DzActiviste.info Publié le dim 13 Oct 2013

Chafik Ahmine. Enseignant-chercheur à la faculté d’économie de Dély Ibrahim. «89% des entreprises algériennes sont dans le commerce et les services»

Partager

Après les orientations (prétentions) libérales imprégnant ses débuts de mandat, le président Bouteflika fait un braquet dans son nouveau discours dans lequel il est question de «préférence nationale», de «patriotisme économique»…
Qu’est-ce qui a provoqué ce changement de religion ?

L’orientation économique, depuis 1999, avait une intention libérale mais celle-ci manquait cruellement de visibilité, notamment dans ce qui a trait à la prise en charge des intérêts de l’Algérie. C’est un type de libéralisme dépendant du libéralisme international qui consacre l’Algérie dans une position bien claire dans l’économie internationale, un «pays marché». Il n’y avait pas du tout de stratégie globale. Or, les pays émergents, les BRICS, qui ont réalisé de forts taux de croissance dans le cadre de l’économie libérale ont centré leur politique autour d’une stratégie de développement, conférant la priorité à l’industrialisation de leur économie. Aujourd’hui, les recettes économiques qui s’appliquent dans le monde sont un mélange de néolibéralisme et de keynésianisme, de «marché» et d’«Etat».

 –


Nombre de lectures: 225 Views
Embed This