DzActiviste.info Publié le sam 8 Sep 2012

Bouteflika décédé ? De graves questions se posent !

Partager

                     
Des informations provenant de sources généralement bien informées semblent confirmer le décès du Président Bouteflika. 

Un véritable black-out est observé sur la question, y compris par la presse algérienne, qui n’évoque pas cette rumeur persistante, de la plus petite façon, alors que celle-ci se propage à toute l’Algérie.
Pourquoi la presse, dans son ensemble, s’interdit d’évoquer cette information, ne serait-ce que pour la démentir ? Pourquoi n’a-t-elle pas passé un sel commentaire sur la question, dans les versions web de ses journaux. Des milliers de questions ont été posées par les citoyens algériens, pas une n’est passée ? Simple hasard ?

Qui a ordonné express à la presse de se taire ?

Cela montre, à l’évidence, que quelque chose de très  grave se concocte dans les officines.
 
Comme nous l’avons souligné dans les précédents billets, nous restons très vigilants, et nous tentons d’en savoir plus.
Nous invitons nos compatriotes à la vigilance. Un complot se prépare  visiblement au coeur de la Maison de l’Ogre, pour voler, encore une fois, la souveraineté du peuple, pour le mettre devant un autre fait accompli, pour tromper les opinions publiques internationales, et les laisser croire que le peuple est souverain.

Nous nous posons de sérieuses questions.

Si le Président est décédé, et que la nouvelle a été cachée au peuple algérien, pour permettre aux « parrains des famiglia » de choisir celui qu’ils auront désigné pour devenir le futur président, ce régime aura confirmé qu’il reste la même association de malfaiteurs, et qu’il n’entend pas s’amender.

Rien ne nous interdira, dans ce cas, de considérer que le Président était décédé avant la désignation du nouveau gouvernement.

Cela expliquerait qu’il n’ait pas reçu Ouyahia avant de le démettre, ni encore moins le nouveau Chef du Gouvernement.

C’est tout de même énorme. On veut nous faire avaler un python.

Comment un Chef d’Etat peut-il nommer un nouveau Chef du Gouvernement sans le recevoir ni avant ni après sa nomination ?

Comment un Chef de l’Etat peut mettre fin aux fonctions du Premier Ministre, sans le recevoir, et sans même s’entretenir avec lui ?

D’autres questions semblent indiquer que ce n’est pas Bouteflika qui a nommé le nouveau Premier Ministre, mais les Chefs du DRS, puisque tous les proches de Bouteflika ont été évincés, et que, curieusement, nous ne retrouvons dans ce nouveau gouvernement que de très proches du DRS, lorsqu’ils n’en  sont pas des Agents patentés.

Dans ce cas, tous les proches du Président, y compris sa famille, ont marché dans la combine, ou ont été forcés de se taire, sous la menace. Et si tel est le cas, tous les Ministres, les Officiers supérieurs, les Chefs de Parti, et tous ceux qui comptent dans ce pays, auront participé à une action qui visait à trahir le peuple, sous prétexte de prévenir des troubles. Prétexte habituel dont ils usent, pour vaquer à leurs petites et grandes affaires. Mais, pour le moment, ce n’est là que que pure spéculation. En l’absence d’une prise en charge responsable de l’information, par ceux qui en ont la charge, et même la vocation, nous n’avons pas d’autre choix que de nous y prêter. Mais rien ne restera à l’ombre. Demain, les Algériens demanderont des comptes.

Autant de questions et d’indices, donc, qui laissent croire que le Chef de l’Etat est décédé depuis plusieurs jours, et que ce n’est pas lui qui a nommé le nouveau Gouvernement.

Nous restons sur l’affaire.

DB


Nombre de lectures: 278 Views
Embed This