DzActiviste.info Publié le jeu 30 Mai 2013

Bouteflika, Boumediene et le pyjama

Partager

_
« C’est vrai. Certainement que le Président n’a pas souhaité qu’on le montre à ses compatriotes, alité et vêtu d’un pyjama parce que le repos absolu lui a été strictement prescrit. Il est difficile à un chef d’Etat d’un quelconque pays qui soit de se montrer à son peuple dans un état physique diminué, mal rasé ou les traits tirés. Une telle idée rebutait le Président. »

Voilà ce qu’aurait déclaré un bien mystérieux responsable algérien, ayant tenu à garder l’anonymat, au journaliste Ahmed Fattani (lire ici « l’entretien« …). Autant le dire tout de suite, la référence au pyjama a bien fait rire en Algérie et le chroniqueur Chawki Amari s’en est donné à cœur joie.

Extrait de son billet lu sur Facebook à propos du « nouveau débat qui se met en place : quel type de pyjama porte le Président. Rayé, uni, aux couleurs nationales ou à celles des Invalides ? Je crois que dans les hôpitaux de France, on utilise officiellement les termes ‘chemise’ ou ‘blouse’ plutôt que pyjama. Si on ne sait pas de quoi souffre Bouteflika on sait en revanche que sa blouse d’hôpital du Val est en polyester/coton 50/50 et gratté intérieur pour le confort, que la toile est de 145 gr/m2 environ pour éviter la transparence, que la fermeture est croisée dos par pressions, que le coloris est imprimé rouge et que la thermofixation est de 180° minimum« .

Mais, cette référence au pyjama n’est pas vraiment anodine. Qu’elle soit réelle ou pas, elle fait référence à un très vieil épisode de l’histoire de l’Algérie indépendante. C’était à la fin des années 1960. Houari Boumediene venait de réaliser son « ajustement révolutionnaire » mais son pouvoir était loin d’être définitivement installé. Et c’est après une tentative d’assassinat où il fut légèrement blessé que les Algériennes et les Algériennes eurent la surprise de voir leur président en pyjama à la télévision alors qu’il était à l’hôpital (précision de taille : c’était un pyjama à rayures…); Des images qui ne cadraient pas avec l’idée que l’on se faisait alors de la toute-puissance, voire de l’aura mystérieuse, de l’homme fort du régime algérien.
_


Nombre de lectures: 317 Views
Embed This