DzActiviste.info Publié le jeu 20 Fév 2014

Algérie : les recettes des exportations des hydrocarbures reculent dangereusement

Partager

Mercredi 19 février 2014


Les réserves de change du pays n’ont pas beaucoup progressé durant l’année écoulée, a indiqué le gouverneur de la banque d’Algérie, Mohamed Laksaci. Le montant des réserves se chiffre à 194,012 milliards de dollars contre 190,66 mds de dollars en 2012.
« Si la progression des réserves de change a été faible comparativement  aux années 2011 et 2012, la position financière nette de l’Algérie reste solide »,  a déclaré le gouverneur, au cours de la présentation du rapport trimestriel  de la BA sur les tendances monétaires et financières du pays, rapporte l’agence APS.
M. Laksaci a précisé que la solidité financière de l’Algérie a été soutenue  par un niveau « historiquement bas » de la dette extérieure qui s’est chiffrée  à 3,39 mds de dollars à fin 2013. Le matelas en devises de l’Algérie est à un niveau qui dépasse actuellement «les seuils d’adéquation habituels pour les pays émergents » ce qui permet à  l’Algérie de faire face à d’éventuels chocs externes et de préserver sa stabilité,  a-t-il relevé.
Par ailleurs, la balance des paiements a baissé l’an dernier. « La balance des paiements extérieurs globale a clôturé 2013 avec un  excèdent de seulement 0,13 milliard DA soit un quasi équilibre après les importants  excédents des années 2012 (12,6 mds de dollars) et 2011 (20,14 mds de dollars)»,  a indiqué M. Laksaci au cours de la présentation du rapport trimestriel sur  les tendances monétaires et financières du pays.
Le recul de la balance des paiements a été aggravé par une hausse des  importations de biens qui se sont chiffrées à 55,1 mds de dollars en 2013 contre  51,5 mds de dollars en 2012.  Le patron de la Banque d’Algérie n’a pas manqué aussi d’imputer cette baisse importante de la balance des paiements globale au fort recul des quantités d’hydrocarbures exportées qui ont baissé de 7,3%. En valeur, les recettes des exportations des hydrocarbures se sont contractées de 10,2% s’établissant à 63,3 mds de dollars en 2013 contre 70,5 mds de dollars en 2012.
Le gouverneur a relevé enfin que le « niveau d’importations atteint en 2013  est non soutenable eu égard au profil des exportations tant en volume qu’en  valeur ». Cette nouvelle donne confirme le recul de tous les indicateurs économiques du pays. L’Algérie gagne de moins en moins d’argent et dépense de plus en plus. Il est temps de tirer la sonnette d’alarme.
Essaïd Wakli

 


Nombre de lectures: 288 Views
Embed This