DzActiviste.info Publié le dim 23 Sep 2012

Algérie: Place aux jeunes !

Partager

Sur cette photo, lors de son arrestation, il avait 34 ans.
                             
La situation de notre pays est dans une phase critique. Seuls les fleuves d’argent que le régime injecte dans la société retardent l’inéluctable explosion. Mais ce ne sont qu’autant de mesures de replâtrage, de corruption de masse, et de piètres manœuvres . Le fleuve de la contestation, que le régime a réussi à contenir jusque là, finira par rompre les digues de la manipulation.

Mais le plus grand risque réside dans le désert politique que le régime a réussi à installer. Nulle force vive n’est disponible, et suffisamment organisée, pour conduire la contestation qui ne manquera pas de s’exprimer. Les Partis politiques ne sont que des relais de ce même régime. Ils  se sustentent à ses mamelles, sans aucune pudeur. Ils ne disposent d’aucun véritable ancrage populaire, si ce n’est celui de leurs clientèles et de leurs pique-assiettes respectifs. Il n’y a plus aucun parti politique qui soit resté crédible, qui puisse demain organiser la lutte, et empêcher la protestation de dégénérer en anarchie. Une anarchie que le régime ne manquera pas d’alimenter, avec les milliers d’agents provocateurs et de baltaguias qu’il a préparés pour la circonstance. Il sait, pour l’avoir déjà éprouvé, que le peuple algérien ne veut plus revivre la décennie rouge, et son cortège de malheurs. Aussi s’est-il préparé à transformer  tout mouvement de protestation en jacqueries, en explosions de violence, pour faire peur à la population, et la contraindre à ne pas soutenir tout mouvement civil qui dénonce la situation actuelle, fut-il pacifique.
L’heure est donc venue, pour la jeunesse algérienne, d’investir le champ politique, de s’organiser, de s’unir, de se préparer à encadrer le vaste mouvement de contestation du régime, qui ne manquera pas de s’exprimer, plus tôt qu’on ne pense.
La situation est mûre pour que la jeunesse algérienne se hisse à la responsabilité qui est la sienne. Ceux qui activent aujourd’hui, et qui se portent résolument au front de la résistance, ont l’âge qu’avaient Larbi Ben Mhidi, Abane Ramdane, Mustapha Ben Boulaïd et les autres leaders de la révolution algérienne.
Nous devons leur faire confiance !
Nous savons que leurs rangs sont infiltrés. Ils le savent mieux que nous, et je ne doute pas qu’ils sauront épurer leurs rangs. Ils feront l’apprentissage de la révolution, de la façon avec laquelle ils devront combattre la subversion, débusquer les agents infiltrés qui infestent leurs rangs.
Pour ma part, je leur fais entièrement confiance, ces jeunes hommes et ces jeunes femmes d’Algérie. Je ne doute pas qu’ils seront à la hauteur de leurs lourdes responsabilités, et des défis qui les attendent. Je sais qu’ils sont politiquement mûrs,  et qu’ils ne se laisseront pas diviser par les manœuvres du régime.
Vive la jeunesse algérienne !
DB


Nombre de lectures: 360 Views
Embed This