DzActiviste.info Publié le lun 24 Déc 2012

Alors que la grippe A touche l’Europe. Quelles procédures de précaution en Algérie ?

Partager

Par Amar Cheballah

grippeLes fêtes de fin d’année sont traditionnellement une occasion pour beaucoup d’algériens établis en Europe de rentrer au pays. Or, depuis une semaine une alerte à l’épidémie de grippe a été donnée en Europe, notamment en France et en Espagne ou plus de deux millions de personnes ont été contaminées. En France, la situation est autrement plus dramatique : la grippe A qui a fait des émules en 2002 et 2009, a fait son retour. Le virus H1N1 compte déjà à son actif 40 victimes. L’épidémie a été détectée avec certitude en France, dans la région de la Haute-Savoie. Pour mémoire, il y a lieu de souligner que cette pandémie est différente de la grippe saisonnière. Selon les spécialistes, la grippe A contient les gènes de plusieurs virus connus d’origines aviaire, humaine et porcine.
Appelé de plusieurs noms, dont notamment grippe porcine, grippe aviaire, grippe mexicaine ou encore grippe nord-américaine, ce virus a été classée sous le nom de grippe A H1N1 par l’organisation mondiale de la santé.
Si, jusqu’à ce jour, aucun cas n’a été déploré en Algérie, il n’en reste pas moins que la menace est réelle en raison de la forte communauté algérienne établie en Europe. D’autant plus vrai qu’avec les fêtes de fin d’année, les ressortissants algériens auront à cœur de retrouver la chaleur du pays et de la famille.
Selon les chiffres de l’OMS, la grippe H1N1 est quinze fois plus meurtrière que les chiffres officiels. Les chercheurs ont ainsi calculé que 59 % des décès liés au virus A(H1N1) se seraient produits en Asie du Sud-est et en Afrique. Ce qui, pour les auteurs de l’étude, impose de « renforcer la réponse globale aux futures pandémies grippales et d’améliorer l’accès aux vaccins antigrippaux en Afrique et en Asie du Sud-est ». Ils y voient également une incitation à renforcer les systèmes de surveillance et de notification des maladies infectieuses partout où cela est nécessaire.
Pour mémoire, une centaine de cas ont été enregistrées durant l’année 2009 en Algérie. Durant cette période, des investigations épidémiologiques ainsi qu’un nombre de mesures medico-sanitaires ont été prises pour empêcher la progression de cette pandémie par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans le cadre de la lutte contre la pandémie de grippe N1H1. Mais autre temps, autres mœurs. C’était il y a deux années de cela, au moment ou la menace de la pandémie était plus que réelle.
Mais d’ores et déjà, face à la menace de l’’épidémie de grippe A(H1N1) qui touche une partie de l’Europe et de l’ Asie Sud-est, le gouvernement semble avoir la tête ailleurs. Aucune compagne de sensibilisation n’a été déclenchée. Les stocks d’antiviraux constitués par l’État ont été épuisés. C’est ce qu’affirment les pharmacies et la plupart des centres hospitaliers ou nous nous étions rendus hier. A ce sujet, la délivrance des antiviraux à été gratuite dans de nombreuses pharmacies, notamment celles encore sous la tutelle de l’Etat. Toutefois, dans les pharmacies privées, on déplore la quantité insuffisante de vaccins « qu’elles ont reçus ». « Tous les stocks ont été épuisés et la demande est toujours forte », note une pharmacienne à Tizi ouzou.


Nombre de lectures: 1085 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>