DzActiviste.info Publié le ven 1 Mar 2013

Canada : un scandale impliquant SNC Lavalin fait tomber un ancien haut responsable du renseignement

Partager

SNC Lavalin;Une unité spéciale de lutte contre la corruption de la justice québécoise a émis mercredi un mandat d’arrêt contre Arthur Porter, ancien dirigeant d’un hôpital montréalais et d’un comité parlementaire supervisant les activités des services de renseignement, a rapporté l’AFP.

Il est poursuivi pour six chefs d’accusation : «fraude, complot pour fraude, fraude envers le gouvernement, abus de confiance, commissions secrètes et recyclage des produits de la criminalité», a indiqué l’Unité permanente anticorruption (UPAC) de la justice québécoise. Quatre autres hommes sont également recherchés, dont l’ancien bras droit de M. Porter lorsqu’il dirigeait un hôpital universitaire de Montréal – le centre universitaire de santé McGill (CUSM) – ainsi que l’ancien PDG et l’ancien vice-président de la société québécoise d’ingénierie SNC Lavalin. Sous la direction de M. Porter, le groupe SNC Lavalin avait été retenu pour bâtir le nouvel édifice du CUSM dans un contrat de 1,3 milliard de dollars, l’un des plus élevés de l’histoire du BTP canadien. Les cinq hommes sont soupçonnés d’avoir dirigé un vaste système de corruption pour l’attribution de l’appel d’offres pour la construction de l’établissement hospitalier.

Outre ses fonctions hospitalières, qu’il a occupées jusqu’en décembre 2011, M. Porter a siégé entre 2008 et novembre 2011 au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité du Canada (CSARS). Il a même présidé ce comité parlementaire chargé de surveiller le travail des services de renseignement à partir de juin 2010. Sa nomination au comité, puis sa promotion, avaient été l’œuvre de l’actuel Premier ministre, Stephen Harper. Après avoir quitté ses fonctions au CSARS et au CUSM, Arthur Porter a déménagé dans les Bahamas, selon des médias canadiens. Pour rappel, le quotidien canadien The Globe and Mail a mis en cause Farid Bedjaoui, neveu de l’ancien ministre des Affaires étrangères, qui aurait «sécurisé», moyennant des pots-de-vin, plusieurs contrats du groupe canadien d’une valeur d’un milliard de dollars canadiens. Cette somme fait partie des 6 milliards de contrats qu’a remportés SNC Lavalin en Algérie ces 10 dernières années.

Agences 01/03/2013
Via El Watan


Nombre de lectures: 697 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>