DzActiviste.info Publié le ven 29 Juin 2012

Commémoration de l’assassinat de Mohamed Boudiaf

Partager

Source: T. S. A cliquez ici Khaled Nezzar malmené par des jeunes à El Alia

Plusieurs militants du Mouvement des jeunes indépendants pour le changement (Mjic) ont interpellé ce vendredi 29 juin au cimetière d’El Alia à Alger, le général‑major à la retraite Khaled Nezzar, présent pour la commémoration du 20e anniversaire de l’assassinat du président Mohamed Boudiaf. L’ex‑chef d’état‑major de l’armée et ancien membre du Haut Comité d’État (instance mise en place après l’arrêt du processus électoral) a été pris à partie par des jeunes du Mouvement, qui l’ont accablé de questions sur l’assassinat de Boudiaf, mais aussi au sujet des disparus et des victimes, selon des éléments du Mjic. « C’est un jeune militant des droits de l’Homme qui voudrait vous parler (…) vous êtes responsable autant que les islamistes de ce qui s’est passé pendant vingt ans. Vous êtes responsable de ce que nous vivons aujourd’hui », lui dit Abdou Bendjoudi, responsable de la communication du Mjic.

Un accompagnateur de Nezzar, agacé, tente de s’interposer mais l’ex‑général demande qu’on laisse parler son interlocuteur. « Je trouve indécent que vous veniez à la commémoration », poursuit alors Abdou. Réponse de Nezzar : « J’ai écrit six livres, vous n’avez qu’à les lire ! ». Ce à quoi le jeune militant réplique : « Mais, M. Nezzar, personne ne vous croit ! ». « C’est votre problème », rétorque sèchement l’ex‑chef d’état‑major. Et Bendjoudi de poursuivre : « Si votre peuple ne vous croit pas, c’est grave ». 
Autres questions soulevées par ces jeunes, dont Sabrina Zouaoui, également militante active du Mjic, la mort des 500 victimes d’octobre, les 200 000 victimes de la décennie noire et la question des disparus. « Je ne suis pas responsable […] moi, j’ai tout dit », répète à chaque fois Nezzar. « Qui est responsable alors ? » interroge Bendjoudi. Après ces échanges, Nezzar lâche une phrase lourde de sens, selon Bendjoudi. « La vérité vous la saurez demain […] l’Histoire jugera ».
 
Ils étaient plusieurs dizaines à s’être déplacés pour rendre hommage au défunt président. Outre Khaled Nezzar, on a noté la présence de Reda Malek, Ali Haroun et l’ex‑général Touati. Il y avait également des acteurs de la société civile dont des membres de la fondation Matoub Lounès.

Réactions et commentaires :

Par Citoyen du monde le 29/06/2012 | 18:33
La plaque commémorative du Chahid et Moudjahid Mohamed Boudiaf est méritée sincèrement et figure bien parmi les plus chères et les plus honnêtes de notre histoire révolutionnaire. Dieu l’aime. Après qu’on l’aie poussé à s’exiler au Maroc, on a presque essayer de la rayer de la mémoire de l’ancienne génération et rendu méconnu de la nouvelle génération, sa terre natale l’Algérie l’a appelé pour qu’il puisse rentrer en moins de 6 mois seulement dans le cœur du peuple et surtout dans celui de la nouvelle génération par sa sincérité, son honnêteté et son vrai nationalisme orienté vers un futur universel et issu des vrais fondements de notre vraie histoire. Notre cher Mohamed Boudiaf a pu à travers son honnêteté, ses principes fidèles et son nationalisme sincère et universel, gagner un peuple au lieu de chercher à gagner des protecteurs contre son peuple. C’était un père sincère et confiant de tout le peuple. Le vrai pouvoir appartient à celui qui arrive à gagner sincèrement et honnêtement le cœur de son peuple. Ce qu’à construit Boudiaf honnêtement en six mois représente bien sa propre plaque commémorative. On n’a pas besoin de la croiser pour lire son nom et se souvenir de lui. Elle est gravée dans chaque cœur de tout citoyen confiant et fidèle à sa patrie. “Que Dieu fasse fructifier toutes ses intentions sincères et de celles de tous les chouhadas qui se sont sacrifiés pour que le but commun fixé en une parole d’hommes unis soit atteint et pour que l’Algérie aille où les vrais hommes de notre histoire passée, présente et future veulent la mener”

