DzActiviste.info Publié le dim 1 Juin 2014

Appel Des Travailleurs Victimes de la Privatisation A L’Organisation Internationale du Travail (OIT)

Partager

Mohamed Ibn Khaldoun

COMPLEXE DES PLATRES DE FLEURUSLa 103ème session internationale du travail qui s’est tenue le 28 mai à Alger  est interpellée par des travailleurs victimes de la privatisation est d’une dupérie provoqué par les cadres supérieurs de l’ERCO Entreprise des Ciments et dérivés de l’Ouest et l’ex ministre Temmar. Alors que l’Algérie a été classée parmi les 25 pays  qui seront étudiés par la commission de l’application des normes de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Les travailleurs victimes dénnoncent, le refus de la prise en  considération des requêtes des travailleurs adressées aux différents chefs du gouvernement qui ne prenaient jamais la peine de répondre aux doléances des travailleurs victimes de la privatisation anarchique qu’avait entamé l’ex ministre Abdelhamid Temmar et des cadres supérieurs de certains entreprises nationales bradés pour une bouché de pain au profit des étrangers. Un cas de violation des dropits des travailleurs est toujours en suspend à l’ouest du pays dans lequel le syndicat UGTA n’a jamais plaidé en faveur des travailleurs, qui ont été victime. Il s’agit du grand complexe des plâtres et dérivés, situé à Benfréha ex Fleurus, près d’Oran, qui a été privatisé à 100% par l’ex ministre Temmar.

COMPLEXE DES PLATRES DE FLEURUS-3C’est une affaire qui devrait être traitée parle syndicat et les ONG, si le gouvernement déclare son incompétence à solutionner le litige entre une partie des travailleurs de l’ERCO, complexe des Plâtres de Fleurus et la SGP sous couvert à l’époque de l’ex ministre de la privatisation Abdelhamid Temmar.

Il s’agit de la privatisation du plus grand complexe des plâtres  au niveau Africain et Arabe, l’usine qui dépendait de la SOPLAF, filiale de l’ERCO Oran. Ce complexe selon nos investigations, réalisé durant la période 1974-1978 près de Hassiane Ettoual ex Fleurus, depuis sa mise en production en 1978, il a toujours et chaque année réalisé des bénéfices en milliards de centimes. Il employait 300 travailleurs des les trois catégories, cadres, maitrise et exécution. Déjà avant 2005, tout travailleur qui part en retraite n’a pas été remplacé. Alors que le 4 juillet 2005, une assemblée générale des travailleurs provoquée par la direction générale, sur instruction de la SGP (Société de gestion et de participation) avec la complicité des membres du syndicat (UGTA) et en présence d’un huissier de Justice saisi officiellement pour consigner les minutes de la décision qui a été prise lor de cette assemblée générale, qui consistait à déclarer aux travailleurs que si l’usine serait privatisée et vendu aux étrangers, les travailleurs ouvrent droit à 10 pour cent du prix de session qui s’élevé à 16 millions d’euros. En plus il a été demandé aux travailleurs bénéficiaires de ce pourcentage de faire un choix, de revendre leur part au nouveau preneur, ou de les garder comme actions. Le PV de l’huissier dont nous détenons une copie fait foi.

Après cette assemblée générale, le groupe Allemand KNAUF s’est montré preneur de l’usine, alors qu’il s’est avéré que lui-même le constructeur 30 années auparavant ! La direction générale et les quatre cadres supérieurs de SOPLAF avec le directeur général du complexe, mise déjà à la retraite et récupéré par le nouveau acquéreur de l’usine, diffuseront le feuilleton de la liquidité du personnel en proposant une indemnité pour ceux qui optent pour le départ volontaire maquillé en lettres de démission et aussi pour ceux qui désirent partir en retraite anticipé et proportionnel. Bien sûr en majoration de la quotte part des 10 % du prix de session.  Monsieur le Ministre Temmar que nous avons rencontré à cette date, nous déclara que le personnel présent à la date du 5 juillet 2005, serait maintenu et qu’un avenir brillant serait réservé aux travailleurs avec le nouvel acquéreur étranger. Un P.V de résolution N°3 est délivré.

COMPLEXE DES PLATRES DE FLEURUS-1Ainsi le personnel qui a été dupé par la proposition des 10 %, attends cette indemnité depuis 2007. Rien à l’horizon, les doléances adressées au ministre et à la SGP sont restées lettres mortes sans aucune suite. Les travailleurs se posaient toujours la question qui s’est accaparé de leur droit ? C’est-à-dire où est passée la quotte part des travailleurs ? Les travailleurs que nous avons rencontrés après ces années, nous ont révélés qu’ils étaient dupés par l’ERCO, la SGP, le Ministre et les cadres supérieurs de SODEPAC/ SOPLAF et qui certains se concertent pour dénoncer cette affaire à la justice internationale.

Aujourd’hui, comme nous l’avions constaté, les seuls perdants dans cette privatisation d’usine et qui ne devrait pas être exécutée, sont les travailleurs Algériens, car leur outil du travail n’a jamais souffert financièrement, mais il fallait employer tous les moyens et las astuces diaboliques pour présenter ce complexe sur un plat d’argent à la firme Allemande et par la même occasion faire oublier qu’il y avaient des travailleurs Algériens qui attendent GODO ! Au dernier moment nous avons appris que les travailleurs victimes  se concertaient pour saisir   les instances internationales concernées et en particulier, un appel pressant à l’OIT.

Al Watan de ce dimanche, a publié des questions/ réponses

COMPLEXE DES PLATRES DE FLEURUS-2Questions à Idriss Mekkideche ,représentant des pré employés au sein du SNAPAP

En quoi cela est-il important pour les jeunes recrutés dans le cadre du pré emploi ?

Le fait que l’Algérie soit  déjà classée officiellement dans la liste des 25 pays qui violent les lois et les conventions internationales qu’elle a ratifié, ça va permettre de freiner la machine répressive. Car la plupart des plaintes concernaient les révocations, les suspensions abusives des syndicalistes surtout. Donc ça pourrait libérer des espaces pour les revendications des travailleurs en général et les prés employés en particulier. Puis il y a les abus en matière de contractualisation abusive

Et l’UGTA est déclassée et a perdu sa place dans le CSI…

C’est un syndicat en principe, mais comme, il s’est transformé en un comité de soutien lors des élections, il est complice avec les autorités, et l’administration, et il ne défend pas les travailleurs. C’est un syndicat qui défend le gouvernement contre les travailleurs. Elle a déjà perdu sa place à l’exécutif de la CSI, et risque de perdre sa place au conseil administratif au BIT.

Qu’espérez-vous de ce classement de l’OIT vous en tant que représentant des pré employés (concrètement) ?

Que cela puisse nous permettre d’exercer notre droit syndical avec plus de libertés, que ça mette fin à la répression, administrative et policière, et que ça va contraindre les autorités à régler les problèmes du chômage d’une façon réaliste, et non pas avec du bricolage en faisant recours au travail précaire et au contrat abusifs


Nombre de lectures: 1041 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>