DzActiviste.info Publié le lun 19 Nov 2012

Comment doit être traitée toute information concernant Israël.

Partager

                                  

LUNDI 19 NOVEMBRE 2012

Instructions aux médias occidentaux au service du sionisme

Pense-bête à l’intention du journaliste chargé du Moyen-Orient :

• Ne jamais oublier que ce sont toujours les Arabes qui attaquent ; Israël ne fait que se défendre et agit
toujours en représailles.
Ne jamais attribuer ce terme aux actions palestiniennes, seul Israël est victime.
• Quand l’armée israélienne tue des civils arabes, c’est toujours en état de légitime défense. Quand des
civils israéli

ens sont tués, cela s’appelle du terrorisme.
• Les Israéliens n’enlèvent pas les civils palestiniens, ils les capturent.
Toujours mentionner les nécessités de sécurité pour expliquer ces captures.
• Inversement, les Palestiniens et Libanais ne sont pas habilités à capturer des militaires israéliens! S’ils le
font, le qualificatif à utiliser est enlèvement.
• Il n’est pas convenable de mentionner le nombre de prisonniers palestiniens (entre 8 et 10.000, dont 300
enfants) capturés actuellement. Si, malgré tout, vous devez en faire état, qualifiez-les de terroristes ou
supposés terroristes.
• Utilisez le moins possible le terme Palestinien et préférez Arabe, terme officiel du gouvernement israélien
pour désigner les habitants non-juifs des deux territoires.
• Quand vous mentionnez le « Hezbollah », toujours ajouter l’expression soutenu par la Syrie et l’Iran.
Mais quand vous parlez d’Israël, il est superflu d’ajouter soutenu par les USA et l’Europe.
… On pourrait croire qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.
• Ne pas utiliser le terme « territoires occupés » mais territoires contestés.
A ce propos, il est aussi préférable de dire Judée-Samarie plutôt que Cisjordanie.
• Ne jamais rappeler les diverses résolutions de l’ONU ou conventions de Genève défavorables à Israël.
Idem pour les condamnations par la Cour de Justice de La Haye… Cela risque de perturber le lecteur,
téléspectateur ou auditeur.
• Quand vous devez évoquer l’historique du conflit, il est bon de rappeler les attaches bibliques des Juifs
avec Israël (« la terre d’où nous venons, le pays de nos ancêtres »).
Evitez d’évoquer les travaux des historiens modernes qualifiant cette thèse de légende.
• Il est préférable de ne pas dire armée israélienne, mais d’utiliser la qualification plus sympathique de
Tsahal.
• Si vous travaillez à la télévision, évitez de montrer des images de Palestiniens blessés (surtout les
enfants) et privilégiez toujours celles montrant des Israéliens psychologiquement traumatisés (surtout des
enfants).
• Il est de bon ton de laisser entendre que le « Hamas » est un groupe terroriste qui ne reconnaît pas l’Etat
d’Israël (ces Islamistes qui ne veulent pas la Paix est un commentaire bienvenu).
Surtout, ne faire aucune mention de la reconnaissance faite en 2002.
• Il n’est pas indiqué de signaler qu’Israël a toujours refusé de fixer ses frontières et ne reconnaît pas la
Palestine.
• Le mot colonies doit être écarté dans vos textes, parlez plutôt d’implantations.
• Afin d’affirmer la symétrie du conflit, ne jamais évoquer l’expansionnisme israélien mais toujours parler
de deux peuples se disputant un territoire.


Nombre de lectures: 301 Views
Embed This