DzActiviste.info Publié le jeu 22 Mar 2012

BOUMEDIENE

Partager
DÉBAT SUR BOUMEDIÈNE

 

-Il a commis des atrocités
-«Ki ghabou ettyour, bqat el hama (hiboux) eddor»
-Les détails du compte CNEP qu’il a laissé !

Il a commis des atrocités
Depuis plusieurs mois, un débat s’installe autour de l’œuvre de feu président Houari Boumediène, les avis divergent, car cet homme suscite toujours autant d’admiration chez certains et de colère chez d’autres. Sans faire un bilan, et entrer dans les détails politico-économiques, je me pose une question fondamentale. Peut-on travailler pour l’Algérie de manière désintéressée dès lors qu’on a conquis le pouvoir par la violence et sans aucune légitimité. Peut-on construire un pays, alors qu’on écarte systématiquement les idées opposées ? Pourquoi l’Algérie a commencé à couler seulement 5 ans après sa mort ? Un pays viable, une économie solide, des institutions saines et ancrées dans la réalité du peuple ne peuvent sombrer en quelques années, à la première crise pétrolière venue. De Gaulle a laissé plus que du béton à la France, il a laissé le gaullisme, courants de pensée auxquels se rattachent des hommes politiques ou de simples citoyens. Pour revenir à mon idée première, qui est celle de la relation entre liberté d’expression et la bonne gouvernance, je reste persuadé que les assassinats politiques, les disparitions mystérieuses, les condamnations et les placements en résidence surveillée ne peuvent être cautionnés par aucune réalisation économique, car rien de bon ne peut venir de l’autoritarisme. Aussi beau et magnifique que soit l’héritage de Boumediène, il ne pourra jamais excuser la violence de sa gestion. Accepter une telle ineptie, c’est vendre la vie et la liberté des hommes contre des usines ou des universités. Croire qu’une industrie lourde, même rentable à 200 %, compense l’assassinat d’Amirouche et Si El Haouès est tout simplement abominable. Pardonner la confiscation de leurs dépouilles ne peut susciter que de la colère et du mépris chez toute personne ayant un grain d’humanisme dans son cœur. Je peux débattre quant à l’implication de la partie algérienne dans la mort de ces deux héros, mais quant à leur horrible exhumation, je n’ai aucun doute sur l’implication de Boumediène dans cette sinistre affaire et son ambition de conquête du pouvoir (le colonel Bencherif, dernier des sbires de Boumediène, peut en témoigner). Les purges internes du FLN furent peut-être sanglantes, mais le combat pour la liberté primait sur tout. Et les protagonistes de ces luttes fratricides n’étaient pas au chaud à Oujda ou au Caire, le contexte fut terrible. Peut-être que certains de «nos héros» avaient du sang sur les mains, mais le leur a coulé avec celui de leurs frères. Ils ont combattu ou sont morts pour nous, pour l’Algérie, pas pour le pouvoir, sinon ils seraient partis à l’étranger pour attendre tranquillement l’Independence. Imaginez, combien d’entre nous peuvent avoir le courage de faire face à la France, sans se tromper, vaciller ou commettre des erreurs tragiques ? J’interroge les admirateurs du «Raïs», en leur disant, il a commis des atrocités. Vous en pensez quoi ? Pouvait-il les éviter ? Séquestrer un homme comme Ferhat Abbas, estce pardonnable pour vous ? Exhumer des dépouilles, les séquestrer plus de vingt ans, n’est-ce pas le signe d’une pathologie psychiatrique majeure ? Parlez-en, soignez les plaies, puis passez au bilan et l’autosatisfaction. Le sang qu’il a fait couler au nom du pouvoir est plus précieux que n’importe quelle infrastructure ou autre, c’est celui des Algériens. Il a recruté Ben Bella pour faire imploser le GPRA et instaurer le parti unique, puis il a installé son système, et de là sont venus tous nos malheurs. Je ne suis pas adepte de la théorie «Tous les mêmes, tous pourris», car un pays et un peuple qui ont fait plier la France, puissance mondiale, méritaient mieux qu’une idéologie politique socialiste, panarabiste fabriquée et livrée par Nasser. Avant de terminer, je voudrais dire aux partisans du «Raïs» : OUI il y a de plus en plus de gens qui critiquent Boumediène, OUI avant ils ne parlaient pas, mais aujourd’hui il est mort, et il aura fallu attendre son décès pour qu’on puisse enfin faire quelques critiques de son bilan et de son parcours. S’il ne liquidait pas systématiquement ses opposants, le débat serait clos depuis des années. Pour conclure, je vais terminer avec deux citations, la première drôle mais très réelle, est de l’humoriste Fellag : «En 1962, on a vu passer l’independance, puis plus rien, on l’a plus revue.» La seconde est celle de Larbi Ben M’hidi, un homme de terrain et un génie : «Je préfère mourir avant l’indépendance pour ne pas assister à vos déchirements pour le pouvoir.» Vive l’Algérie 
Ziri Yalairi.Yala@gmail.com

