DzActiviste.info Publié le lun 8 Avr 2013

Consensus, système politique globale,élections et stabilité

Partager

Ahmed AmokraneAlgérie6

      «   مثل المؤمنين في توادهم و تراحمهم و تعاطفهم كمثل الجسد الواحد،إذا إشتكى منه . عضو تداعى له سائر الجسم بالحمى والسهر »                                                                                                                                 

حديث نبوي

   « Les croyants dans leurs amitié,compassion et sympathie,ressemblent à un même corps . La souffrance d’un organe,se répercute sur l’ensemble du corps  »

Hadith du prophète (saaws)

« Une politique qui ignore les lois fondamentales de la sociologie,considérée comme biologie des organismes sociaux,n’est plus qu’un sentimental verbiage,un simple jeu de mots,un tam-tam démagogique . Mais les idées trahies se vengent »

Malek Bennabi

« L’homme aime le pouvoir . Donner le pouvoir absolu à une majorité,elle opprimera la minorité . Donner le pouvoir absolu à une minorité,elle opprimera la majorité  »

 Alexandre Hamilton, un des pères   fondateurs des U.S.A.

Les sociétés en crise de références et de confiance,se caractérisent par un manque de cohésion politique et culturelle . Le moindre débat est abordé selon une logique de combat à mener pour imposer ses propres certitudes . Les relations entre les différentes tendances,sont tendues .

En l’absence d’un consensus,une sorte de conflit fratricide s’installe, il se maintiendra malgré le recours aux élections . En effet, Quelle que soit sa tendance politique,la minorité issue du scrutin, risque de considérer la majorité comme une menace pour le pays  et pour sa propre existance . En même temps,le projet de société proposé par la majorité quelle que soit son idéologie,sera vécu par la minorité comme une contrainte émanant du gagant et imposée au perdant . Dans cette ambiance de combat et à défaut d’un consensus,les élections sont vécues sous tension et n’assureraient pas obligatoirement la stabilité .

S’impose alors le consensus . Il s’agit de concessions consenties dans le but d’établir de nouvelles régles dans une société en crise de références et de confiance . Sans références communes,les certitudes des uns ,ne sont pas obligatoirement les certitudes des autres . Force est de constater,que la société est alors fragmentée . Chaque tendance politique et culturelle,s’isole dans une logique arrêtée . La société,se retrouve ainsi,traversée par des courants contradictoires qui se neutralisent au point de bloquer tout le pays .

Les évenements qui secouent quotidiennement l’Egypte et la Tunisie,reflétent l’exemple typique de sociétés en crise de références communes . Malgré les cris au complot et à la trahison que poussent certains,l’absence de consensus entre démocrates et islamistes dans ces deux pays,est à l’origine de cette tension qui ne fait qu’augmenter .

Une société est un ensemble où les différents secteurs sont interdépendants . Tout phénomène se rapportant à un domaine,se répercute sur toute

la société . Nous ne pouvons pas nous occuper d’un secteur de la vie sociale,sans nous préoccuper des différents aspects de la société . Ces données,montrent que la vie politique dans une société ,n’est pas isolée des activités culturelles et économiques de cette même société ni de son histoire . La vie politique,ne se résumera pas à une majorité et une minorité issues d’élections propres et transparentes . Le support de tout processus politique,sa réussite et sa stabilité,dépendent du degré de cohésion sociale qui caractérise  un pays .

Il est à noter avec tristesse,que notre pays,sombre depuis cinquante ans dans un système politique qui s’est nourri des contradictions qu’une minorité a imposé au peuple dans le seul souci de se maintenir au pouvoir . Marginalisé,manipulé et spolié,notre peuple se retrouve sans références communes .

C’est ainsi que certains démocrates appellent à la laïcité . Au même moment,de nombreux islamistes,rejettent les outils de la pensée rationnelle et appellent à l’application de la charia .

Les partisans de la laïcité, doivent savoir,qu’en terre d’Islam,un projet de laïcité,n’a aucune chance d’aboutir . Une telle démarche,est non seulement vouée à l’échec,elle est vécue par de nombreux compatriotes, comme une provocation . Un projet de laïcité risque de traumatiser une société algérienne conservatrice et trés attachée aux valeurs islamiques .

Grâce à ses capacités d’adaptation, l’Islam ne pose pas de problèmes . En s’appuyant sur l’Idjtihad,notre religion se veut valable pour tout espace et pour toute époque . De ce fait,l’Islam est capable de jouer un rôle dans un système politique globale et équilibré,consenti par les différentes tendances politiques,à condition que l’on procède à une mise à jour de notre pensée islamique .

Le problème,est que nos sociétés musulmanes,comme le disait Bennabi,se sont tellement adaptées à notre médiocrité post mouahidienne,au point de devenir réfractaires à tout projet de renouveau . Contrairement à une idée reçue,le monde musulman est loin d’être parfait . La mise à jour de la pensée islamique, reste une des portes de sortie à la crise des références qui secoue l’Algérie et le monde musulman dans son ensemble depuis huit siécles . Soulevée par Ibn Rochd,elle demeure d’actualité . Malek Bennabi,se considérant comme l’héritier de la pensée rationnelle d’Ibn Rochd,souleva à son tour le problème . Il résuma la solution dans sa fameuse expression : Authenticité et Efficacité .

Notons que si l’appel à la laïcité est vécu par de nombreux compatriotes comme une provocation,en face le fait que certains islamistes proposent Mohamed Ibn Abdelwaheb ou Sayed Kotb, comme des références tout en rejetant la pensée de Malek Bennabi ,provoque le même sentiment chez de nombreux algériens et algériennes . De telles positions,creusent le fossé séparant islamistes et démocrates et retarde ainsi la réconciliation .

Le consensus,aura pour objectif de mettre en évidence les valeurs communes aux différentes tendances politiques et culturelles . De ce consensus,nous déboucherons sur un système politique globale qui servira de cadre où les différentes tendances se reconnaitront et agiront en paix . Cette démarche,renforcera la cohésion sociale nécessaire à tout projet politique et assurera la stabilité une fois les élections tenues dans un climat pacifié .

En partant de l’époque romaine en Algérie tout en remontant le long de notre histoire jusqu’à 1962,nous pouvons comptabiliser prés de 1100 ans d’occupation étrangère de notre pays . Cette longue période de vide politique et culturel,nous pénalise énormément . Notre génération,n’est pas sensée combler tout ce retard .

Nos ainés du mouvement national,ont libéré le pays de la présence étrangère . Notre génération,peut conduire l’Algérie vers la justice et la stabilité dans le cadre d’un consensus . Nos enfants et petits-enfants,profiteront de cette stabilité,pour conduire le pays vers le progrés et vers plus d’acquis politiques et culturels.


Nombre de lectures: 237 Views
Embed This