DzActiviste.info Publié le ven 7 Juin 2013

Bouteflika est fini, vous avez le choix entre Sellal et Benflis !

Partager

toufik-drsL’actuel chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, en poste depuis 14 ans, ramené par les militaires, c’est à dire, le DRS, est politiquement fini. Sa maladie ne lui permet plus de briguer un 4ème mandat. Au mieux, pourra t-il terminer le 3ème.

Qu’il arrive à finir son mandat en avril 2014, ou que des élections anticipées soit organisées, c’est du pareil au même. Juste une question de temps. Comme d’habitude, faisant-fi du peuple, de la société, le DRS, se prenant pour le pays, se prenant pour l’Algérie, s’active, dans les trous noirs, à trouver et à préparer un successeur que le peuple « approuvera ». En l’absence d’une opposition organisée, crédible et visible, le régime fait ce qu’il veut. Une fois le choix définitivement arrêté, comme d’habitude, des centaines de comités de soutien, apparaîtront un peu partout à travers le territoire, pour porter, le nouveau désigné avant son élection programmée. Selon des sources généralement très bien informées, le DRS a opté pour deux successeurs possibles.

En premier, Sellal, le meilleur candidat, il est en place, il a la couverture médiatique, mais auquel il faut fabriquer une stature nationale et internationale. Sellal est plus un « administratif », qui exécute les ordres, sans aucune vision, sans programme, et évidemment sans conviction politique. C’est le favori, même s’il n’a aucune assise politique, aucune base populaire.

Ensuite, il y a Benflis, enfant du régime. Plus intelligent que Sellal, plus politique, plus expérimenté, Benflis est éteint depuis dix ans. Pas un mot. Corruption, dérives autoritaires, violations des libertés, de la constitution, pillage du pays etc… Pas un mot ! Jamais. Pour le remettre dans le jeu, il serait indispensable de le réintroduire sur la scène médiatique. A 70 ans, un petit handicap, il a pour lui, contrairement à Sellal, l’appartenance au clan de l’est et la possibilité, de reconquérir, assez rapidement, l’appareil du FLN. Ses dix ans de silence, mortel politiquement dans n’importe quel pays, seront paradoxalement un atout dans cette Algérie hors de l’histoire. Oublié de tous, une bonne propagande, le ferait même apparaître comme une nouveauté, porteuse de changement.

Il y a bien un troisième, caché, qui espère et qui attend son tour, sachant son impopularité mais sans renoncer. Il se dit que peut être, ils oublieront et qu’il m’accepteront. Il a des « amis » dans l’armée, dans le DRS, dans l’administration et il se nomme Ouyahia. Mais bon, c’est une autre histoire.

Alors, chers concitoyens, préparez vous ! Ou vous acceptez les choix du DRS, ou vous décidez d’écrire l’histoire.

Y Bounouar


Nombre de lectures: 6401 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>