DzActiviste.info Publié le mar 11 Juin 2013

Boudiaf n’avait pas Prévu ce programme!

Partager

Des Flammes du four de la Briqueterie de Kenitra Aux Flammes de la Mitraillette de Boumaârafi                                                                                             

 « La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve » Djalāl ad-Dīn Rūmī (1207-1273

Mohamed Ibn Khaldoun 

boumaarafi-boudiaf28 années devant les flammes de la briqueterie, Mohamed el Watani ne s’est fait jamais bruler, il a suffit qu’il rentre au pays en bouée de sauvetage, pour qu’au bout de moins de six mois, il se fait bruler par les flammes de la mitraillette du lieutenant Boumaârafi, membre de l’équipe de protection présidentielle.

Ce vieux nationaliste  qu’avait-il  dérangé? Les corrompus ! les magouilleurs ! les trafiquants ! les militants du 19 mars 1962 ! les faux moudjahidine ! les opportunistes ! les traitres, Les dilapidateurs, les maires, les walis, les ministres, les généraux, le syndicat de l’UGTA, Sidi Said, Larbi Belkheir, Makhlouf el bombardier, Chaïb el Khedim ! Hadj Bettou, la DGSE, La garde Républicaine, la garde communale, le DRS,    Comment ce jeune officier de l’indépendance, c’était pris au vieux nationaliste de la Révolution !? Surement, c’est un acte prémédité et bien préparé  comme tous ses précédents coups bas, diront les observateurs. Le simple citoyen dira qu’il fallait lui donner son billet de retour à Kenitra sans le tuer, quand même !

Le début après l’indépendance, après les massacres inter wilayas, tout a commencé par l’arrestation le 1er Novembre 1962 de l’ancien secrétaire général du MTLD et responsable du PPA à Alger, Moulay Merbah. Interné et torturé par la milice de Benbella, à Berrouaghia. Puis par  l’assassinat de Mohamed Khemisti par un agent du FLN, Mohamed Zénadi  qui a appuyé sur la gâchette, Zénadi était un fidai durant la Révolution, un bon instituteur de français à Mostaganem, un chic type qui a surpris tous ses anciens collègues, amis et ceux qui le connaissaient et surtout ses anciens élèves. Au suivant Mohamed Khider assassiné à Madrid, Krim Belkacem étranglé à Francfort…Medeghri,Kasdi Merbah à Alger et d’autres anonymes

Boumaârafi aussi, c’était un bon officier qui avant son recrutement, il est passé devant plusieurs cribles, des scanners sécuritaires, avant d’obtenir l’avis favorable pour son recrutement, surement à cette époque, il n’est pas arrivé avec la ‘’Chkara’’ comme aujourd’hui ! lui aussi a surpris les uns et les autres, sauf les experts en complots. Un type qui se transformait rapidement, cela se passe uniquement en Algérie et aux Etats-Unis. Oswald a refroidit Jhon Kennedy et Serhane Bichara Serhane a eu Robert Kennedy. Quant à Boudiaf c’est un peu le Martin Luther King , avec une légère différence du temps, de la date et de l’époque avec quelques retouches .

La question demeure à ce jour posée 21 ans après : Boudiaf a dérangé qui ? Ses adversaires, sont-ils encore vivants ou morts ? Les Messalistes, les Bellounistes, les anciens collabos, les Benbelistes, les Boumedienistes, les Chadlistes, les Fisistes, les fumistes !?

 


Nombre de lectures: 3010 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>