DzActiviste.info Publié le sam 26 Oct 2013

Atika El Mamri. Présidente de la Fédération algérienne des personnes handicapées. «L’intégration n’a jamais été l’objectif de la politique de l’Etat»

Partager


-La FAPH plaide et lutte depuis plusieurs années pour mettre en place une réelle politique de scolarisation des enfants handicapés et aux besoins spécifiques. Quelle est actuellement la situation de ces enfants ?

Tout d’abord je dois dire que je n’aime pas le terme «spécifique». Toute spécificité marginalise. Il est préférable d’utiliser le terme «à besoin supplémentaire». Car un enfant handicapé a exactement les mêmes besoins que les autres et un peu plus, et ce, selon son handicap. Lorsqu’un parent découvre que son enfant a un handicap, qu’il soit physique, mental et même parfois mineur, comme un problème de locution ou de coordination, ou un bégaiement, il erre afin de trouver un centre spécialisé, quitte parfois à le mettre là où il trouve une place. –


Nombre de lectures: 337 Views
Embed This