DzActiviste.info Publié le lun 14 Avr 2014

Arezki Kehal militant algérien méconnu des manuels scolaires.

Partager

Arezki Kihal 1Cela s’est passé un 14 avril 1939, Arezki Kehal militant algérien méconnu des manuels scolaires, est inhumé à Guenzet.

http://www.babzman.com/

avr 14, 2014


Considéré comme le premier martyr du PPA, Arezki Kehal a été accompagné à sa dernière demeure, le vendredi 14 avril 1939, par une foule estimée à 15 000 personnes.

Tout le pays est secoué par la nouvelle du décès d’Arezki Kehal, survenu le 12 avril 1939, à l’hôpital civil d’Alger, suite à de longs mois de souffrances et alors qu’il était en prison. Selon le journal El Amel, dont il a été l’un des rédacteurs, la foule qui l’accompagne à la Mosquée de Sidi M’hamed, est estimée à 15 000 personnes, dont un grand nombre de femmes. La circulation est interrompue et des chants patriotiques sont scandés tout le long du parcours. Selon l’article, le cercueil a été totalement recouvert de jasmin et des youyous interminables l’ont accompagné. Le chahid sera ensuite transporté à Guenzet, son village natal, pour y être inhumé. Il y est accueillis par une autre foule, tout son village et ceux alentours pour un dernier hommage. Arezki Kehal est le premier martyr du PPA, le premier à avoir des obsèques nationales et dont le cercueil est recouvert du drapeau algérien.

Arezki Kehal, né le 22 avril 1904 à Guenzet, fait partie des grands noms de l’histoire de l’Algérie. Pourtant, son nom n’est inscrit sur aucun manuel scolaire, comme beaucoup d’autres.

Arezki Kehal rejoint l’Etoile Nord-africaine en 1932, alors qu’il part s’installer en France pour trouver du travail. Avec d’autres militants, il se lance dans la rédaction du journal El Ouma, organe qui diffuse leurs idées dans le milieu ouvrier. Les services de police le décrivent déjà comme un militant très actif. En 1937, il est à Nanterre lors de la création du Parti du Peuple Algérie, le PPA, dont il est le trésorier général. Après le départ de Messali Hadj à Alger et son arrestation, Arezki Kehal se rend dans la capitale algérienne avec Abdellah Fillali pour prendre la direction du parti. Il sera arrêté le 25 février 1938 avec Fillali M’barek, Lakhdar Hayaouani et Mohamed Guénanèche dans la maison de Moufdi Zakaria. A la prison de Barberousse, il continue à militer pour l’Algérie indépendante, notamment en donnant des cours et en organisant des réunions.

Une maladie mal soignée, 14 mois d’emprisonnement et plus de 6 mois de souffrances viendront à bout de cet homme sincère et courageux. « Kehal n’a été envoyé à l’hôpital qu’après d’énormes difficultés, et bien après que le mal eut fait ses ravages…à l’hôpital, il fut isolé avec un agent de police de garde pendant 24 heures, on ne permettait à personne de le voir », témoigne Abou Ali, un compagnon du martyr.

 

Zineb Merzouk

Sources :

El-Ouma, N° 71, avril 1939.

« Arezki Kehal, un des pères de la révolution algérienne », article de Nabil Lalmi, paru le 18 mars 2009 dans El Watan.

« Le Parti du Peuple Algérien, (PPA), 1937-1939. Document et Témoignages pour servir à l’étude du nationalisme algérien ». Mahfoud Kaddache et Mohamed Guenanèche. Alger, OPU, 1984


Nombre de lectures: 218 Views
Embed This