

Autant dire qu’il sera très difficile à cet islamisme là de s’imposer sur la scène politique sans ruser, et sans procéder par étapes. Ce qui serait fatalement source de déviation, d’arrangements où la politique politicienne prendrait le dessus. Ce Néo-islamisme, parmi les autres mouvements islamistes, demeure, à mon sens, le seul conforme à une vision d’une société libérée de ses lourdeurs et de ses mythes réducteurs, tout en restant attaché aux valeurs qu’il souhaite ériger en principes fondateurs. Mais il ne s’assume pas, et louvoie.

Il s’obstine à ne pas couper tout lien avec le mouvement salafiste intégriste, et il prône un système économique ultralibéral, c’est-à-dire ancré au système financier dominant. Ce qui sera rédhibitoire, dans les prochaines années, pour des populations qui chercheront à se libérer d’un système économique en fin de ressources. L’avenir sera aux courants de gauche, et même d’extrême-gauche, profondément humanisés néanmoins, qui ne rejetteront ni les valeurs de démocratie vraie, ni celles spirituelles et religieuses.

Je ne m’étendrai pas sur les mouvances laïques algériennes, qu’elles soient de gauche ou de droite. Elles ne peuvent pas, de toute façon, se déployer en l’état des choses. Elles n’ont pas de véritable ancrage dans la société. Leurs adeptes, même s’ils sont dans une logique qui se défend, ont une vision importée en kit, qu’ils croient pouvoir transposer sur une société qui attend juste qu’on lui greffe un concept dont elle ne comprend rien, puisqu’elle n’en a vécu aucune des vicissitudes qui ont amené des pays comme la France à adopter la laïcité.

La laïcité, en Algérie, pourrait devenir envisageable si les Algériens avaient vécu une phase théocratique, foncièrement, et institutionnellement théocratique. C’est cela je crois, qu’à voulu expliquer le sociologue Addi Lahouari, quand il parlait de régression féconde. Si les élections qui avaient donné la victoire aux islamistes du FIS n’avait pas été annulées, les Algériens auraient vécu un processus politique qui les aurait peut-être convaincu de la nécessité de séparer la Mosquée et l’Etat. La laïcité se serait imposée en tant qu’impératif démocratique, et non pas comme une coquetterie intellectuelle.

Je ne m’attarderais pas davantage sur les projets d’autonomie, ou de fédéralisme, sur la base des appartenances ethniques, parce qu’en l’occurrence ce serait contre-productif et tout à fait inadapté aux exigences vitales que nécessite la situation du pays. Contre-productif, parce que cela ne ferait qu’aggraver les dissensions ethniques qui ont été envenimées par le régime, et cela ne règlerait rien, parce que la crise est autrement plus profonde, et complexe, pour que l’on prétende la régler par un tel découpage.

Les autres partis politiques en Algérie ne représentent rien. Ce sont des coquilles vides. Ou plutôt des tonneaux vides. Partis dits nationalistes et qui ne sont rien d’autre que des ramassis de profiteurs, pendus aux lèvres de leurs maîtres, qui continuent à exploiter le filon de la révolution algérienne, et qui tournent comme girouettes au vent. Ils sont les seuls à ne pas savoir qu’ils sont exécrés de la population. La fraude électorale est le seul recours qui leur permet de continuer à faire du vent.

La foule des autres petits partis que le régime a laissé émerger, et qui se résument souvent à leurs propres dirigeants, sont des boites à fric, qui permettent à ces derniers de se faire de petites situations. Ce sont de vulgaires pique-assiettes. Il y a même un parti qui se dit Trotskyste, qui a réussi la gageure de se comporter à l’exact contraire de son discours, et dont les leaders passent leur temps à grappiller ce qu’ils peuvent, pour les camarades, pour la famille, pour les vieux jours.

Dans cette grosse bouillabaisse, qui n’a de politique que le nom, il y a un parti de gauche, qui aurait pu s’imposer sur la scène, et rallier à lui un grand nombre d’Algériens. Le régime a réussi à les circonscrire, et même à en faire un parti-maison. L’attrait de la mangeoire a été le plus fort.

Sinon, c’est le vide ! Il y a bien quelques vagues initiatives, ici et là, qui tentent d’exister, mais elles se perdent dans un océan d’indifférence. L’heure est à la grande bouffe. Et tout le monde se marche dessus, pour tenter de grailler quelques restes. Et cela durera tant qu’il y aura de l’argent. Le jour où il n’y en aura plus, il faudra se planquer. Parce que c’est toujours le plus petit qui se mouille.

D.Benchenouf


Nombre de lectures: 4432 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 3 Comments
Participer à la discussion
  1. Bakou Aztek dit :

    Bonjour, c’est bon comme écrit!!!
    Le FLN mirage et Réalité (Mohamed Harbi 1985!!!)
    Vous commencez à y voir un peu Clair!!!! la retraite anticipée du Docteur Saadi (Bounaya!!!)n’est pas fortuite comme on dit en kabyle : l’eau ne coule pas gratuitement pour le Bon dieu.
    Je vais commencé par UMA(Union du Maghreb Amazigh) vous savez que toutes les routes construites par le colonialisme étaient des sentiers qui servaient d’échanges commerciaux entre les ethnies amazigh alors même avec leurs techniques (Topographes et geodésistes!!!) ils ont rien inventé par rapport coup d’oeil des éclaireurs berbères avec leurs système de colportation inégalable à ce jour!!!!
    C’est La catastroïka et point final!!!!

  2. mehdi assem dit :

    les partis islamistes laique athée nationalistes et les mathahibs salafistes malékistes chiisme wahabiisme aqmi qaida tous des khortistes la preuve si ALLAH a accepter leurs prières et leurs Ramadan et leurs parti ALLAH ne punit pas l’Algérie et les algériens par ces incendies ces accidents de la route en mois de Ramadan si les algériens Bouteflika Gaid Salah et les généraux ne vont pas appliquer le coran a 100% ce soir normal un tsunami un fort séisme des incendies a la californienne en Algérie qui vivra verra

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>