Par fennec110 le 29/06/2012 | 18:20
la génération de l’après indépendance n’a rien avoir avec l’assassinat de Boudiaf , car tous ce qu’ils connaissent sur cette homme rien qu’une main tendue pour tout le peuple algérien, donc se sont ceux qui veulent diviser se peuple qui l’on assassinés , ils ont connu de cette homme sont dernier mot où il parler de la science ,il a dis les occidentaux nous ont dépassés que par le science , donc c’est les ignares qu’ils ont assassinés le chahid , ils ont connu de cette homme sont dernier mot de l’islam ,donc se sont ceux qui se cachent derrière l’islam pour justifié leurs acte criminel , alors que l’islam nous enseigne comme dieux le dis , pour ceux qui n’ont jamais lu le coran ((«Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière !»donc celui qui a tué Boudiaf ne croit pas a ces mots et il a l’habitude de tué , notre génération de 61 , c’été la meilleur génération qu’a connu l’Algérie , dans tous les domaine , sauf les crimes bien sur , dans le sport nous avons enregistré les meilleurs résultats toute discipline comprise , dans le domaine de science , nous avons le Bac internationale , nous avons nos savant actuellement reconnu a l’étranger , se sont des sortants des universités d’Algérie , cette génération cultivées dans tous les domaines , je crois ne sais pas tuées même pas une mouche ,hélas a été marginalisés et écartées totalement de la vie politique , économique , écartées dans les entreprises , si ’Algérie a ratées son développement , parce quelle a ratées cette génération qui est devenu âgées et bientôt va passées à la retraite ,la nouvelle génération ; se trouve face à des ignares placés partout , à la tête de tout , qui tirent sur tous qui bouge ,ou si on sentira l’odeur de la culture , de la science , du Management , de la technique de gestion des entreprises , ils tirent sut tous ce qu’il a l’odeur de la technologie , du développement de l’être humain ……OU VA L’ALGERIE .

Par zaatar le 29/06/2012 | 17:45
Et on grava sur la porte de l’énorme ville, aux murs épais comme des montagnes qu’on avait construite “Défense à Dieu d’entrer”… La vérité vous ne la saurez jamais…

Par zghdhuf le 29/06/2012 | 17:40
…et l’oeil dans la tombe regardait Caen. V.Hugo

Par zaatar le 29/06/2012 | 17:12
La vérité est ailleurs, vous la saurez demain, dans un siècle et demi…

Par lafd le 29/06/2012 | 16:49
Ya @sprinkler, même Oued El Harrach dans quelles années il va être assainni mais l’Histoire de l’Algérie .. il y a encore trop de “fumiers” vivants !!

Par sprinkler le 29/06/2012 | 15:17
Notre ” histoire ” post-indépendance a des relents de l’Oued El Harrach…

Par kahasi 3 le 29/06/2012 | 15:06
j’ai remarque l’absence des officiels dans la commémoration de l’assassinat de Boudiaf,ni le président Bouteflika ni le premier ministre Ouyahia ni encore moins le sinistre Belkhadem ,ou encore le ministre des moudjahidines ,a ce que je le sache Boudiaf était moudjahid ,mais bref on préfère célébrer les chouyoukhs intégristes et les sous officiers de l’armée française c’est ca l’Algérie de la IZA OUL KARAMA.

Par mmerzouk le 29/06/2012 | 14:14
Le grand Sliman Azem alah erahmou, chantait dans l’un de ses morceaux ceci : j’ai rêvé avoir vu des morts pleurés les vivants, j’ai demander alors à ses pauvres morts, la raison de leurs larmes, étant donnés qu’ils sont morts, apparements ils sont en colère à l’endroit des vivants.
Source: T. S. A

 

 


Nombre de lectures: 456 Views
Embed This