DzActiviste.info Publié le lun 21 Jan 2013

Algérie: Questions pour un Chou-Pion…

Partager

             

En plus de cette histoire abracadabrantesque de ces 5 otages qui ont disparu, au milieu d’un bocal, j’ai d’autres questions à poser, à qui voudra bien me répondre:

1- Comment les responsables sécuritaires n’ont pas pris le minimum de dispositions pour surveiller tous les sites où il y a beaucoup d’étrangers ? Du moins, les plus importants. Les plus exposés, en raison de leur proximité avec des frontières de pays sensibles, comme c’est le cas de ce site de In Amenas.

2-Pourquoi le Ministre de l’Intérieur affirme avec force que les terroristes sont venus de Libye, alors que le premier Ministre affirme avec encore plus de force qu’ils sont venus du Mali ? Qui devon-nous croire, et que penser d’un Etat où il y a une telle divergence de vues, entre un Premier Ministre et son Ministre de l’Intérieur ?

3- Comment comprendre les motivations de ces islamistes armés, puisqu’ils savent très bien que leurs exigences exorbitantes sont totalement inacceptables ? Comment imaginer que les Américains pourraient libérer 100 prisonniers de Guantánamo, et que les Français mettent fin à leur intervention au Mali ?  Le dernier des derniers des imbéciles sait que jamais ces deux pays n’auraient accepté de satisfaire de telles exigences.

4-Comment se fait-il que ce groupe, dont le premier ministre a dit qu’ils étaient fortement équipés, d’engins de guerre et d’explosifs, n’ont-ils pas fait sauter le complexe? Puisque de toutes façons ils n’avaient pas obtenu satisfaction pour leurs revendications, et qu’ils se faisaient descendre l’un après l’autre, au gros et en détail.

5-Comment se fait-il qu’il n’y ait pas un seul soldat algérien tué, malgré les combats rapprochés, alors que le Premier Ministre parle de gens armés jusqu’aux dents ? Et s’il y a eu des tués, pourquoi ne pas l’avoir dit ?

6- Comment expliquer qu’en des circonstances aussi graves, le Chef de l’État n’ait pas dit un seul mot ? Ni pendant la prise d’otages, ni après. Lui qui se précipite pour envoyer un message vibrant de compassion à la reine des pays bas après un banal accident de ski de son fils.

7- Pourquoi l’opération a-t-elle été pilotée par le DRS, via un général bidon, et non pas par le Haut Commandement de l’ANP ? Pourquoi le Chef de l’Etat n’a-t-il pas été consulté sur la conduite à tenir ? Bouteflika est-il un otage du DRS ? Est-ce pour attirer l’attention de son pote Hollande qu’il a refusé de lui parler ? Est-ce pour lui envoyer un message de poisson rouge dans un bocal ? Et pourquoi est-il entré dans sa phase de bouderie cyclique ? Tient-il à ce point à ce 4eme mandat qu’on lui agite sous le nez ?


Nombre de lectures: 384 Views
Embed This