DzActiviste.info Publié le sam 6 Oct 2012

Communiqué de l’Organisation Taraki :L’arrestation de Yacine: Complopathie de l’arbitraire

Partager

Communiqué de presse Nr 10/2012

Published October 6, 2012

Communiqué de l’Organisation Taraki en Europe Nr 10/2012

 

L’arrestation de Yacine: Complopathie  de l’arbitraire

 

Il est étrange qu’en ces moments de tensions régionales d’une part et d’une volonté affichée de remise en ordre des affaires de l’Etat avec un nouveau gouvernement forfaitaire  d’autre part, qu’une arrestation spectaculaire  et arbitraire d’un militant syndicaliste et  activiste des droits de l’homme intervienne aussi brutalement et sans raison juridiquement fondée.

Comme depuis plusieurs années, le pouvoir émet sans cesse des signaux contradictoires envers la société. Officiellement, nous sommes entrés  dans le désarroi anarchique  ou l’injustice est maitre des faits. Des réformes, de l’ouverture démocratique et des échéances électorales avec en prime la légalisation de dizaines de partis. Cependant, sur le terrain, les jeunes et d’autres franges de la société sont durement séquestrés, arrêtés, tabasses et  réprimés s’ils s’aventurent à manifester pour leurs droits, pour exprimer leurs difficultés ou leur désarroi.

Dans le climat de suspicion qui se propage dans le pays, les Yacine Zaïd sont beaucoup trop nombreux. A travers tout le territoire, une répression insidieuse et visant particulièrement les hommes et les femmes engagés pour une cause, qu’elle soit politique, syndicale ou relevant des droits de l’homme, sont particulièrement concernés. Le pouvoir veut ainsi dissoudre toute contestation sérieuse en s’en prenant aux individus les plus actifs.

Dans le cas de Yacine Zaïd, nous avons pu confirmer directement  l’intégrité, l’honnêteté et la loyauté de la personne pour son pays. Nul argument du type « manipulation de l’étranger » ne peut être avancé dans son cas, comme dans celui de trop nombreux citoyens subissant la répression d’ailleurs.

L’organisation Taraki condamne ces arrestations et ces mesures arbitraires à l’encontre des activités des droits de l’homme ou de simples syndicalistes marginalise par les autorités privilégiées au nom de la loi de la nouvelle junte, et demande la libération immédiate de ce jeune intellectuel est légitimé  dans ses revendications les plus naturelles.

Nous aurions aimé voir l’action des autorités sur le terrain pour sécuriser les citoyens, protéger leur vie et leurs biens avec autant de célérité et d’efficacité. Trop souvent, les simples citoyens sont abandonnés au triste sort que leur réserve toute une faune de délinquants sans intervention de l’Etat. En cette veille de la commémoration du 5 Octobre 1988, l’Algérie a plus que jamais besoin d’un Etat fort, capable d’assurer la sécurité des citoyens, pas des actions spectaculaires contre celles et ceux qui militent pacifiquement pour leurs droits et leurs convictions.

p/ le Secrétariat Exécutif de l’organisation Taraki

Frankfurt  06/10/2012

La vice-présidente, Dr Nacera Dali Allemagne


Nombre de lectures: 356 Views
Embed This