DzActiviste.info Publié le ven 30 Août 2013

Changement d’époque ?

Partager

liberteEn remémorant simplement mon exil lausannois, j’accouche de ces quelques lignes, à partager avec vous, puisque facebook et d’autres sites le permettent maintenant Du temps de mon âge de jeune homme c’était l’universalisme qui prenait le pas sur tout avant que beaucoup s’imprègnent aujourd’hui d’un trop plein de religions. Et pourquoi pour moi ces sensations de déracinement, alors que jeune, je me posais tant de questions sur l’existence de Dieu le tout puissant. Et si les religions divisent vraiment pourquoi les avoir réveillé et instrumentalisé ; les hommes n’aspirent il point à vivre dans les paix universelles.

Pour qui a voyagé dans les pays de libertés d’Occident, les libertés matérielles pour ceux issus de milieux modestes peuvent être très handicapantes. Pour ce qui est des religions, la liberté de conscience et de religion existe depuis bien beaucoup de décennies, cela étant accepté de tous et donc, l’on n’évoque , l’on débat quasiment plus de ce sujet. Du moins durant la période de mon exil. Un copain cet après midi, il était de passage à boghni mon village natal et j’en avais profité à l’inviter pour quelques discussions : « nos parents étaient disons quasiment ignorants des religions, dans leur vie simple et cela nous a rendu un bien bon service » m’a-t-il confié. Mon adolescence, mes premiers pas d’adulte, c’était les années après l’indépendance du pays en 1962.

Dans encore les senteurs de la France coloniale. Et la religion, si l’imam appelait à la prière des fidèles, je me souviens qu’on ne l’entendait pas, tant cela nous préoccupait pas, alors que depuis quelques temps, bientôt des décennies, à partir surtout des années quatre vingt dix, le discours est toujours sur la religion musulmane, le terrorisme islamiste et tutti quanti. Comme je reste quasi imperméable aux idées propagées, avec force et sans retenues, je vis juste le malaise, avec paradoxalement cette impression que même dieu n’est point toujours respecté. Nous ne vivons plus dans nos craintes individuelles du tout puissant ! L’envie de relater ma petite expérience. Lorsque j’ai quitté l’Algérie dans les années mille neuf cent soixante dix pour l’Europe, et après les premières années de découvertes, l’amitié de quelques suisses, m’avait beaucoup appris.

Ils avaient les mêmes envies que moi : étudier, s’amuser, aimer, comme durant mes années d’adolescence avec, mes amis de mon milieu natal. Je me comprenais avec ces suisses, ces européens, et je buvais même de l’alcool sans me demander s’il est prohibé ou pas. Et même si je n’ai pas su me mouvoir dans ce milieu permissif, je ne crois pas que c’était à cause de la religion, puisqu’on s’en souciait très peu. Les problèmes c’étaient les manques de moyens, je n’en avais pas beaucoup, même si personne ne me le faisait remarquer. Alors les algériens, les maghrébins ont-ils beaucoup changé. Certainement que l’influence du tout religieux a agi depuis quelques décennies, puisque c’est d’actualité que le mode de vie occidentale en Tunisie par exemple est très critiqué. Crie t- on encore que les occidentaux sont mécréants ? Pour moi, l’universalisme en tout, adoucie la vie et les mœurs. Pourquoi diviser les populations mondiales ? Cela n’attisera que les haines, les uns des autres. Camus Albert à son époque, voulait une Algérie humaine pour tous : les arabo-berbères, les juifs, les pieds noirs. C’était bien même si ces positions étaient à l’époque idéales, si ce n’était pas le fossé creusé par les apprentis-sorciers ( selon Jean Paul Sartre, les algériens avaient été acculés au désespoir, on leur avait , niés dans leurs droits , laissé que le choix de la guerre), Ferhat Abbas, l’algérien premier président du gouvernement provisoire de la République algérienne, l’avait aussi tant voulu avant de rejoindre le Front de Libération National (FLN).

Amokrane Nourdine 29/08/2013


Nombre de lectures: 747 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>