DzActiviste.info Publié le mer 22 Fév 2012

Bouteflika à Oran , Sidi Saïd en rabatteur des travailleurs

Partager

Depuis trois jours, la banlieue sud est de la ville connait un branle bas de combat inhabituel. Et pour cause, ce jeudi la ville va recevoir le Président de la République. Jusqu’au milieu de l’après midi, le programme de la visite présidentielle n’était pas encore connu. Mais ce qui est certain, c’est que le Président, pour ne pas déroger à une règle, va inaugurer le tram. Ces deux derniers jours, des essais ont été effectués sur un train en prévision de la venue de Bouteflika. Selon certaines sources, le président et ses hôtes effectueront un trajet de quelques centaines de mètres à partir de la station centrale du tram se trouvant à la sortie d’Oran. L’avenue se prolongeant de Haï Essabah jusqu’au rond point de l’Usto connait elle aussi un lifting. Pour la circonstance, on a planté des palmiers, probablement importés tout au long de cette avenue. Ce qui est en soi un acquis pour la ville qui manque terriblement de verdure. Mais les citoyens ne sont pas dupes. Ils savent que ces plants, exotiques, vont périr dans quelques semaines. Plus grave encore, les travaux de mise en place du pavé, réalisés à la va vite, sont eux aussi à être refaits dans les semaines à venir. Un citoyen a relevé que le pavé est placé directement sur du sable. Probablement que cette visite a été décidée à la dernière seconde, ce qui a ameuté les autorités locales. Donc on bricole comme on peut puisqu’on n’est pas regardant sur les dépenses publiques quand il s’agit d’un évènement de cette envergure !!! D’ailleurs, les oranais et les habitants des autres wilayas se sont habitués à ce genre de gaspillage des deniers à chaque fois que le Président de la République se déplace.
Par ailleurs, Sidi Saïd a séjourné vingt quatre heures à Oran avant l’arrivée du président. Dans la journée, il a tenu un conclave avec les syndicalistes, notamment du port. Selon certaines indiscrétions, l’objet de la réunion c’est la mobilisation des  travailleurs, notamment du port, pour remplir la salle omni sport d’Arzew à l’occasion du passage de l’hôte de la wilaya. Sidi Saïd doit bien ça au président qui l’a comblé de louanges tout récemment alors que le commun des algériens (sauf Bouteflika et Louisa Hanoune) savent que l’UGTA est réduit à un simple appareil qui n’a aucune espèce d’existence dans la vie des travailleurs.
D’un autre côté, on n’écarte pas que le président dans son intervention coïncidant avec l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures ne soulève pas la question des prochaines législatives. Apparemment le spectre d’une abstention massive pose de sérieux problème au pouvoir en place, à commencer par le chef de l’Etat. En l’espace de dix jours, il a appelé à deux reprises les citoyens à se rendre aux urnes le 10 Mai prochain. D’ailleurs ces élections ont été qualifiées de pierre angulaire des « réformes » entreprises et annoncées dans son discours du 15 Avril dernier. Mais le gaspillage des deniers publics relevé par le commun des citoyens, au moment où des gens crèvent la faim dans les douars enclavés suite aux intempéries, plaide évidemment pour le boycott.


Par ZIAD Salah JCA


Nombre de lectures: 628 Views
Embed This