DzActiviste.info Publié le mer 28 Mar 2012

CONFÉRENCE DE PRESSE À ALGER, Lancement du Rapport du REMDH sur la levée de l’état d’urgence en Algérie par Sos Disparus

Partager

CONFÉRENCE DE PRESSE À ALGER, Lancement du Rapport du REMDH sur la levée de l’état d’urgence en Algérie. par Sos Disparus, mercredi 28 mars 2012, 16:10 ·

Le Collectif des Familles de Disparus d’Algérie, SOS-Disparu(e)s et Djazaïrouna, organisations membres du groupe de travail sur la Liberté d’Association du Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH), organisent une conférence de presse pour le lancement du rapport « La levée de l’état d’urgence : Un trompe l’œil. Exercice des libertés d’association, de réunion et de manifestation en Algérie », auquel elles ont participé. La conférence aura lieu au siège de Sos Disparus au :

03, rue Ghar Djebilet, Alger

Le 31 mars 2012 à 11h30

Le 24 février 2011, le gouvernement algérien levait l’état d’urgence en réaction à la vague de protestation populaire qui a pris la région d’assaut et qui commençait à prendre de l’ampleur au même moment en Algérie. La communauté internationale a félicité les autorités algériennes de cette mesure ainsi que de leur volonté affichée de procéder à des réformes démocratiques.

Dans ce rapport qui marque le premier anniversaire de la levée de l’état d’urgence, le Réseau Euro-méditerranéen des droits de l’Homme et ses organisations membres algériennes constatent que, contrairement aux annonces, la levée de l’état d’urgence n’a pas été accompagnée d’une ouverture de l’espace public ni de concrètes améliorations en matière de libertés fondamentales.

Dans ce rapport, le REMDH rend compte du harcèlement des militants par la police, de l’interdiction non justifiée de manifester et de se réunir dans les endroits publics, ainsi que du recours aux pratiques administratives abusives pour entraver les activités des associations. Le rapport conclut que la levée de l’état d’urgence n’est qu’un trompe-l’œil derrière lequel se maintiennent de nombreuses entraves à l’exercice des libertés publiques et individuelles ainsi que les violations des droits de l’Homme.

« Aujourd’hui, un an après les révoltes qui ont secoué la région, force est de constater que le processus de réformes législatives contredit le discours officiel de changement », a déclaré Kamel Jendoubi, Président du REMDH. En particulier, la nouvelle loi relative aux associations (nº12-06 du 12 janvier 2012) restreint drastiquement la liberté des associations algériennes en ce qui concerne la création des associations, leur financement et leur coopération avec des associations internationales.

Contacts presse :

Sos Disparus : 00213(0)21 63 33 80 / 0665 632 178


Nombre de lectures: 676 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>