DzActiviste.info Publié le mar 15 Mai 2012

Congrès de la Soummam, secrets d’une plate-forme révolutionnaire 2/2

Partager

groupe de Congrètistes à la Soummam,Salah Hocine se présenta à Krim Belkacem:
« Je suis chargé par Amirouche de mettre ma section en protection de l’état-major

la population de la région parlée d’une «armée de Igbal» et l’on n’appelait plus la maison de Makiouf que «la caserne d’Amirouche». Pour ces gens simples et terrorisés par les violents combats et les bombardements dont leur région avait été le cadre depuis 1955, le nom d’Amirouche était le symbole de la révolution. Ils connaissaient vaguement celui de Krim Belkacem et ignoraient tout d’Abane ou de Ben M’Hidi.

Les deux chefs politiques, faisant équipe, étaient logés plus bas dans la maison de Bouguermouth, Face à la quelle s’ouvrait la vallée de la Soummam.
Ben Tobbal et Zighout faisaient connaissance avec Krim et Abane qu’ils n’avaient jamais rencontrés. Les Constantinois ne connaissaient que Saad Dahlab, envoyé fin mars 1956 par Abane pour les sonder sur l’éventualité d’un congrès, Ouamrane, un ami de longue date et Ben M’Hidi qu’ils n’avaient pas revu depuis ce 25 juillet 1954 où, dans une villa du Clos-Salembier, ils avaient décidé à vingt-deux de la lutte armée contre la France.

Lire la suite…


Article original rédigé par aziz3d et publié sur Guerre d’Algérie
Reproduction interdite sans autorisation


Nombre de lectures: 493 Views
Embed This