DzActiviste.info Publié le lun 10 Fév 2014

Ce n’est point la veille de la fin de nos soucis.

Partager

1796564_428681183945064_1216000733_nSi l’actualité algérienne s’est emballée quelques peu depuis les déclarations fracassantes du secrétaire général du FLN (front de libération national) le 3 février 2014, je ne pense pas que ces échanges entre protagonistes au sommet résoudront les problèmes (inégalités criardes, faible pouvoir d’achat, injustices…..) dans lesquels depuis assez longtemps maintenant –pour certains depuis l’avènement de l’indépendance de 1962-, se débattent les algériens qui pratiquement ont tous fait le constat d’échec des gouvernants , à savoir que depuis 1962 on tourne en rond et le pays malgré ses ressources n’émerge guère sur la scène mondiale à l’image des BRIC ; nous avons plutôt reculé dans tous les domaines au point où toute vie est devenue si difficile dans notre pays ; Ghardaïa qui était si belle jadis à visiter est livrée aujourd’hui aux démons de l’instabilité.

On nous a habitué à ces luttes de clans où les décideurs se déchirent à pleines dents mais se serrent les coudes et chassent en meute comme des loups, quand un de leurs flanc est attaqué. Aujourd’hui, c’est dire depuis les déclarations de amar saidani (officiellement !) ou peut être depuis une année déjà ce qui est nouveau (au point d’intéresser !) C’est qu’au fond de la réalité, un affrontement entre ces deux ailes fait feu pour qu’une aile (ou clan) se débarrasse de l’autre. Ce qui n’augure rien de bon pour le pays puisqu’au final une dictature succédera à la première. Et l’on restera loin du souhait de la majorité silencieuse car, nous dit Moussaab Hammoudi in son article du 08/02/2014 commis sur un site : « Mais si l’heure est au grand nettoyage au sein du régime, quelle va être la suite ? Il y a d’ores et déjà des voix qui crient à la probable démocratisation qui adviendra quand le DRS serait liquidé. Il ne faut surtout pas se leurrer.

De ce conflit n’en résultera aucune démocratisation, tout simplement parce que le nettoyage se fait à un niveau interne et ce qui est en dehors de l’institution militaire n’est pas concerné. Aucune démocratisation n’est envisageable parce que les logiques en concurrences sont militaro-militaires. »

De Boghni le 10/02/2014

Amokrane nourdine


Nombre de lectures: 1142 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>