  

«Ki ghabou ettyour, bqat el hama (hiboux) eddor»
Trente-quatre ans depuis que Houari Boumediène nous a quittés ; j’en avais 28 à cette époque, l’âge d’or de ma vie que je n’échangerais pas contre toutes les richesses de ce bas monde. Je roulais avec ma Peugeot 404 en compagnie d’un collègue sur le tronçon de la RN 12 allant vers Alger. Avant l’entame de la RN 5 qui traversait Thénia à cette époque, j’allume la radio, et la triste nouvelle tombe sur moi comme un couperet. J’ai regardé mon collègue d’un air grave ; en guise de réponse, celui-ci me réplique ironiquement : «Qibes.» Sans me rendre compte, j’arrête la voiture, prie mon passager de descendre en lui balançant au visage : «Naâlat Allah aâlik.» Ce collègue qui était mon cadet de deux ans n’est plus de ce monde, que Dieu lui pardonne cet écart de langage proféré à l’encontre de l’homme que la majorité des Algériens avait pleuré à chaudes larmes. Revenons maintenant à l’homme que l’Algérie avait perdu en plein essor du développement du pays et dont le remplacement s’est avéré par la suite inefficace. En premier lieu, il faut reconnaître que Houari Boumediène avait beaucoup de talent dans la conduite des affaires du pays. J’ouvre une parenthèse, et ce pour ne pas envenimer le débat. Je dois donc m’abstenir volontairement de spéculer sur les affaires dites «crimes politiques» attribuées, par des rancuniers, à Houari Boumediène, sans preuves authentiques. Mais, il faut reconnaître que dans le domaine politique, les crimes sont fréquents, sans omettre de rappeler aussi qu’il y a ceux qui tuent pour une cause de principe et ceux qui tuent pour des intérêts étroits. Houari Boumediène avait un programme révolutionnaire à concrétiser au profit du peuple algérien en général, des masses laborieuses en particulier. Ceci pour dire qu’il n’était pas tendre avec ceux qui se sont opposés à son programme, et qu’il ne cessait d’ailleurs de dénoncer presque dans toutes ses allocutions. Les grandes lignes du programme de Houari Boumediène se résument à peu près ainsi : 

– 1° Edification de l’État algérien. 
– 2° Recouvrement des ressources nationales. 
– 3° Renforcement de la souveraineté nationale. 
– 4° Lutte contre le sous-développement et l’ignorance. 
– 5° Équilibre régional et égalité des chances entre citoyens. 
– 6° Indépendance de la décision politique de l’Algérie. 
Y a-t-il un Algérien qui n’adhère pas à ce programme patriotique ? 
En 1978, la population algérienne était d’environ vingt millions d’habitants, parmi cette population, beaucoup ne sont plus de ce monde ; ceux qui sont nés après 1978 – environ 20 millions d’Algériens – composent la jeunesse actuelle qui n’a pas connu Houari Boumediène. A travers ces chiffres, nous constatons que Houari Boumediène n’a plus la majorité au sein de la population algérienne actuelle. C’est la faute à Dame Nature ! Sans oublier aussi de dire que ses compagnons encore en vie, que ce soit ceux de l’intérieur ou ceux étrangers, ont trahi sa mémoire pour avoir laissé le terrain aux vautours pour mettre en pratique leur sport favori. Comment ressusciter le patriotisme boumediéniste ? Je lance un défi à tous ceux qui ont une autorité décisionnelle sur l’ENTV de diffuser chaque jour à une heure d’écoute, cinq à dix minutes des discours de Houari Boumediène. Je suis convaincu qu’il ne se passerait pas six mois que le patriotisme de Houari Boumediène referait surface en Algérie, et le peuple retrouverait son unité doublement soudée. Alors, chiche ! 
Amar B.

 

Les détails du compte CNEP qu’il a laissé !
Monsieur Houari Boumediène 

N° de compte CNEP : 000002/08 
Date d’ouverture du compte : 6 mai 1966 
Premier versement effectué : 500 DA
Année……….. intérêts
1966 ………………8,75
1967………………14,24
1968………………14,64
1969………………15,05
1970………………15,47
1971………………19,88
1972………………20,58
1973………………21,31
1974………………22,04
1975………………22,81
1976………………23,61
Total : 198,37 DA
Et dire que certains sont allés jusqu’à lui créer un compte bancaire à la Manhattan Bank de New York !
M. D.


Nombre de lectures: 386 Views
Embed This