DzActiviste.info Publié le lun 12 Août 2013

Aux patrioticards et autres démocrates de la 25eme heure.

Partager

Par Said Radjef

Assemblée des Oulémas pour proclamer le DJIHAD de 1871  La réunion s’est tenue chez Cheikh Aheddad dans sa zaouia de Seddouk (vallée de la Soummam), pour mettre au point «  une fetoua  » pour valider le djihad et choisir le jour du début des opérations.S’il est bien une règle humaine, c’est celle qui veut que plus les hommes se ressemblent plus ils se détestent. La Kabylie c’est l’Algérie et l’Algérie c’est la Kabylie. Rien a faire, l’un ne peut vivre sans l’autre. Et les liens qu’elles partagent sont plus forts que les querelles qui risquent de les diviser.
Hormis le printemps berbère ou elle s’est mobilisée comme un seul homme aux cotés des étudiants et des lycéens, sortis en masse pour revendiquer la libération de l’écrivain Mouloud Mammeri, arrêté en mars 1980 par le régime algérien, la Kabylie a toujours vécu en retrait de ses minorités extrémistes. Elle ne s’est jamais exprimée sur les revendications portées par ses minorités, à la demande du régime. Comme elle n’a jamais réagi aux errements et la stupidité de la presse qui souligne à chaque fois l’exception Kabyle. Prenez donc n’importe quel journal, feuilletez n’importe quelle page de n’importe quelle édition et de n’importe quelle langue, vous trouverez la Kabylie à la une. Si bien que par moment on se dit est ce qu’il existe réellement d’autres lecteurs en dehors de cette région. La manipulation est grotesque.

Sa sagesse, son intelligence et son attachement indéfectible à l’Algérie, au Maghreb des peuples, aux vraies valeurs qui ont fait la grandeur de l’Algérie, lui valurent une autre « opération Jumelles » de la part du régime. Outre les exactions quasi permanentes des terroristes de casernes, des centaines de milliers d’hectares sont incendiés de façon criminelle chaque été, alors que les élites sont poussées à l’exil (1), le tissu industriel démembré, les lieux de socialisation déstructurés, la hiérarchie sociale bouleversée, sans parler des chantiers de la délinquance et de la prostitution qui feraient penser à un étranger qu’il est en Colombie et non quelque part sur un territoire algérien.

En dépit de cette punition infligée par le régime à la Kabylie, il y a des esprits étroits qui veulent nous donner des leçons sur la démocratie, sur la liberté de conscience, sur les méfaits du racisme et de la stigmatisation, sur la laïcité, sur le bien et le mal, sur le savoir et l’ignorance…enfin sur ce que devrait ou ne devrait pas faire la Kabylie à l’avenir si elle veut bien être acceptée par les autres… Ils sont vraiment à plaindre ces esprits ! A l’occasion, pour montrer les tares congénitales du Djurdjura, ils ne manquent pas de designer du doigt les islamistes de casernes et la poignée de laïco assimilationnistes travaillée par les services de la police politique dont le catéchisme est porté par le slogan « diviser pour régner ». Ainsi donc, à la lecture de ces esprits étroits, dépositaires de l’Islam, de l’arabité et de la laïcité, l’histoire de la Kabylie a commencé depuis l’arrêt du processus électoral, en 1991 !
Messieurs, avant de construire Al Azhar et Zeitouna, la Kabylie a conquis une partie de l’Europe pour répandre l’Islam. Elle a organisé la résistance avec l’Emir Abdelkader(2), s’est soulevée avec Belhaddad et Fathma N’soummer, structuré Messali et préparé le 1er novembre 1954. La quasi-totalité des oulémas, Ben Badis, Larbi Tbassi, Al Khalifa…, a reçu son catéchisme en Kabylie.

En vérité, messieurs, vous qui nous parlez tant des vices de la Kabylie, des accointances de la région avec les pères blancs et le sionisme, vous qui nous mettez en garde contre les méfaits de l’intégrisme et du racisme, quelle est votre histoire ? Vous voulez faire le procès de la Kabylie à travers les minorités que vous avez fabriquées…La Kabylie n’à aucun doute sur son algérianité, sur ses valeurs, sur son passé, sur son appartenance au Maghreb. En revanche vous autres, vous n’êtes pas différents de ses minorités qui veulent retenir en otage la région au nom de la laïcité et de l’Islam auxquels du reste ils comprennent rien. Balayez devant vos portes avant de venir nous donner des leçons. La majorité écrasante de la Kabylie n’a de problème ni avec l’Islam, ni avec Oran ou Constantine et encore moins une quelconque prétention pour s’ériger en tuteur de la nation algérienne.

1-l’accord secret passé entre Bouteflika et Chirac en 2002 pour vider la Kabylie de ses universitaires.
2-les ¾ de l’armée de l’Emir Abdelkader sont kabyles.


Nombre de lectures: 3285 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. XXX dit :

    Je suis pressée de lire le prochain article

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>