DzActiviste.info Publié le mer 27 Fév 2013

Banque extérieure d’Algérie : plus de 3 millions d’euros détournés à l’agence Oued Knis

Partager
24093_1339776828105_1641709808_786261_6767839_nEl Watan le 27.02.13

Un nouveau foyer de fraude s’est déclaré à la Banque extérieure d’Algérie (BEA).

La banque, qui a été le théâtre d’un scandale de détournement au début de ce mois, au niveau de son agence Zighout Youcef, a vu un autre feu se déclarer au niveau de l’agence Oued Knis (ex-Hussein Dey), où un autre détournement effectué sur des comptes devises a été détecté. Ces nouvelles malversations cumulent une somme de 3 170 400 euros. En tout début de semaine, un courrier classé «urgent et confidentiel» adressé par la direction de l’inspection générale au PDG de la BEA, dont nous nous sommes procurés une copie, a évoqué, noir sur blanc, des opérations de malversation sur les comptes devises et dans la caisse espèces devises de l’agence Zighout Youcef (ex-Hamani).

Cette correspondance indique qu’une vérification de la caisse espèces devises du manipulateur de fonds incriminé fait ressortir un déficit de 1 200 000 euros et de 180 000 dollars. Hier encore, nous avons obtenu une autre correspondance de la direction du commerce extérieur de la BEA, dans laquelle cette instance parle d’un détournement de plus de 3 millions d’euros effectué sur des comptes devises de la clientèle de l’agence Oued Knis de la banque. «Comme vous le savez certainement monsieur le président, notre banque gère les avoirs en comptes devises de la clientèle pour le compte de la Banque d’Algérie et, de ce fait, elle ne peut, sans l’autorisation de celle-ci, procéder au remboursement des victimes de cette malversation», lit-on dans le courrier envoyé par la direction du commerce extérieur de la Banque extérieure d’Algérie à son PDG, Mohamed Loukal.

«En notre qualité de structure en charge des opérations en devises et à la demande de la direction de l’inspection générale, nous informons avoir saisi, ce jour, la direction du contrôle de change de la Banque d’Algérie à l’effet de nous marquer son accord pour la régularisation des comptes de la clientèle touchée par ces opérations frauduleuses et dont le nombre est de 185 comptes», écrit Arezki Nouani, directeur du commerce extérieur à la BEA, signataire de la lettre d’alerte adressée au PDG de la banque. Ces affaires de malversation portent bon gré mal gré un grand préjudice à la Banque extérieure d’Algérie, par laquelle transitent d’importants montants en devises.

Le préjudice de 3 170 400 euros, qui représente le montant du détournement effectué au niveau de l’agence Oued Knis de la BEA, risque de s’aggraver, «si d’autres réclamations venaient à être enregistrées au niveau de l’agence en question», avertit le directeur du commerce extérieur de la BEA dans sa missive adressée au PDG de la banque. Le préjudice sus-indiqué n’est donc que «provisoire». Tandis que l’auteur du détournement est toujours en fuite, avons-nous appris également. Nous n’avons pas pu confirmer, hier, auprès de la BEA, si la banque a porté plainte et/ou si elle avait pris des décisions à même de se défendre contre ce genre de malversations. Les répercussions économiques risquent d’être lourdes pour la banque.

Ali Titouche


Nombre de lectures: 249 Views
Embed This