DzActiviste.info Publié le jeu 7 Fév 2013

Amirouche en Aurès

Partager

 Amirouche en AurèsNous sommes au milieu du mois de septembre 1956, quelques jours après le Congrès de la Soummam. Amirouche entreprend d’inspecter l’Aurès. Un petit détachement armé l’accompagne. Il est accueilli à Maadid, montagne au sud de Bordj Bou Arreridj par Tahar Nouichi, Hadj Lakhdar, Omar Ben Boulaid, Ali Méchiche, Mohamed Lamouri et Brahim Kabouya.

Il se dit mandaté par le comité de coordination et d’exécution (CCE) pour expliquer et appliquer les résolutions du Congrès. En chemin vers Kimmel, il pose beaucoup de questions. Sur la mort de Mostefa Ben Boulaïd, l’organisation des zones, l’utilisation des grades, les rapports avec la population. Lui-même parle du CCE:

– C’est l’organe directeur de la Révolution. Il dispose de beaucoup d’argent. Il ne tient qu’à vous d’en demander et je me fais fort de vous l’obtenir.

Ils traversent d’ouest en est les monts du Hodna, s’arrêtent une nuit à Ouled Tebben, coupent par le djebel Boutaleb, pénètrent dans le Bélezma dans une sécurité totale. Hadj Lakhdar veille au grain. Les discussions ont lieu généralement le matin, entre dix et onze heures, quand tout danger est écarté. Pendant les haltes, au moment où la dispersion est obligatoire, Hadj Lakhdar note que Amirouche discute souvent en aparté avec Tahar Nouichi. Il n’aime pas ces conciliabules restreints, mais ne dit rien, parce que «mes sentiments envers les Kabyles étaient purs».

Lire la suite…


Article original rédigé par aziz3d et publié sur Guerre d’Algérie
Reproduction interdite sans autorisation


Nombre de lectures: 991 Views
Embed This