DzActiviste.info Publié le mar 29 Oct 2013

BP ET LA SÉCURITÉ DES SITES GAZIERS Des mercenaires aux portes de Tiguentourine ?

Partager

clipboard01bq1_1378139_465x348S’achemine-t-on vers l’arrivée d’une armée de mercenaires pour la protection des installations de Tiguentourine et In Salah ? Tout porte à croire que BP veut imposer cette option pour sécuriser ses deux sites gaziers qu’elle gère conjointement avec la Sonatrach et le norvégien Statoil.

Stirling, l’agence britannique de sécurité de BP, vient de conclure un partenariat stratégique avec Olive, une autre société britannique basée aux Emirats, réputée pour le recours à des armées de mercenaires pour assurer la sécurité des sites et les personnes qui lui sont confiés.

Olive est ainsi désormais chargée d’apporter sa contribution pour la mise en œuvre d’un plan de sécurisation des sites gaziers algériens pour le compte de BP. Elle devra apporter toute son expérience dans la sécurisation des champs pétroliers irakiens, qui sont restés intacts en dépit de 10 ans de guerre fratricide.

Au sud de l’Irak comme au Kurdistan et sur la bande verte de Baghdad, Olive utilisait des régiments de mercenaires, issus de pays différents, avec un armement qui n’a rien de moins par rapport à celui utilisé par les marins ou les rangers américains. Autrement dit, ils avaient tout simplement droit de vie et de mort sur les populations irakiennes sans la moindre obligation de justifier tel ou tel acte. Stirling, qui a échoué dans son plan HSE de Tiguentourine, a eu recours à cette société de mercenaires bâtie par des anciens officiers de l’armée et des services spéciaux britanniques.

Pourtant, la réglementation algérienne interdit le recours aux services de sociétés étrangères spécialisées dans les prestations de sécurité et limite cette activité aux seules entreprises algériennes.
Mais, dans la réalité, Stirling assure les missions de sécurité de BP depuis des années aussi bien sur les sites d’In Salah que ceux de Tiguentourine. Pour contourner les dispositions réglementaires, la société britannique s’est alliée à une entreprise privée algérienne. Du coup, Stirling a eu toute la latitude d’exercer illégalement, pendant une décennie, une activité réglementée.

Au lendemain de l’attaque terroriste survenue à Tiguentourine, BP a refusé d’admettre les failles de Stirling et a continué à exercer toutes sortes de pressions sur le gouvernement pour obtenir plus de concessions. BP a, entre autres, conditionné le retour de son personnel en Algérie par l’amélioration des conditions de sécurité.

Devant la passivité des vis-à-vis de la Sonatrach et du ministère de l’Energie, les responsables de BP risquent d’imposer cette option de mercenaires pour la sécurisation des sites gaziers. L’Algérie, qui exportait fièrement son expérience dans la lutte antiterroriste, sera-t-elle contrainte d’importer des armées de mercenaires pour satisfaire les caprices de BP ?

Mokhtar Benzaki
in Le soir d’Algérie 29/10/2013

Les principaux dirigeants de la société Olive

Chris Saint George, coprésident et cofondateur

Il a commandé dans l’armée britannique en 1992 un régiment de parachutistes. Au cours de sa carrière, Chris a passé beaucoup de son temps sur les opérations ou la gestion des tâches de formation dans le Moyen-Orient, en Afrique et en Asie. Il a reçu le sabre d’honneur à l’Académie royale militaire de Sandhurst en 1992.

Martin Rudd, directeur général
Il possède plus de 20 années d’expérience en gestion de la sécurité, dans la neutralisation des bombes et surtout dans les forces spéciales. Dans son dernier poste au ministère de la Défense britannique, il était le directeur de programme chargé de superviser la gestion et l’achat de plus de 200 projets d’équipement avec un budget global de 1,3 milliard de livres £.

Christopher Beese, vice-président, administration et gouvernance
Il est entré dans l’industrie de la sécurité avec les systèmes de défense Limited en 1988 et a été impliqué dans la sécurité routière et l’aviation, les services de maintien de la paix, la reconstruction post-conflit et les entreprises de déminage au Mozambique, au Congo et en ex-Yougoslavie et au Royaume-Uni. Il a également servi comme chef d’état-major de la Mission de surveillance de la Communauté européenne en Bosnie-Herzégovine et avec les armées de la Grande-Bretagne et Oman.

Ian Pilcher, vice-président, développement des affaires et ventes
Ian a servi pendant 10 ans dans l’armée britannique en tant qu’officier d’infanterie au sein d’un service opérationnel en Irlande du Nord, en Libye et dans les Balkans.

John Goreing, vice-président projets spéciaux
Il a travaillé en tant que directeur des opérations régionales fondées sur Amman, en Jordanie. Il était aussi le directeur de pays pour ArmorGroup à Baghdad, en coordonnant 1 500 agents de sécurité sur les opérations de sécurité mobile à travers l’Irak entre juin 2005 et novembre 2007. Avec le grade de commandant, il a servi auparavant dans les services opérationnels de l’armée britannique notamment dans les îles Falkland, en Irlande du Nord, au Kosovo, au Sierra Leone, en Afghanistan et en Irak.

M. B.


Nombre de lectures: 1932 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>