DzActiviste.info Publié le dim 28 Sep 2014

Apprivoiser le changement ?

Partager

Opposition21Par Samir Belatèche
In Le Quotidien d’Algérie

Après le début de l’effondrement des régimes dictatoriaux de la région, ceux chargés de sauver la dictature algérienne ont décidé de prendre la chose au sérieux, contrairement aux déclarations clownesques de la façade représentée par Sellal, qui disait « qu’ils ont du « moubid » pour tuer les moustiques du printemps arabe ». Déclarations destinées à occuper le « ghachi », le peuple ainsi méprisé.

Les vrais décideurs eux, prennent très au sérieux l’annonce de leur fin programmée depuis bien longtemps. C’est ainsi qu’ils ont mis en place une stratégie consistant à préparer l’éventuel changement , mais un changement dans le système, qui saura garder intacte les fondements même du système illégitime ayant pris le pays en otage suite à des coups d’état et à des fraudes massives aux élections.

Pour ce faire, ils ont mis en orbite, et de manière accélérée, des partis politiques nouveaux et des « opposants faits maisons » afin de réorganiser la « scène politique » dans le but de réussir la transition qui s’impose, mais une transition sous leur stricte contrôle. Et  pour faire tourner cette machine virtuelle ainsi mise en marche à l’abris de tous les regards (surtout des regards des medias algériens occupés par d’autres sujets liés à la façade), il a suffit de créer une supposée « guerre des clans » entre le clan de l’état major de l’armée et le clan des dissidents et opposants à ce clan, qui lui reprochent son accaparement du pouvoir et surtout de la rente qui va avec.

Ainsi est née, quasiment comme dans une apparition spontanée, une opposition et un discours ayant pris fait et cause pour le « changement » , discours porté pourtant par des gens qui sont tous plus ou moins liés aux cercles occultes du pouvoir, certains étant ceux récemment éjectés de la table du partage de la rente, et pour les autres, ils sont encore dans les rouages visibles du régime en place.

Ainsi il a été promis à cette opposition, un état de droit et une reconnaissance pour l’opposition, une fois dégommé le clan qui tente actuellement de monopoliser la redistribution de la rente, clan dont les Bouteflika sont de simples façades. Dans la nouvelle Algérie ainsi préparée dans les laboratoires du régime, Il a été promis aux partis politiques organisés en coordination pour le changement qu’ils seront les nouveaux partis forts de la nouvelle république, comme il a été promis d’un autre côté aux gens du FIS et du FFS une part importante du pouvoir nouveau qui sera installé quand le clan de l’Etat Major sera dégommé.
L’on aura tous bien sûr suivi l’évolution des positions de ces partis politiques cités, évolution strictement cadrée par la nouvelle feuille de route, décidée par … les vrais décideurs en Algérie.

Voilà donc, la nouvelle configuration de la scène politique algérienne , telle qu’imaginée et mise en oeuvre par ceux qui pensent que si le changement doit s’imposer au régime illégitime, mieux vaut un changement sorti de leurs tiroirs, afin de garantir au système une longue vie, à l’abri du vrai changement que revendiquent tous les peuples de la région.

Inutile de préciser dans ce cadre, que la « classe politique » telle que nous l’observons depuis plusieurs mois, a répondu présent aux appels des vrais décideurs afin de squeezer le peuple et son aspiration à une vie digne et à un Etat de Droit véritable.
Le régime en place fonctionne ainsi depuis 1962, et malheureusement, ce n’est pas la « classe politique » actuelle qui y changera quelque chose, bien au contraire, cette dernière a totalement intégré le schéma mis en place, au détriment des aspirations légitimes du peuple.

Samir 28 09 2014


Nombre de lectures: 702 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>